WELCOME - BIENVENUE - ברוכים הבאים - Добро пожаловать

scales-of-justice.jpg

 

WELCOME - BIENVENUE -BIENVENIDA

ברוכים הבאים  - ДОБРО ПОЖАЛОВАТЬ 

 

   La démocratie est un vain mot si elle n'est pas au service des droits de l'Homme

Democracy is useless if it does not support Human Rights

La democracia es una palabra vana si no está en el servicio de los derechos humanos

Didier Bertin - 14 July 2014

 

Plus de 458 000 fois 

AU 20 JANVIER 2018: LES ARTICLES DU SITE ONT ETE LUS PLUS DE

458 000 fois (cumul)

Accroissement des articles lus de 2015 à 2016: +15%

42 rubriques - 500 articles

 

 

  More than 458 000 times 

ON 20 JANUARY 2018:THE ARTICLES OF THE SITE WERE READ MORE THAN

458 000 TIMES (cumulative figure)

 Increase of read articles from 2015 to 2016: +15%

  42 categories - 500 articles

 

Más de 458 000 veces

Hasta el 20 de enero de 2018 los artículos del sitio han sido leídos más de

458 000 veces (acumulación)

Crecimiento de los artículos leídos del 2015 al 2016: +15 %

42 seccións - 500 artículos

-----------------------------------------------

NOUVEL ARTICLE

 

L’ORIGINE ET L’AVENIR DES CULTES, DES RELIGIONS, DES DIEUX ET  DU DIVIN 

Didier Bertin – 07 Janvier 2018

 

I-Création de l’univers, de la terre, apparition de la vie

Notre univers a été engendré par le Big Bang il y a environ 14 milliards d’années au cours desquelles diverses fusions nucléaires dont celle de l’hydrogène ont permis la création de l’hélium et par suite du carbone et de l’oxygène. La fusion nucléaire liée à des phénomènes de rotation et de gravitation d’une nébuleuse solaire a entrainé une contraction engendrant le soleil et des collisions de débris de la nébuleuse solaire ont créé des protoplanètes. La formation de la terre a commencé il y a 4,7 milliards d’années. La collision de la terre avec de multiples astéroïdes ont entraîné des chocs thermiques et ont apporté fer et nickel au centre de la planète formant le noyau doté de propriétés magnétiques et constituant un champ protecteur. La terre a alors été un océan magmatique dont le dégazage a formé l’atmosphère. La terre est entrée dans un processus de refroidissement qui a créé la croute terrestre puis les océans il y a 4,2 milliards d’années.

Des éléments tels que l’eau, le méthane, l’hydrogène ont créé des molécules organiques  produisant des cellules capables de réplication par l’ARN remplacé par l’ADN pour engendrer le vivant. Les plus anciens fossiles de cellules ont 3,5 milliards d’années. Des organismes pluricellulaires se sont formés et des bactéries ont utilisé l’oxygène (première forme de respiration).

Il y a 550 millions d’années les premiers êtres vivants vertébrés ont été les poissons qui sont les ancêtres de tous les vertébrés avec un crane protégeant un cerveau primitif. Une couche d’ozone issue de l’oxygène a permis le développement de la vie hors de l’eau en la protégeant du rayonnement solaire ultraviolet.

II- Evolution de la vie et apparition de l’homme

Une des formes d’évolution du poisson (premier vertébré) a été le tétrapode capable de vivre sur la terre ferme en développant poumons, pattes et cou. A partir du tétrapode se sont développés les reptiles et notamment les reptiles mammaliens d’où sont issus les mammifères dont font partie les primates. Les primates subissent une évolution diversifiée à partir de l’ère tertiaire notamment avec les grands singes. La lignée humaine s’est séparée de celle des grands singes (en particulier des chimpanzés) il y a seulement 5 millions d’années ce qui n’est rien en comparaison de l’apparition des poissons il y a 550 millions d’années. L’évolution est ensuite marquée par la bifurcation des Homininés en Hominines (humains) et Panines (chimpanzés). Pour des raisons de contexte l’ancêtre singe de l’homme a développé la bipédie et libéré ainsi ses mains avec le pouce opposable aux doigts (pince) pour agir et manipuler. La bipédie a aussi été favorable au développement de la masse cérébrale permettant une intelligence plus complexe et au dégagement du larynx permettant le développement du langage.

Différents type d’être humains sont apparus mais se sont éteints et seul l’Homo sapiens (ou homme moderne) dont l’intelligence aurait été la plus étendue a persisté. Toutefois on estime la possibilité d’un métissage de l’ordre de 1 à 4% avec les espèces humaines disparues. L’Homo sapiens ne serait apparu il n’y a que 195 000 ans ce qui est négligeable en comparaison de l’âge de la lignée humaine de 5 millions d’années.

L’homme est un animal avec des aspects particuliers qui lui ont permis de bâtir, de créer, de développer la compréhension de la science et d’en bénéficier. Ces aspects particuliers l’ont conduit à ne plus lui-même se considérer comme un animal. Cette différenciation est justifiée par la maîtrise de la nature et au progrès technique mais aussi lorsque le comportement de l’homme est pire que celui d’un animal qui lui se contente de chasser des proies pour se nourrir.  En n’observant le comportement humain durant les seuls  XXe et XXIe siècles nous constatons un comportement destructeur qui place parfois l’être humain à un rang inférieur à celui de l’animal en matière de sauvagerie.

Le premier conflit mondial a fait   18.6 millions de morts et le second  plus de 60 millions de morts. Au cours de ces deux siècles (car cela continue encore aujourd’hui en Birmanie) ont eu lieu les plus grandes exterminations d’humains par des humains  et cela pour des questions tenant aux origines des victimes qui ne convenaient pas à l’idéologie psychotique de leurs exterminateurs. La référence en matière d’horreur et d’industrialisation de la mort a été la Shoah. Alors qu’on pensait que les hommes en avaient tiré les leçons les exterminations génocidaires ont continué sur divers continents. 

Afin d’illustrer la particularité de la nature humaine nous voudrions citer l’exemple de Gardelegen en avril 1945 en Allemagne. Alors que  le territoire allemand était pratiquement occupé par les Russes et les américains, les SS survivants ont continué à massacrer des milliers d’innocents par seul goût du meurtre que les animaux ne connaissent pas. En quelques années l’environnement a transformé ces hommes en psychopathes ; la psychopathie  serait donc une potentialité chez l’humain qui pourrait être le fruit d’un environnement donné à un moment précis (études de Farrington sur la psychopathie et l’environnement).

En Ukraine en 1933 lors de la grande famine appelée « Holodomor » due à la décision de l’URSS de collectiviser l’agriculture et qui a provoqué trois millions de morts, le cannibalisme s’est répandu et des parents ont mangé leurs enfants. Des affiches officielles devaient rappeler qu’il était immoral de manger ses enfants ; on aurait pu penser que l’être humain aurait préféré se laisser mourir plutôt qu’en arriver à ces excès mais ce n’est pas toujours le cas.  

« Ainsi les êtres humains peuvent être de loin plus sauvage que tout animal » et leurs croyances en des dieux imaginaires et divers n’ont été d’aucun secours pour empêcher l’innommable.

III-Le recours de l’homme « désorienté» à des Cultes, Religions incluant la création du Divin

1-Le divin : source d’espoir pour des êtres désorientés

La bipédie a permis à l’homme de développer un cerveau lui permettant de prendre conscience de ce qui l’entoure et le menace mais aussi de communiquer et de se socialiser. Au début l’Homo sapiens était un être faible face à de nombreux autres être vivants (animaux ou hommes) et face aux phénomènes naturels dont la mort auxquels il ne comprenait rien.

En raison de ses limites et de son ignorance l’être humain a simplement divinisé directement ou indirectement les éléments naturels qui le menaçaient en leur vouant un culte incluant des prières, des incantations, des danses rituelles et en offrant des  sacrifices pour espérer leur clémence. Un sacrifice consiste à se priver de biens donnés en offrandes ou  à tuer des animaux voire des êtres humains pour prouver aux dieux le grand dévouement des hommes à leur égard. En retour  de ces cultes les hommes espéraient la bienveillance des divinités.

La perception du réel chez l’Homo sapiens :

L’ensemble des sens sont des interprétations cérébrales (in fine on voit, on sent et l’on entend avec son cerveau); les effets psychiques, les émotions, l’imaginaire pour reconstituer ce que l’on ignore sur la base de ce que l’on sait peuvent fausser l’interprétation du réel et sa perception et encourager le développement de mythologies et de religions.

Ainsi aujourd’hui par exemple les témoignages oculaires ne sont plus considérées comme sûrs et doivent être croisés avec d’autres considérations.

Un être éduqué devrait avoir une vision plus précise qu’un être rustre qui aura tendance à utiliser l’imaginaire et les émotions pour voir ce qu’il croit percevoir. Ainsi beaucoup de phénomènes naturels étaient perçus comme des phénomènes surnaturels et les dieux qui avaient été créés pour les expliquer avaient des apparences anthropomorphes où animales puisque l’imagination de l’homme est fondée sur ce qu’il connait déjà. Si nos connaissances sont encore limitées, elles se sont accrues de façon exponentielle permettant un meilleur discernement et surtout l’adoption de méthodes rationalistes pour aborder ce qui est nouveau en réduisant l’influence de l’émotion. Dans un cadre de raisonnement rigoureux l’imaginaire peut-être utile à la création et à la découverte.

A mesure de l’accroissement des connaissances l’importance des dieux et des religions synonymes de compensation de l’ignorance diminuent parmi les populations les plus instruites.

La population athéiste s’accroît en chiffres absolus mais restent limitée en nombres relatifs compte de l’accroissement démographique important parmi les populations les plus démunies et donc les plus ouvertes aux religions et au divin. En l’an 0 la population mondiale s’élevait à 170 millions d’habitants pour atteindre 7.6 milliards en 2017.

Les cultes de base tournent autour de l’animisme qui consiste à donner un esprit (animus) aux objets de toutes sortes, phénomènes naturels (vent, soleil, volcans…) et à des génies malins ou protecteurs.

Ces génies d’origine humaine (par exemple l’esprit des défunts) ou animale ou autres, peuvent avoir selon les croyants des effets sur le réel. Les religions s’adaptent aux besoins des croyants puisqu’ils en sont les créateurs.

Il existe de nombreuses religions pour les chasseurs-cueilleurs ou pour les agro-pasteurs et autres, polythéistes ou monothéistes. Le nombre de religions qui ont existé est indénombrable mais aujourd’hui les principales religions ayant au moins 3 millions de croyants sont les suivantes :

Christianisme : 2 262 millions – 29.8% de la population mondiale

Islam : 1 552 millions – 20.4% de la population mondiale

Hindouisme : 949 millions – 12.5% de la population mondiale

Bouddhisme : 495 millions  -6.5% de la population mondiale

Religions Chinoises : 435 millions – 5.7% de la population mondiale

Religions ethniques : 243 millions – 3.2% de la population mondiale

Nouveaux mouvements : 63 millions – 0.8% de la population mondiale

Sikhisme : 24 millions – 0.3% de la population mondiale

Judaïsme : 14 millions - 0.2% de la population mondiale

Spiritisme : 14 millions – 0.2% de la population mondiale

Taoïsme : 8 millions – 0.1% de la population mondiale

Confucianisme : 8 millions – 0.1% de la population mondiale

Bahaïsme : 7 millions – 0.1% de la population mondiale

Jaïnisme : 5 millions – 0.1% de la population mondiale

Shintoïsme : 3 millions – moins de 1%  de la population mondiale

5,647 milliards de personnes revendiquent une appartenance à une religion sur une population mondiale en 2017 de 7,6 milliards.

La population non croyante s’élève donc à environ 2 milliards de personnes  (25.6% de la population mondiale). Parmi les 5 647 millions de croyants un nombre substantiel revendiquent une religion qu’ils ne pratiquent que très peu ou pas du tout, en particulier chez les chrétiens et en conséquence la première religion du monde est l’absence de religion.

A l’origine des religions il y a la nécessité psychique de croire qu’un être tout puissant malin ou bienveillant peut alléger le fardeau de ses croyants ; cette nécessité uniquement humaine marque la limite de la capacité de compréhension du monde puisqu’elle implique l’abandon du gain cérébrale d’origine bipédique c’est-à-dire de la logique intellectuelle au profit de la foi qui n’est qu’une simple conviction sans fondement adoptée contre toute logique ; la foi est un abandon du recours à l’intelligence et à la rigueur.

La foi ouvre donc la porte à toutes sortes de croyances puisque dans ce cas le rationnel est mis de coté. Les hommes vont appeler dieux, êtres divins ou parfois gourous, d’autres êtres dont ils pensent pouvoir obtenir sans aucun fondement la clémence, des avantages, la réduction du déchainement des éléments naturels ou même le déclenchement de leur colère sur d’autres avec lesquels ils ne partagent pas les opinions.

Ces créations sont souvent accompagnées de légendes, doctrines et au mieux de philosophies. Seul le Bouddhisme ne créé pas de dieu à proprement parlé.

Les dieux vont avoir chacun une fonction plus ou moins importante et il existait par exemple plus de 200 dieux égyptiens, plus de 50 dieux grecs et leurs équivalents romains et actuellement plus de 250 divinités hindoues. Ces dieux créent de l’emploi et des ressources pour les professionnels qui les servent (prêtres ou gourous).

Les dieux ont des tailles différentes et peuvent être parfois transportables. Le Pharaon Akhenaton a voulu restreindre les divinités au seul soleil (Aton) ce qui a représenté une sorte de monothéisme ; cette nouvelle religion avait suscité la révolte du clergé vivant matériellement du culte des nombreux autres dieux et qui se sont ainsi retrouvés sans emplois et ressources. A sa mort les traces de son règne jugé hérétique par les prêtres ont été effacées.

2-La création du concept d’âme comme victoire sur la mort

Lors de la mort on ne peut que constater que l’être et ce qui faisait sa personnalité disparaissent. Le corps n’est plus qu’un objet en décomposition qu’il est d’usage d’enterrer ou de brûler  pour ne plus être confronté à l’image de la fin de la vie et à sa nauséabonde putréfaction. Ainsi la vie s’arrête et afin de contenir le désespoir humain face au néant, des religions ont créé la notion de vie éternelle dans un autre monde ou  par réincarnation dans le même monde  par le biais de l’âme. Le corps étant détruit la religion le remplace par l’âme qui ne subira pas le pourrissement du corps, mais qui n’est ni le corps, ni l’intellect, ni la personnalité du défunt.

L’âme est donc un concept vide dont le seul but est de donner aux croyants un espoir de vie éternelle et donc de victoire sur la mort. Dans cette course à l’imaginaire et à l’éternité c’est l’homme qui se prend pour un dieu en inventant l’éternité pour lui-même ce qui est un mélange des genres. Le concept d’âme a été adopté chez les chrétiens lors du concile de Carthage en l’an 418.

Un individu est le produit de son intellect et de sa personne confrontés à son environnement. L’observation des personnes en phase finale de la maladie neurodégénérative d’Alzheimer : amnésie des faits récents et anciens, perte de la capacité à avoir une pensée abstraite, aphasie, apraxie et agnosie, reflète bien la vacuité du concept d’âme.

3-Le ciel – les cieux

Le ciel a pendant longtemps représenté le Royaume des dieux (comme le laisse entendre la tradition indo-européenne), alors que le pire devait se trouver sous la terre ainsi que par exemple les éruptions volcaniques pouvaient le laisser penser. Le ciel appartient aux mythologies polythéistes et monothéistes de l’humanité et pourtant il n’est que l'étendue visible au-dessus du sol depuis la surface de la terre. La couleur du ciel est due au rayonnement solaire qui subit des réfractions dues à l’atmosphère terrestre. Notre meilleure connaissance de l’espace a normalement fin aux mythologies humaines concernant les cieux bien que les religions réagissent en prétendant à présent que les cieux ne se trouvent précisément aux cieux et cela malgré leurs abondantes représentations.

Le mot dieu qui vient de deus en latin et a une racine indo-européenne : « dei » qui signifie « briller » et sert à désigner le ciel brillant comme divinité ou lieu des divinités célestes.

Zeus a la même racine. Gott et God viennent aussi de l’indo-européen avec le sens d’invocation et le mot slave Bog vient aussi de l’indo-européen bhag.

L’idée simpliste du ciel comme lieu de résidence de Dieu et des bonnes âmes est perceptible par l’usage des expressions monter au ciel, ascension ou par la représentation des anges envoyés de Dieu et munis d’ailes pour voler. Des chérubins (petits anges ailés) étaient aussi représentés sur l’Arche d’Alliance. Au-delà de 100  km d’altitude commence le vide intersidéral dans lequel des ailes sont sans utilité. Mais les hommes qui voyaient le ciel comme le Royaume de Dieu n’avaient à cette époque aucune idée sur la nature de l’atmosphère.

IV-DU POLYTHEISME AU MONOTHEISME

1-Judaïsme

Le rationalisme a toujours été un obstacle pour les  religions et le monothéisme représente en principe un passage vers une forme plus intellectualisée de la nature divine. Abram appelé ensuite Abraham  a déduit du fait que son propre père fabriquait des idoles que celles-ci ne pouvaient pas avoir de pouvoir particulier puisque son père n’en avait pas. Après avoir détruit ces idoles il eût l’idée d’une toute puissance unique, intangible et indicible qui a constitué le premier dieu d’une religion monothéiste.

Abraham a créé le monothéisme 5 siècles avant la tentative ratée d’Akhenaton qui de toutes façons avait choisi pour dieu un objet : le soleil loin de l’intangibilité du Dieu d’Abraham. Le Dieu d’Abraham n’a pas de nom mais est désigné par la déclinaison du verbe « être » en hébreu et cela est conforme à sa révélation à Moïse sur le mont Sinaï.

Par alliance une terre a été promise à Abraham pour sa descendance après une période d’esclavage.

La religion de la descendance d’Abraham, peuple d’Israël appartient au domaine de l’intangibilité, s’adresse à la partie du cerveau qui gère le domaine virtuel, et n’a pas pour but de faire des disciples. La circoncision demandée par Abraham (signe d’alliance) est un élément décourageant de plus pour ceux qui voudraient rejoindre sa religion. La religion d’Abraham semble s’adresser à une élite mais cela n’empêchera pas une partie de sa descendance de se laisser parfois influencer par l’idolâtrie.

La circoncision est considérée aujourd’hui comme un moyen de freiner la transmission du Sida et du Papillomavirus. Une campagne menée actuellement a porté sur plus de 15 millions d’individus en Afrique de l’Est.

Après une longue période d’esclavage en Egypte le peuple d’Israël devait perdre ses habitudes de captifs et adopter des règles législatives qui garantiraient la morale et l’ordre public. L’exode de 40 ans symbolise la nécessité d’attendre une nouvelle génération  qui constituerait un peuple libre n’ayant pas connu l’esclavage et prêt à se plier aux nouvelles règles et lois afin d’entrer en terre promise. Toutefois on peut s’étonner que le Dieu omniprésent et intangible d’Abraham doive élire un lieu particulier pour se révéler et indiquer sa loi ; on peut penser que cela fût plutôt le choix de Moïse pour s’isoler et réfléchir.

Il existe une iconographie bien qu’en principe interdite par le judaïsme qui matérialise la présence de Dieu au dessus de l’arche et dans le temple par une sorte de fumée.

La volonté de grandeur de David puis finalement celle de Salomon les ont amené à vouloir construire puis à construire un temple dans lequel des prêtres feraient des sacrifices et recevraient des offrandes. Ce projet s’inspirait  à notre avis  des temples polythéistes égyptiens ou grecs. Après un début de rectitude monothéiste Salomon s’en serait éloigné sous l’influence d’autres courants. Plus tard les Saducéens gardiens du temple seront  dénoncés par les Esséniens pour leurs pratiques au sein du temple.

Si le Tana’h (Bible) forme une base solide pour l’histoire et les traditions juives, les commentaires et la tradition religieuse orale ont figé le Judaïsme aux diverses époques auxquelles ils ont été faits. Les fameux 613 commandements (Mitsvot)  par exemple concernent beaucoup l’antiquité et n’ont plus de sens aujourd’hui lorsqu’il est question du Temple, des prêtres, des offrandes au temple (Korbanot), du Roi, des esclaves et se réfèrent à une justice dépassée dans le cas des bâtards, des viols, des homosexuels, des relations conjugales et donnent trop d’emphase aux détails en particulier sur les interdits en matière de relations sexuelles de toutes sortes qui choquent le sens commun aujourd’hui car elle donne l’idée d’une société arriérée. Heureusement les lois des Etats modernes font qu’il n’est plus nécessaire de s’y référer. Au cours des deux mille ans passés en diaspora les Juifs ont fait un apport substantiel à la civilisation occidentale malgré le développement  de l’antisémitisme exutoire facile de la colère et de la jalousie des peuples. Toutefois nombreux sont ceux qui aujourd’hui prennent des distances avec les aspects rigides et vieillis de la religion.

  • la vie après la mort 

Contrairement à de nombreuses religions, l’accent est surtout mis dans le Judaïsme sur la vie terrestre et après la mort les âmes immortelles à la fois justes et injustes vont comme des ombres dans le Shéol sans confort sorte de néant ou d’Hadès grec et qui n’est donc pas un paradis. Certains courants ont pris l’initiative d’interprétations qui s’éloignent des textes.

Il y avait quatre courants principaux dans le Judaïsme : les Sadducéens (caste des prêtres) qui étaient peu ouverts à la tradition non écrite et ne croyaient pas à une vie après la mort, les pharisiens qui ajoutaient à la bible une tradition orale et croyaient à une vie après la mort.  Les deux autres principaux courants étaient ceux des Esséniens (partisans de l’ascèse et opposés à la façon de pratiquer des Sadducéens) et des Qana’im (Zélotes en grec, intransigeants et partisans de la guerre contre les Romains).

Différents courants du Judaïsme ont fait des interprétations diverses mais la bible n’accorde que peu de place à la question de la vie après la mort. Le Judaïsme ne cherche pas à faire de prosélytisme et ne promet pas une vie extraordinaire après la mort.

  • le Temple

Nous avons indiqué à quel point un temple ne correspondait pas au particularisme de la religion d’Abraham et d’Israël car elle était très éloignée de la mentalité des constructeurs de temples qui voulaient y adorer et loger leurs multiples dieux. Sans temple le Judaïsme s’est réconcilié avec un monothéisme plus rigoureux en diaspora.

L’éloignement de la terre d’Israël a toutefois donné lieu à des développements de mouvements sectaires de repli sur soi de la part d’ultra-orthodoxes comme les hassidim (Europe de l’Est) attachés à des maîtres vénérés comme des gourous; ils ont eu tendance à s’enfermer dans des règles restreignant une nécessaire évolution et dans des interprétations herméneutiques en cercle fermé aboutissant à un mysticisme ésotérique loin de l’esprit d’Abraham et d’Israël.

On pourrait penser que ce comportement était un moyen d’échapper au poids de l’exil dans un milieu obsessivement hostile et de former un rempart pour supporter l’exil. L’ensemble des ultra-orthodoxes sont appelés H’aredim (חרדים) et ceux qui vivent en Israël refusent de s’intégrer dans la vie civile normale.

A chaque fois que cela a été possible les Juifs les plus ouverts se sont intégrés dans les sociétés dans lesquelles ils vivaient et ont apporté à la civilisation une part tout à fait hors de proportion à leur nombre.

d-exterminations et expulsions en Europe – Fuite vers le nouveau monde et Renaissance d’Israël

Après deux millénaires de séjour en Europe le peuple juif y a été soit exterminé soit chassé et on peut dire de façon approximative que  le peuple juif vit aujourd’hui pour un peu plus de la moitié en Israël et pour l’essentiel du reste  aux Etats Unis (la communauté résiduelle juive en Europe est très petite). Dans ces deux pays de très nombreux juifs sont plutôt éloignés de la religion stricte et mais très attaché à l’identité juive  sur une base traditionnelle, historique et nationale qui justifient par bon sens que Jérusalem indivisible soit la capitale d’Israël.

Pour des questions tenant au système électoral des partis ultrareligieux se sont imposés en Israël et rigidifient le Judaïsme dans une forme qui ne convient plus à la plupart des Juifs tant en Israël qu’aux Etats UnisLe mode électoral en Israël aboutit au fait que les partis laïques qui représentent la majorité électorale n’arrivent pas à former de majorité gouvernementale et doivent s’encombrer de petits partis ultrareligieux. Les ultrareligieux  nécessaires pour former une majorité gouvernementale imposent des conditions qui vont bien au-delà de ce qu’ils représentent. Pour éviter un chantage à la majorité, le système électoral devrait être révisé.

e-le fardeau des Ultrareligieux pour Israël

Les ultrareligieux ne devraient plus pouvoir aller à contre-courant du progrès voulu par la majorité de la population notamment en gérant des affaires civiles en particulier en celles qui concerne le mariage, le divorce et la transmission du Judaïsme.

Un Etat moderne devrait  appliquer le principe de séparation entre les affaires civiles et religieuses. L’immixtion des religieux dans la vie civile se fait aux dépens de la majorité des citoyens. Le fait de ne pas reconnaître le mariage civil implique un divorce religieux (guet) qui ne peut se faire sans le consentement du mari. Les tribunaux religieux composés d’hommes ont tendance à laisser pourrir les situations puisqu’ils ne sont pas en faveur du divorce.

Le Judaïsme se transmet par la mère et cela est logique pour ceux qui pensent qu’une femme n’est pas fiable et qu’on ne sait jamais qui est le véritable père mais cela semble inacceptable quelques soient les raisons données pour couvrir cette réalité. Par ailleurs l’évolution de la génétique fait qu’une femme peut accoucher d’un enfant qui n’est pas le sien, cas des mères porteuses ou cas des mères qui portent un ovule qui n’est pas le leur, fécondation assistée. Dans un judaïsme moderne la filiation devrait dépendre du choix des parents.

La loi israélienne est bien plus flexible en ce qui concerne la nationalité puisqu’Israël avait eu pour devoir d’accueillir ceux qui avaient vu leur vie menacée parce qu’ils étaient désignés comme juif par les lois nazies de Nuremberg (un seul grand parent juif). Cette règle reste applicable.

Les règles des synagogues libérales majoritaires aux Etats Unis sont nettement plus ouvertes que celles  des orthodoxes ce qui empêche la disparation des juifs du faits du grand nombre de mariages mixtes notamment aux Etats Unis.

Les Ultrareligieux sont un fardeau pour Israël dont ils bénéficient des avantages en refusant l’intégration sociale et la conscription. Le problème des effectifs prétendument  pléthoriques de l’armée peut être régulé par la durée du service et non pas par la mise en cause de la conscription.

La conscription généralisée permettrait aux élèves des écoles ultrareligieuses (Yeshivot) de compléter leurs études laïques, de s’intégrer dans la société, de travailler et de s’éloigner de leurs familles dans lesquelles ils sont pris en otages.

2-Christianisme

L’occupation romaine a été ressentie comme particulièrement pénible par le peuple d'Israël en quête d'un espoir de libération fut-il messianique, et ainsi de nombreuses personnes se sont improvisées comme prédicateurs. L'un d'eux est Jean Cohen (fils d'un prêtre du temple) dit Jean Baptiste qui recommandait la purification par l’eau du Jourdain peut-être en complément de l’action des prêtres. Ainsi Jésus qui deviendra aussi prédicateur a été baptisé par Jean dans l'eau du Jourdain.

Le prédicateur Jésus développe une philosophie qui semble être inspirée par celle des Esséniens ou au moins partage de nombreux points communs. Les Esséniens s’opposent au comportement des Saducéens, prêtres du temple et recommandent une vie d’ascèse.

Les prêtres semblaient pour de nombreux juifs dont les esséniens et les adeptes de Jésus, détourner le Judaïsme de sa pureté initiale. Jésus a enseigné comment être un meilleur juif en prônant la tolérance et le pardon qui mènerait au salut dans le Royaume de Dieu. Bien que Jésus veuille rester dans le cadre du Judaïsme cette idée de salut dans le Royaume de Dieu n’existe pas dans le Judaïsme.

Les prêtres le voyaient comme un compétiteur capable de créer du désordre chez un peuple en recherche d’espoir et ont laissé l’occupant romain décider de son sort. D’autres juifs voyaient dans Jésus la possibilité de se solidariser contre l’occupant romain.

La religion de Jésus était le Judaïsme et son enseignement était destiné aux juifs. Le Judaïsme était un passage obligé pour devenir adepte de Jésus. Après sa mort son frère et disciple Jacques (que d’autres appellent cousin pour préserver le mythe de la virginité de leur mère Marie) prônait le strict respect des règles du Judaïsme. D’autres disciples décidèrent après la mort de Jésus de transformer sa philosophie en une religion visant à développer le prosélytisme au prix de sa dénaturation.

Paul qui n’avait jamais connu Jésus décida de faire de sa philosophie un Judaïsme hyper simplifié et anthropomorphisé en insistant sur le rôle divin de Jésus de façon à être plus attractif au regard des Païens. Les païens ne pouvaient en effet être ouverts à une religion trop abstraite, trop contraignante par de nombreuses règles dont la circoncision pour un Dieu qu’ils ne peuvent pas voir. On a donc anthropomorphisé Dieu dont la forme visible n’est que celle de Jésus sous forme d’icones et de statues. De nombreux chrétiens confèrent plus d’importance à l’image de Jésus qu’à Dieu qui reste abstrait.

Dans de nombreux pays chrétiens peu développés la référence à Dieu est perçue comme l'image de Jésus. De plus la promesse d'une vie après la mort dans un merveilleux paradis au Royaume de Dieu, que les Juifs ne proposent pas est un argument de poids en matière de prosélytisme.

a-Jésus et les femmes 

Jésus avait des relations très proches avec les deux sœurs de Lazare Marthe, et Marie à Béthanie près de Jérusalem, avec Marie de Magdala en Galilée, et avec Marie la pécheresse, ce qui témoigne de son humanité. La bible décrit des gestes affectueux des trois Marie envers Jésus mais l’église pense que ces trois Marie n’étaient qu’une seule femme appelée d’un nom différent selon l’endroit ou elle se trouvait car probablement l’Eglise n'apprécie pas les relations féminines multiples quelle qu'en soit la nature. Dans la pratique ceci parait douteux car le voyage de Magdala à Béthanie était long d’environ 150 km à faire à pieds ou à dos d’âne sur les chemins de l’époque.

b-la vie après la mort :

Après la mort les âmes justes vont au Paradis est donc un concept qui est absent du Judaïsme. Ce paradis céleste est à l’image du paradis terrestre (Jardin d’Eden). Le Paradis est un endroit merveilleux où l’on trouve le bonheur parfait avec de nouveaux corps adaptés à la vie céleste. C’est la demeure de Dieu, des anges et de ceux qui sont morts en bons chrétiens. Il n’y aura plus de souffrances, maladies, péchés et la principale activité sera de louer et d’adorer Dieu. Les âmes injustes iront en Enfer pour vivre dans la souffrance.

c- le manque de loyauté et d’honnêteté de l’Eglise à l’égard de Jésus 

Le problème du Christianisme est son manque de loyauté et d’honnêteté à l’égard de son créateur Jésus puisque cette religion a été le fruit de marchandages et d’interprétations grossières qui ont eu lieu des années et des siècles après sa mort.

Il faut noter que les évangiles ont été écrits quarante ans après la mort de Jésus. Jésus est souvent appelé Jésus Christ (qui signifie "oint" en grec) parce qu’il aurait reçu l’onction (versement d’huile sur la tête) comme les Rois, les personnes consacrées à Dieu et le Messie. Afin d’être le Messie Jésus devait descendre du Roi David et recevoir l’onction. Pour continuer dans la lignée du Roi David on a fait naître Jésus à Bethlehem qui est la ville de naissance du Roi David alors qu'il serait probablement né à Nazareth.

Jésus est le fils de Marie et de Joseph mais toutefois cette nature humaine n’a pas été retenue et on a préféré que Marie soit vierge et qu’il soit le fils de Dieu. Cet arrangement semble avoir été inspiré de la mythologie de Zarathoustra ou d’Hélène et Pollux. C’est lors du concile de Nicée en 325 qu’il a été décidé que Jésus était le fils de Dieu.

Au concile de Constantinople en 381, le concept de la trinité a été adopté "Dieu le père, le Fils et le Saint Esprit". La divinité du Christ y a été confirmée et le concept du Saint Esprit y a été adopté. Le saint esprit selon les chrétiens n'habite ni le père ni le fils aussi est il nécessaire de considérer les trois pour avoir une divinité complète.

Au concile d’Éphèse en 431 on a nommé Marie mère de dieu. Ainsi la notion de divinité est complètement dispersée sur le père, le fils, le saint esprit et la mère et à partir de ce concile il est difficile de parler de monothéisme strict en ce qui concerne le christianisme et cela représente une rupture nette avec le judaïsme de Jésus.

Pour réconcilier l'inconciliable on emploie des concepts qui se contredisent et sont vides comme l'individualité et la consubstantialité des éléments de la trinité.

Au concile de Chalcédoine en 451, on a déclaré que le Christ était à la fois Dieu et Homme.

Au concile de Nicée en 787, on a précisé qu’il fallait adorer les personnages des icônes et non pas les Icônes eux-mêmes et on a condamné les iconoclastes. Il va sans dire que les simples croyants ne vont pas s’embarrasser de telles subtilités et vont adorer les icones comme on peut le constater en particulier dans les Églises orthodoxes.

d -la représentation de Jésus

Toujours à des fins prosélytiques Jésus a été très représenté avec les traits des populations que l’on voulait convertir, en particulier comme un bel homme de type plutôt scandinave aux cheveux blonds et longs et aux yeux bleus alors qu’il était juif de Galilée et en conséquence sémite brun, aux yeux foncés, aux cheveux noirs et courts (courant à l’époque  car sans doute adapté au climat).

L’Église a développé un antisémitisme initialement dû au fait que la majorité du peuple juif n’avait pas adopté le christianisme comme complément indispensable et que les prêtres avaient livré Jésus aux Romains. Cet antisémitisme transpire même dans la représentation des personnages de la bible dont Jésus. De nombreux symboles ont représenté le christianisme mais l’Eglise a préféré celui de la Croix qui représente la torture romaine et de Jésus crucifié ce qui n’est pas porteur de la philosophie chrétienne mais encourage à la vengeance contre les juifs désignés par l’Eglise comme responsables de sa crucifixion jusqu’au concile Vatican II.

e-les textes cachés de l’Eglise 

L’ensemble des Eglises chrétiennes a décidé de faire une nouvelle bible tout en reconnaissant la Bible juive (Tana’h), sur la base de seulement quatre évangiles (ceux de Matthieu, Marc, Luc et Jean) alors qu’il existe 76 autres textes chrétiens que l’Eglise a décidé de cacher (apocryphes) dont 13 autres Evangiles. Ce n’est qu’aujourd'hui que les chercheurs ont décidé de se pencher aussi sur les textes cachés.

f-Cas particulier de l’évangile de Judas (texte caché)

Dans cet évangile Judas apparaît être le plus proche disciple de Jésus qui lui donne comme mission de l’aider à sacrifier son enveloppe charnelle.

La prétendue trahison de Judas aura eu les pires conséquences car du fait de son nom c’est l’ensemble du peuple juif qui a été perçu comme traitre.

On voit donc qu’à mesure que le temps a passé depuis la mort de Jésus  les autorités chrétiennes ont transformé une religion monothéiste en une religion polythéiste.

L’Eglise ne se sort de cette évidence qu’en appelant la trinité « un mystère ».

3-Islam

L’Islam qui signifie soumission à Dieu, prône le retour à un monothéisme strict et absolu à l’inverse du christianisme. L’islam se fonde sur un nouveau texte, le Coran, révélée jusqu’en 632 au prophète de cette nouvelle religion, Mahomet. La plupart des tribus de la péninsule arabique étant animistes il fallait les faire évoluer en les guidant vers le monothéisme. L’Islam s’est inspiré du Judaïsme et du Christianisme mais a développé au travers du Coran et de la Sunna une religion très différente.

L’Islam semblait être destiné initialement aux seules tribus de la péninsule arabique en raison de la langue arabe dans laquelle le Coran doit être lu et de problèmes soulevés concernant la région de la Mecque et de Médine.

En fait l'Islam comme le Christianisme est prosélyte malgré la langue arabe (alors que le christianisme avait adopté le latin pour mieux se répandre en occident) et s’est rapidement étendu à d’autres continents par la guerre sainte car il n'y a de salut pour les mécréants c'est à dire les  peuples du livre (Bible et donc juifs et chrétiens) que par la conversion à l'Islam.

Les musulmans sont tenus à cinq obligations fondamentales : (i) la déclaration de foi, (ii) cinq prières par jour, (iii), le jeûne du Ramadan, (iv) l’aumône envers les nécessiteux, et (v) le pèlerinage à la Mecque. Les obligations des musulmans sont donc simples et claires et favorisent le prosélytisme.

Les diverses versets du Coran condamnant les Juifs et les Chrétiens (mécréants) ont sans doute été le nerf de la guerre sainte qui a permis une rapide expansion géographique de l’Islam à l’Ouest.

Les juifs sont l’objet d’une haine particulière en raison du refus des trois tribus juives de Médine (Yathrib) de reconnaître Mahomet comme un prophète : les Banu Qaynuqa et les Banu nadir furent expulsés et les hommes des Banu Qurayza furent tués et leurs familles réduites en esclavage.

Voici comme exemple deux illustrations de cette véhémence dans le Coran :

Sourate 4 Verset 56, « …Nous allons brûler dans le feu ceux qui ne croient pas au Coran… » - Sourate 5 Verset 51), «…Ne prenez pas pour alliés les juifs et les Chrétiens, ils sont alliés entre eux… ». - Sourate 5 : Verset 82. « …Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants. Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent nous sommes chrétiens… »

La vie après la mort 

Voici quelques exemples pour illustration :

Coran: Sourate 52 - -Verset 15 : le Paradis et l’enfer : « Il y aura des ruisseaux d’une eau jamais malodorante, des ruisseaux de lait au goût inaltérable, des ruisseaux d’un  vin au goût délicieux, des ruisseaux de miel et des fruits de toutes sortes ; dans l’enfer les autres s’éterniseront dans le feu et boiront une eau bouillante qui leur déchirera les entrailles » -Verset 19, « En récompense de ce que vous faisiez, mangez et buvez  en toute sérénité. » -Verset 20, «Accoudés sur des lits bien rangés, nous leur ferons épouser des houris(*) aux grands yeux noirs » Verset 22, « Nous les pourvoirons abondamment en fruits et en viandes.»

(*)Les Houris sont des femmes de grande beauté qui sont éternellement jeunes et vierges.

L’islam est donc un retour au monothéisme pur par rapport au Christianisme. Il est toutefois très intolérant à l’égard des religions du livre (Judaïsme et Christianisme). En ce qui concerne la vie après la mort qui est un élément négligeable dans le judaïsme, l’Islam donne au paradis chrétien qui prétend offrir un bonheur spirituel, une dimension très matérielle.

Pour l’Islam le Paradis garantit un bonheur des sens bien supérieur à celui que l’on peut espérer dans la vie terrestre.

L’Islam est la seule des trois religions monothéistes à proposer un paradis qui corresponde aux aspirations matérielles de l'homme et qui tend donc à encourager le sacrifice au nom de Dieu (par suicide) pour rejoindre immédiatement ce Paradis ainsi que l’on peut le voir malheureusement trop souvent aujourd’hui. En dehors des Houris les femmes ne sont pas mentionnées comme destinataires possibles de ce paradis.

Par ailleurs le monothéisme rigoureux de l’Islam peut mettre en cause les Droits humains puisque seul Dieu est digne de privilèges ; ainsi certains musulmans qui vivent dans des pays dits mécréants peuvent ne pas se sentir liés par leurs lois.

V- DU MONOTHEISME A L’ATHEISME

1-La prédominance des Droits de l’Homme dans une société moderne et de progrès

Les sciences ne nous ont pas apporté toutes les réponses mais nous ont appris à appliquer le mode de questionnement le plus adapté pour progresser, mesurer l’étendue de notre ignorance et accroître les limites de notre perception.

Appeler dieu ce que nous ne comprenons pas n’est plus une attitude acceptable à notre niveau de civilisation technoscientifique ; ce comportement correspond à la politique de l’autruche. En effet se contenter de mythes, de convictions gratuites que l’on appelle la foi est un aveu d’incapacité, de sous développement intellectuel et un renoncement aux défis que l'on peut relever par un long travail de recherche méthodique qui nous guidera par la raison sur le chemin des réponses. Il faut donc continuer à démystifier les dieux comme Abraham a démystifié les idoles.

Les religions actuelles sont généralement toujours proches des religions antiques et lorsqu'elles évoluent vers l’abstrait (monothéisme) on tente de les ramener à un crypto-polythéisme comme l’a fait l’Eglise pour se mettre au niveau de ses ouailles. Toutefois le progrès et l'enseignement font que ses ouailles dépassent le niveau de ce que leur apporte l’Église dont elles se détournent progressivement.

Les religions ont pu jouer un rôle positif pour que les hommes craignent les conséquences fâcheuses d’un comportement immoral mais leur sens moral était trop approximatif et lié au temps ; c’est à présent aux Etats de remplir ce rôle et de faire craindre aux citoyens les conséquences d’un comportement immoral au moyen des lois et du système judiciaire.

Les Etats et les religions ont la faiblesse des hommes qui les dirigent, mais pour lutter contre cela la Démocratie et les Droits de l’Homme doivent être le fondement des Etats.

Par opposition les religions constituent un danger pour les Droits de l’Homme car elles se placent avec leurs dieux au dessus des Hommes.

Dans les religions la condition humaine est mise en compétition avec Dieu et celles-ci ne proposent de vie meilleure qu’après la mort ce qui est paradoxal et limité à l’imaginaire. Il faut quand même noter que seul le Judaïsme parmi les trois monothéismes ne propose pas de vie meilleure avec le Shéol et met en conséquence l’accent sur la vie sur terre.

Le 3 novembre 1789 la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen a été promulguée en France avec une portée philosophique universaliste et juridique. En 1948, René Cassin, a pris l’initiative de faire adopter par l’ONU la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Le 7 décembre 2000 la Chartre des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne a été adoptée et va au-delà de la Déclaration des Droits de l’Homme en y incluant le droit à l’éducation, au travail, le droit des handicapés, des enfants, des personnes âgées. La Charte prévoit aussi le droit de grève, la protection contre les licenciements injustifiés, le droit à la sécurité sociale, à l’aide sociale et à la protection de la santé ainsi que le droit à une bonne administration et à une justice équitable.

Ce texte constitue un progrès mais il n’est appliqué de facto qu’au bon vouloir des chacun des États membres, c’est-à-dire le moins possible par ceux qui ont en le plus besoin.

2-Que peut-on faire des religions ?

a-bilan

La mythologie du divin ne peut plus convenir aujourd’hui comme elle convenait aux peuples anciens qui manquaient de connaissances, de méthode et d’une vision globale sur le monde et les univers. Le divin était source d’espoir face aux phénomènes naturels et aux évènements que l’être humain vulnérable ne pouvait pas comprendre. Le divin correspond à une compensation  imaginaire par l’homme de ses limites intellectuelles et connaissances du moment,  qui changent à mesure de leur accroissement.

Ainsi on constate dans les pays développés une croissance substantielle de l’athéisme « dit » ou « non dit » et l’on peut penser que bientôt le divin sera considéré comme une croyance aussi folklorique que les mythologies anciennes.

Les Eglises avec leurs iconographies et musiques célestes sont dignes des religions anciennes avec en plus une dispersion de la représentation de Dieu et un autel sacrificiel. L’Eucharistie n’est en effet pas le symbole du sacrifice de Jésus comme la plupart des croyants le pensent mais « est » ce sacrifice lui-même reproduit par transsubstantion (sorte d’effet magique) et le prêtre réalise donc un miracle dans le cadre d’une mission divine que l’Eglise s’octroie. Dans le passé des juifs avaient été tués car on avait prétendu qu’ils avaient brisé l'hostie consacrée dans le cadre de l’Eucharistie et que le sang du Jésus en avait jailli.  Toutefois on doit noter que les évangélistes n’attribuent qu’un caractère symbolique à l’Eucharistie.

De très nombreuses Eglises sont désertées aujourd’hui dans les pays développés car elles ne correspondent plus aux besoins des hommes modernes. Nous avons pris l’exemple de l’Eglise mais dans l’ensemble des religions persistent encore des croyances anciennes et mythologiques.

L’effroi des musulmans de voir des juifs prier sur le Mont du temple peut suggérer que selon eux  qu’elles pourraient-elles le jugement de Dieu. Le vœu de reconstruire un temple à Jérusalem ne convient pas non plus à l’évolution bimillénaire du Judaïsme à moins que celui-ci ne soit construit qu’en tant que musée ou dans un musée et non pas comme un lieu de Culte. Un temple comme lieu de culte donnerait au Judaïsme une structure similaire à celle des religions antiques loin d’un monothéisme rigoureux renforcé dans la diaspora. Dans le cadre du monothéisme un dieu  abstrait et intangible n’a pas de résidence où de lieu de prédilection.

Si Israël avait voulu retourner aux anciennes coutumes on aurait immédiatement créé une monarchie à l’image de celles des temps bibliques et non pas une démocratie. 

Le retour des Juifs en Israël est dû à un attachement historique et identitaire qui font de ce pays leur pays d’origine et au fait que l’Europe où ils vivaient en majorité les a chassés ou exterminés et non pas au fait que Dieu soit plus présent sur cette terre qu’ailleurs.    

b-religions et fascisme

Le divin a aussi servi à donner des règles morales à l’être humain tout en le maintenant sous contrôle. Toutefois les XXe et XXIe siècles ont montré l’inefficacité des Eglises en matière de morale.

Cette inefficacité a été illustrée par les deux conflits mondiaux, la Shoah et plus récemment le génocide au Rwanda avec une certaine bienveillance de l’Eglise ainsi que le montre le reclassement en Europe de certains prêtres du Rwanda favorables au génocide.

De plus l’inquisition, la tentative d’extermination des musulmans de l’ex-Yougoslavie et la surprenante tentative d’extermination des musulmans en Birmanie Bouddhiste montre de nombreux points communs entre fascisme et religions.

Le lien avec le fascisme est aussi illustrée par la présence du Grand Mufti de Jérusalem à Berlin pendant la guerre et par son soutien à l’extermination des juifs ; ainsi lors de sa présence à Berlin ont été créées les 13e et 23e divisions SS musulmanes. De même la Syrie et l’Egypte avaient recruté au lendemain de la guerre des conseillers militaires Nazis spécialistes de fait dans  l’anéantissement des juifs.

c- les Eglises allemandes contre la dénazification au lendemain de la guerre 

Dès 1945 les églises ont craint qu’une épuration dans les services publics soit favorable aux libéraux, sociaux-démocrates et communistes et leur ferait perdre leur forte assise chez les conservateurs.

Cette opposition en particulier de l’Eglise évangélique s’explique aussi par la compromission  d’un grand nombre de pasteurs avec le nazisme.

d-place raisonnable des religions

Débarrassées du divin les religions pourraient devenir des repères identitaires ou nationaux par les traditions, la culture et l’histoire. Ainsi les êtres humains pourraient garder leurs racines dans un univers tolérant; de plus le mélange croissant de personnes d’origines différentes va dans ce sens. Dans le domaine de la vie civile et de la justice force resterait aux Etats  qui devront choisir la démocratie laïque dans le cadre des Droits de l’Homme pour convenir à tout le monde.

e-écologie

Malgré la croissance globale de l’athéisme dans les pays développés avec des soubresauts en réactions au flux des réfugiés des pays pauvres, les conflits interreligieux apparaissent dans les pays les moins développés qui rassemblent une grande partie de la population mondiale.

Au cours de la seule année de 2017 la population mondiale s’est accrue de 82 millions de personnes (naissances moins décès) soit l’équivalent de la population de la Turquie ou de l’Iran. La population mondiale atteint 7, 6 milliards d’habitants ce qui constitue un dépassement des capacités de la planète si tout le monde avait un niveau de vie équivalent à celui des pays développés.  L’accroissement démographique est individuellement une sorte de sécurité économique mais globalement mène vers une impasse et les religions incitent souvent les individus à se reproduire. 20 pays soit 10% des pays représentés à l’ONU représentent 70% de la population mondiale, 10 pays soit 5% des pays de l’ONU représentent 58% de la population mondiale et la Chine et l’inde représentent 37% de la population mondiale.

Pour éviter de faire face à la mort et éviter les conséquences de la décomposition des corps, les hommes ont le plus souvent enterré le corps des défunts et les religions ont en fait un véritable culte. La croissance démographique fait que le nombre des morts s’accumulant, les lieux  funéraires prennent de la place et empiètent sur le domaine des vivants et la population des vivants  dans certains pays s’est résignée à habiter dans les cimetières. La mise en terre des corps toujours plus nombreuse (58 millions de décès au cours de la seule année 2017, soit presque toute la population de l’Italie) implique une extension des lieux funéraires et comporte un risque dans certains cas de pollution  des nappes phréatiques. La  crémation constituerait une meilleure option pour préserver la planète.

La planète doit être protégée des hommes et nous ne pouvons pas compter sur un père de substitution imaginaire comme le divin pour résoudre nos problèmes.

 

 

NEW :SPANISH VERSION FOLLOWS FRENCH AND ENGLISH VERSIONS 

NUEVO: LA VERSIÓN ESPAÑOLA SIGUE LAS VERSIONES FRANCESA  E INGLESA

Le rôle de la sérendipité en politique française

de 2011 à 2017

Perception historique d’évènements récents ayant mis en cause le processus démocratique:

Didier BERTIN - 20 juillet 2017

Voir l'article dans la section géopolitique et economie

 

=====================================
ENGLISH VERSION

The role of serendipity in French politics

from 2011 to 2017

Historical perception of recent events that have challenged the democratic process

Didier BERTIN - July 20, 2017

See the article in the section geopolitics and economics

 

 

Les ambitions de la France dans la résolution du conflit Israélo-arabe  mises à mal  par son approche manichéenne 

et par la précarité du sort des Juifs sur son sol

English version follows

La versión española sigue la versión inglesa

Didier Bertin – 31 mai 2017

suivre le lien 

http://www.didier-bertin.org/pages/anti-semitism/ambitions-de-la-france-dans-la-resolution-du-conflit-israelo-arabe.html

 

--------------------------

France’s ambition in the resolution of the Arab-Israeli conflict undermined by its Manichean approach and the precariousness

of the fate of the Jews on its territory

Didier Bertin - May 30, 2017

follow the link

http://www.didier-bertin.org/pages/anti-semitism/ambitions-de-la-france-dans-la-resolution-du-conflit-israelo-arabe.html

 

-------------

Las ambiciones de Francia en la resolución del conflicto árabe-israelí socavada por su enfoque maniqueo y por el destino precaria de los judíos en su territorio

Didier Bertin - 30 de mayo de 2017

siga el enlace

http://www.didier-bertin.org/pages/anti-semitism/ambitions-de-la-france-dans-la-resolution-du-conflit-israelo-arabe.html

 

----------------------------------------------

LA FRANCE A L’AUBE DES ELECTIONS

Didier BERTIN – 11 AVRIL 2017

See english version after the French version

La versión español sigue la versión inglesa

suivre le lien

http://www.didier-bertin.org/pages/france-2011-2017/aube-des-elections-2017.html

 

----------------------------------------------------

 

FRANCE AT THE EVE OF THE ELECTIONS


Didier BERTIN - APRIL 11, 2017

follow the link

http://www.didier-bertin.org/pages/france-2011-2017/aube-des-elections-2017.html

 

-------------------------------------------------------------------

Francia en la víspera de las elecciones

Didier BERTIN - 11 de abril de 2017

siga el enlace

http://www.didier-bertin.org/pages/france-2011-2017/aube-des-elections-2017.html

 

------------------------------------------------------------------------------------------

 

ARTICLE PARU DANS "THE TIME OF ISRAEL" DU 17 JANVIER 2017

Adéquation et inadéquation de la politique d'Israël

face au devoir de maintenir un foyer national juif

Didier BERTIN  - 16 JANVIER 2017

VOIR RUBRIQUE ISRAEL - Foyer National Juif  - SUR CE SITE 

ou lien : http://www.didier-bertin.org/pages/israel/foyer-national-juif-et-politique-d-israel.html

ou suivre le lien ci-dessous sur THE TIMES OF ISRAEL

http://frblogs.timesofisrael.com/adequation-et-inadequation-de-la-politique-disrael-face-au-devoir-de-maintenir-un-foyer-national-juif/

 

ENGLISH TRANSLATION  OF THE ABOVE MENTIONNED ARTICLE PUBLISHED IN FRENCH

IN THE TIMES OF ISRAEL ON 17 JANUARY 2017

 

Adequacy and inadequacy of Israel's policy towards the duty of maintaining a Jewish homeland

Didier BERTIN - January 16, 2017

See the article on this Site  - Section Israel - Jewish homeland

or link: http://www.didier-bertin.org/pages/israel/jewish-homeland-israel-policy.html

 

La adecuación y la insuficiencia de las políticas de Israel

para mantener un hogar nacional judío

Didier BERTIN - 16 de enero 2017

Traducción del artículo publicado en "The Times of Israel»  del 17 de enero de, 2017
Ver el sitio en la sección de Israel, Politica deIsrael y el Hogar nacional judío

o seguir el enlace

http://www.didier-bertin.org/pages/israel/politica-de-israel-y-el-hogar-nacional-judio.html

 

----------------------------------------------------------------------

ARTICLE PARU DANS  " THE TIMES OF ISRAEL" DU 18 OCTOBRE 2016

French followed by English and spanish versions

Le monde menace l'existence du judaïsme

Didier Bertin 14/10/2016

Le monde maintenant et encore une fois met en cause l'existence du judaïsme après cela ait été fait en Europe et ait abouti à la Shoah.

Comme Shimon Peres l’homme de paix le pensait le dialogue d'Israël et par suite du judaïsme avec le monde n’est possible que si Israël et par suite le judaïsme sont protégés par des armes nucléaires efficaces et malheureusement nécessaires en raison de la fragilité d’une civilisation mondiale qui ne peut garantir la justice.

L'UNESCO a voté une résolution qui ne reconnaît pas les liens fondamentaux du judaïsme avec le  Mont du Temple et donc avec Jérusalem et remet donc en question l’existence même du judaïsme. La directrice général de l'UNESCO, Irina Bokova, avait pourtant sévèrement critiqué le projet de cette résolution qui ne tient pas compte du lien historique entre le Judaïsme et  Jérusalem.

Voir la suite dans la rubrique antisémitisme

 

Didier Bertin – 20 agosto del año 2016

1-Análisis ateo de un concepto religioso y antisemitismo

La visión atea es la única manera que hace posible un análisis de este fenómeno dado que el punto de vista religioso hizo un llamamiento a la fe que no puede ser discutido pero debe ser aceptado tal como es.

El pueblo hebreo creó  su propia religión y lógicamente era el pueblo elegido por un Dios creado o descubierto por él y para él en el contexto de una corriente de ideas determinadas por él y para él. El acceso a esta creación o descubrimiento es particularmente hermético para los otros pueblos porque él implica la aceptación de un Dios infinito e intangible que es un desafío que requiere un alto nivel de trascendencia destacando los límites de la aprehensión del cerebro humano.

Ver más en la sección de antisemitismo

 

LA NECESSITE DU BREXIT DANS L’INTERET DE  L’UNION EUROPEENNE

Didier BERTIN -  10 JUILLET 2016

Nous nous référons ci-dessous à l’Angleterre

qui est le principal acteur du Brexit qui va toucher l’ensemble du Royaume Uni.

Flag of england svg

Lire l'article dans la rubrique UNION EUROPEENNE

THE NEED OF BREXIT FOR THE EUROPEAN UNION

Didier BERTIN - July 10, 2016

 

We refer below to England, which is the main actor of Brexit that will damage the whole UK.

SEE THE ARTICLE IN THE SECTION EUROPEAN UNION

 

LA NECESIDAD DE BREXIT PARA LA UNIÓN EUROPEA

Didier BERTIN - 10 de julio 2016

Nos referimos a continuación a Inglaterra, que es el actor principal de Brexit que dañará todo el Reino Unido.

Ver el artículo en la sección  EUROPEAN UNION

 

-------------------------------

Changements fondamentaux en  2016 : Antisémitisme - Israël  - Gauche - Droite

Il est apparu depuis de nombreuses années que l’antisionisme est devenu la nouvelle forme ou la nouvelle appellation du racisme antijuif appelé aussi antisémitisme. Ce subterfuge sémantique a permis à de nombreux courants prétendus humanistes ou de gauche d’adhérer sans problème de conscience au racisme antijuif le plus conventionnel ; il suffisait de prétendre faire une différence entre Israël et le peuple juif sans tenir compte de la lourde responsabilité du genre humain quant à son retour sur sa terre.  Cette situation a atteint un paroxysme lorsque l’UNESCO a nié le lien entre le peuple juif et sa terre et a aussi par conséquent remis en cause la légitimité du christianisme dont il est issu.

Au cours de cette même année 2016 les chiffres sont venus souligner le caractère particulièrement inique du vote de l’UNESCO puisque désormais la majorité du peuple juif vit en Israël avec une population d’environ 6.5 millions de juifs toujours en croissance sur une population mondiale d’environ 13 millions de juifs.

Ce bouleversement démographique fondamental et très rapide par rapport à la situation de la population juive d’avant guerre a complètement changé la donne. C’est un retour pour l’essentiel à une situation d’un ordre similaire à celle précédent l’an 135 avant que la plupart des juifs aient dû quitter la Judée. Au-delà d’une évidence conceptuelle l’antisionisme est maintenant aussi en chiffres un élément constitutif du racisme antijuif et le lien entre le peuple juif et sa terre est aussi devenu un fait que la démographie rend indiscutable au-delà de son évidence historique, culturelle et cultuelle.

D’autres références ont été mises à mal récemment et perdent leur sens comme la notion de droite et de gauche en France. Les règles identitaires d’ordre éthique ont été mises au placard et le marché est devenu pour tous la pierre angulaire de l’économie limitant l’ambition à un fonctionnement mécaniste.

Didier BERTIN - 22 Mai 2016

Article paru dans "The Times of Israel" du 23 Mai 2016 - Lien ci-dessous:

http://frblogs.timesofisrael.com/changements-fondamentaux-en-2016-antisemitisme-et-israel/

 

Fundamental changes in 2016: Anti-Semitism and Israel

Left and Right wings in France

It appeared for many years that anti-Zionism has become the new form or the new name of anti-Jewish racism also called anti-Semitism. This semantic subterfuge has allowed many so-called humanistic or leftist currents to adhere without problems of conscience to the most conventional anti-Jewish racism; it was enough to claim the difference between Israel and the Jewish people regardless of the heavy responsibility of the human kind on his return to his land. This situation reached a climax when UNESCO denied the link between the Jewish people and its land and therefore also questioned the legitimacy of Christianity from which it was originated.

During that same 2016 figures came emphasize particularly the iniquitous character the UNESCO vote since the majority of the Jewish people is now living in Israel with a population of approximately 6.5 million of Jews still growing as compared to a worldwide population of about 13 million of Jews.

This fundamental demographic change which was very fast as compared to the situation of the Jewish population before WW2 has changed everything. This shows a return to a situation prevailing before the year 135 when most of the Jews were living in Judea. Beyond a conceptual evidence Zionism is now also in numbers part of the anti-Jewish racism. Simultaneously the link between the Jewish people and their land has also become a demographic fact that is indisputable beyond its historical, cultural and religious evidence.

Other references lost recently their meaning as the notion of right and left in France. Left wing has abandoned its ethical driving and has chosen the market as the cornerstone of economics limiting which is no more than a mechanistic system.

Didier BERTIN - 22 May 2016

Article du 24 mars surPeuple élu, conception, réalité et antisémitisme, voir article dans la rubrique : Antisémitisme

paru dans le Times of Israel

paru dans le Times of Israel du 27 mars 2016, suivre le lien ci-desssous

http://frblogs.timesofisrael.com/peuple-elu-conception-realite-et-antisemitisme/

Chosen people, Conception, Reality and anti-Semitism, English version available see section anti-Semitism

Article du 17 mars 2016 paru dans "The Times of Israel" sur le thème des inégalités dans la société israélienne

Suivre le lien ci-dessous

http://frblogs.timesofisrael.com/les-inegalites-en-israel/

  ou voir rubrique ISRAEL du site

Social and economic inequalities in Israel questioning the Zionist Ethics , english version available on 26/04/2016 -Section Israel

 HEBREU - VOIR LA RUBRIQUE HEBREU SUR LE SITE

Israel_flag_300[1].png

 HEBREW - SEE SECTION HEBREW ON THE SITE

------------------------------

Article dated of 10 February 2016

LONG TERM DEMOGRAPHIC STRATEGY OF THE EUROPEAN UNION AND PROBABLE IMPLOSION

100px-Flag_of_Europe.svg[1].png

See full article under the heading THE EUROPEAN UNION or following the link:

http://www.didier-bertin.org/pages/european-union/eu-s-dangerous-demographic-strategy.html

Presentation: In addition to the liberal policy and budgetary control imposed on Member States, the European Union (EU) would also suggest their demographic strategy including a substantial long-term immigration weakening their national identity and universal humanitarian values brought to the world (specific case of France). These views were expressed by the Council of Justice and Home Affairs (JHA) and may have inspired the population policy suggested by Eurostat till 2060. The underlying goal is probably to maintain a size number of inhabitants similar to that of the United States (US) in 2060. EU does not normally have real powers on immigration and integration models but questions the values of the Member States, which could generate disorders and strengthen substantially the opponents to EU and populist extremists.......

The violence in France related to the integration of the last migrants wave show that a good management does not solve everything contrary to the allegations of the JHA Council ........The case of France is significant because it is home the largest Muslim population as compared to the other Member States. The difficulty to fully integrate some of this population and in particular some of its new generation is illustrated in the documentation contained in the book "The lost territories of the Republic"..... Islamist radicalism is a double-edged knife by its direct action and by the related increase of fascist and racist parties in the EU such as DVU and NPD (Germany), OPS (Austria), Vlaams Belang (Belgium) DF (Denmark), FN (1st party of France in the European elections of 2014), Fidesz and Jobbik (Hungary) and now in Poland PIS is also becoming an extremist party...

 

Article du 10 février 2016:

 

LA STRATEGIE DEMOGRAPHIQUE A LONG TERME DE L'UNION EUROPEENNE A L'ORIGINE DE SA PROBABLE IMPLOSION

Voir l'article complet dans la rubrique UNION EUROPEENNE : 

http://www.didier-bertin.org/pages/union-europeenne/ue-demographie-implosion.html

Présentation: En plus de la politique libérale et du contrôle budgétaire, imposés aux États membres, l'Union Européenne (UE) voudrait aussi leur suggérer une stratégie démographique incluant une forte immigration à long terme en mettant au second rang leur identité nationale et leurs valeurs humanitaires universelles apportées au monde (cas particulier de la France). Ces considérations ont été exprimées par le Conseil de Justice et des Affaires intérieures (Conseil JAI) et ont sans doute inspiré la politique démographique suggérée par Eurostat à l'horizon 2060. L'objectif sous-jacent est sans doute de conserver une taille analogue en nombre d'habitants avec les États Unis (USA) en 2060 mais en menant une politique relativement similaire à celle de ce pays. Alors que l'UE n'a normalement pas de pouvoirs particuliers en matière d'immigration et de modèle d'intégration la remise en cause de l'identité nationale des États membres et les troubles qu'elle peut entraîner, ne pourraient qu'apporter de l'eau au moulin des Eurosceptiques et des extrémistes populistes qui entraîneraient  l'implosion de l'UE.......

Les difficultés de la France en ce qui concerne l'intégration des derniers migrants montrent que la bonne gestion ne résout pas tout contrairement aux allégations du Conseil JAI..........Le cas de la France est significatif car elle abrite la plus grande population musulmane de l'UE. La difficulté d'intégrer complètement une partie de cette population et en particulier une partie de sa nouvelle génération est illustrée par la documentation contenue dans le livre "Les territoires perdus de la République" de 2002 et dans sa postface de 2015.​....Le radicalisme islamiste est un couteau à double tranchant : par lui-même et par le succès qu'en tirent les partis fascistes et racistes en UE comme  le DVU et NPD (Allemagne), le FPO (Autriche), le Vlaams Belang (Belgique), le DF (Danemark),le  FN (1er parti de France aux élections européenne de 2014), le Fidesz et le Jobbik (Hongrie) et en Pologne le PIS qui prend à présent l'allure d'un parti extrémiste....​

                                                                                             ------------------------------------------------

 

LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES DE LA DESAGREGATION 

DE LA CLASSE POLITIQUE EN France

Suite de l’article du 31/10/2015

La fragilisation de la démocratie par l’action inadéquate du gouvernement

Didier BERTIN – 20 DECEMBRE 2015

french-flag.jpeg

French version followed by English version

 

Nous avions mis en cause l'inefficacité du gouvernement actuel dans la lutte contre le chômage et l'insécurité dans notre article du 31 octobre dernier en raison de la perte de substance de l'État en particulier en ce qui concerne son rôle en tant qu'acteur direct de l'économie. Cette inefficacité est particulièrement remarquable compte tenu des engagements et de l'identité du Parti socialiste avant 2012 et de ceux de son candidat à la présidence. L'évolution de la politique gouvernementale a entraîné la perte de l'identité du Parti Socialiste qui la soutient et par suite une perte substantielle  en croissance de son électorat.

Voir l'article dans la rubrique democracy and economics

 

THE ECONOMIC AND SOCIAL CONSEQUENCES OF THE DISINTEGRATION OF STATE AND POLITICAL CLASS IN FRANCE

Continuation of the article of 31 October 2015

The weakening of democracy by inadequate government action

Didier BERTIN – 20 December 2015

 

In our article of 31 October we blamed the inefficiency of the current government in the fight against unemployment and insecurity because of the substance loss of the State particularly with respect to its role as direct actor in the national economy. This inefficiency is especially remarkable given the commitments and the identity of the Socialist Party before 2012 and those of its presidential candidate. The evolution of government policy resulted in the loss of identity of the Socialist Party that supports it, leading to an increasing loss in growth of its electorate.

See the article in the section Democracy and politics

 

---------------------------------------------------------------------

LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES DE LA DESAGREGATION VOLONTAIRE DE

L'ETAT ET DE LA CLASSE POLITIQUE EN FRANCE

Didier BERTIN - 31 OCTOBRE 2015

French version followed by the English version 

Rep

 

I- DECEPTION DES CITOYENS QUI SE REFERENT A CE QUE L'ETAT A ETE MAIS N'EST PLUS

Traditionnellement la puissance publique représentait la puissance suprême de la Nation et disposait de moyens qui lui permettaient d'intervenir politiquement et économiquement pour sauvegarder au mieux les intérêts des citoyens. L'adoption croissante d'un modèle libéral a entrainé le dépeçage de la puissance publique qui ne peut plus tenter que de vaines politiques d'incitation en utilisant les fonds publics. Au sein de la Nation, l'État n'a plus qu'un pouvoir secondaire et inférieur à celui des Entreprises qui ont imposé comme règle le rendement du capital en dehors de toutes considérations morales, sociales ou nationales.

Cette politique de vaines incitation appelée au plus haut niveau "boite à outils" n'a eu aucun résultat depuis 2012 et n'a rien changé à la politique menée avant cette date mais qui était en conformité avec la doctrine des gouvernements alors en place. Dans les faits les citoyens ne différencient plus clairement la droite libérale et la gauche qui ne sait plus si elle est socialiste ou sociale démocrate ou centriste de droite. Assez rapidement les gouvernements formés après 2012 n'ont pas pu modifier la politique économique et financière de droite mais s'y sont pliés en s'exonérant de leurs obligations pré-électorales et en décrédibilisant ainsi la force du suffrage universel et donc la vie politique et la démocratie.

Voir l'article dans la rubrique Democracy and economics

----------------------------------------------

THE ECONOMIC AND SOCIAL CONSEQUENCES OF THE VOLUNTARY DISINTEGRATION OF STATE AND POLITICAL CLASS IN FRANCE

Didier Bertin - 31 OCTOBER 2015

I- DECEPTION OF MOST OF CITIZENS WHO REFER TO A STATE THAT NO LONGER EXISTS

The power of the State used to be the supreme power of the French nation as having the means to intervene politically and economically to safeguard the interests of the citizens. The growing application of the liberal model has led to the dismemberment of the State power that can only have vain incentives policies in using the public funds. Within the Nation, the State has now a secondary power lower than that of the private companies that have imposed the return on capital as the supreme rule beyond any moral, social or national interest.

This policy of vain incentives called at the highest level "toolbox" had no results since 2012 and did not change anything to the policy led before that date but was in line with the doctrine of the governments then in place. In fact citizens do not clearly anymore differentiate the liberal right wing and the left wing which moved from socialism to rightist liberalism. The governments formed after 2012 were not able to change the economic and financial policy of the right exempting themselves of their pre-election commitments and empting consequently the value of the vote and then of democracy.

See the article in the section Democracy and Economics

-----------------------------------------------------------------------------

PROJET DE PROFANATION DU CIMETIERE JUIF DE VILNIUS PAR LE GOUVERNEMENT LITUANIEN 

LETTRE DE PROTESTATION ECRITE A JEAN-CLAUDE JUNCKER

PRESIDENT DE LA COMMISSION EUROPEENNE 22 Août 2015

ET REPONSE DE LA COMMISSION EUROPEENNE

CETTE LETTRE DE PROTESTATION A LE SOUTIEN DE SERGE KLARSFELD

Voir section anti-Semitism

Project of desecration of theJewish cemetery of Vilnius by Lithuania 

Letter of protest sent to Mr.Jean-Claude Juncker 22 August 2015

President of the European Commission

and reply of the European Commission

This protest is supported by Serge Klarsfeld

See section anti-Semitism

 

MEETING OF 2d JULY 2015 AT THE UNESCO 

ORGANIZED BY SIMON WIESENTHAL CENTER AND THE RUSSIAN HOLOCAUST UNIVERSITY

Address of Didier BERTIN, Speaker

 RESPONSIBILITY OF WESTERN ALLIES IN THE MAGNITUDE OF THE HOLOCAUST

etoile_de_suzy.jpg

Ladies and Gentlemen

Everyone knows the responsibility of the Nazis in the execution of the Holocaust but it is time now, in particular since OSS and MI-6 have started to disclose their files from 2000, to assess briefly and in the few minutes I have, the responsibility of the Western Allies in the magnitude of the Holocaust.

A real anti-Jewish trap was organized before the war by the most civilized countries which eased substantially the achievement of the Holocaust as I am going to explain it.

The pogroms in the Russian Empire at the end of the 19th century involved the flight of near 2.5 million Jews mostly to the USA and a few to Palestine and to the UK. New pogroms took place from 1903 and to avoid the arrival of Jewish refugees in the UK, the Prime Minister Arthur Balfour decided to apply the Alien Act voted on 18 April 1905. Balfour was the leader of the Conservative Party and inaugurated in 1912 the first Eugenics Congress in London promoting the ideas of Francis Galton against any immigration. Balfour is unfortunately only known to have expressed in 1917 the agreement of the British government in which he was only Foreign Secretary to create a Jewish Home in Palestine. USA closed also their borders by the "Emergency Quota Act" of 1921 strengthened in 1924 by the Immigration Act.

The Aryan superior Race was created by the French Arthur de Gobineau and introduced in Germany by Ludwig Schemann. The son in law of Richard Wagner the English Houston Stewart Chamberlain wrote that the Aryan race of Gobineau was the German race. His ideas were adopted by Hitler in "Mein Kampf" and the opinion of Hitler on the Jews expressed in 1925 made predictable the risk of extermination when he took the power in 1933.

The anti-Jewish Laws of 1935 in Germany and the annexation of Austria in 1938 triggered the flight of many Jews. In order to control this flow of refugees President Roosevelt organized the disastrous Conference of Evian in 1938, which closed the anti-Jewish trap. 30 countries were present and 29 of them refused to host the Jewish refugees. Among them we could mention Canada, USA, UK and France; only the small Dominican Republic agreed to welcome Jewish refugees.

The UK restricted substantially the immigration of Jews to Palestine in contradiction to the target of its mandate of 1922 and then took a heavy responsibility in the magnitude of the Holocaust. The USA and Canada behave shamefully in 1939 when they obliged the Ship St Louis to return to Europe with her Jewish German refugees.

The Holocaust started with the invasion of USSR in June 1941 during which the Einsatzgruppen shot 1.1 million of Jews in the last 6 months of the year. UK and USA were aware of the Holocaust at its very beginning.

The British secret intelligence services deciphered immediately the German messages coded with Enigma machine thanks to Polish mathematicians who succeeded to decipher German messages before the war.

The British were informed of extermination achieved by the Einsatzgruppen and thus of the start of the Holocaust and intercepted thereafter extermination statistics sent from Dachau, Buchenwald, Auschwitz and from seven other camps. Among the deciphered documents there was the memorandum of the conversation between Hitler and the Grand Mufti of Jerusalem on 28 November 1941. Hitler explained that the purpose of Germany was the extermination of Jews in Europe and he utilized the word "Vernichtung" (destruction).

British and Americans considered that the extermination of Jews will end with the Victory over Germany without taking into account the high rate of extermination on a small population.

In USA, the intelligence services were COI from 1941 which was aware of the mass murders since August 1941 and the OSS from 1942 which became the CIA after the war. Abraham Duker and Charles Irving Dwork both members of the OSS made a file on the Holocaust when it was in course of achievement. This file named "Duker-Dwork Collection" is in the National Archives of USA. Duker and Dwork were shocked by the lack of interest of OSS for the Holocaust but being both Jews they were afraid to be accused of giving them too much attention.

In early August 1942, Gerhart Riegner representative of the World Jewish Congress in Geneva, sent by cable to British and American Governments information on the Holocaust followed by a complete report of 30 pages. An investigation was requested by Sumner Welles who was advisor to President Roosevelt and which confirmed the accuracy of the report. A press conference on holocaust was held in Washington in November 1942. Unfortunately the Western press did not show a major interest. Robert Borden Rams member of the State Department even complained that this press conference was detrimental to the main target: "Victory over Germany".

In October 1942 Jan Karski a polish resistant working for the Polish Government in London, collected information on the extermination of Jews in Poland to be transmitted to the western allies. In 1943 he conveyed the information to many personalities in the UK and USA and in particular to the UK foreign secretary Anthony Eden and directly to President Roosevelt.

In France Marshal Petain signed an armistice in June 1940 that eased the German offensive. France provided Germany with approximately 50% of its GDP annually and guaranteed the peace on its territory permitting Germany to deploy more troops on other fronts. The substantial support of France to Germany permitted the extension of the war causing the loss of millions lives.

The awful attitude of British caused the sinking of the ship Struma in 1942 with 769 refugees after they prevented her to reach Palestine. In November 1947, the UK abstained to vote for the partition of Palestine and in May 1948, the British General John Bagot Glubb commanding the Jordanian troops attacked Israel.

Although the Americans freed Algeria in November 1942 they left in power the former Petainist leaders enabling General Giraud to present a decree preventing the Jews to recover the French citizenship lost in 1941. Fortunately General De Gaulle got rid of Giraud and René Cassin gave back the French citizenship to the Jews. The Americans did not either deliver the Jewish soldiers confined by order of Marshal Petain in the Labor Camp named Bedeau in the south of Oran.

In 1947 USA voted for the creation of a Jewish State but imposed an embargo on all weapons to Israel. In this time UK and USA were apparently not afraid to cause a second Holocaust in Palestine. From 1947 to 1949 most of the weapons were provided to Israel by the government of Czechoslovakia.

-------------------------------------

In conclusion -Western allies neglected the lot of Jews to stress the importance of the war against Germany but paradoxically they did not really play a substantial part in the war in Europe. The figures and the facts show that Germany was defeated by the Red Army as this is symbolized by the monument of the Victory inaugurated in 2012 in Israel.

The victims of the war in the allied camp in Europe and the Holocaust amounted to 37 million people out of which approximately 26 million civilians and soldiers of USSR and 6 million of Jews which represent together 86.5% of the casualties of the allied camp in Europe.

The losses of USA and UK troops in Europe represented only 5.5% of the total casualties of Allied armies as compared to 88% for the Red army.

The Holocaust and the European anti-Semitism emptied Europe of its Jewish population from 12.1 million in 1880 to 1.5 million in 2010. This process continues today with the Islamist anti-Semitism.

Thank you for your attention.

Didier Bertin - 2 July 2015    

Traduction française

UNESCO 

Réunion organisée pat le Centre Russe pour la Shoah et le Centre Simon Wiesenthal  le 2 juillet 2015

Discours d'introduction de Didier BERTIN

RESPONSABILITÉ DE ALLIES OCCIDENTAUX

DANS L'AMPLEUR DE LA SHOAH

etoile_de_suzy.jpg

Mesdames et Messieurs

Tout le monde connait la responsabilité des nazis dans l'exécution de la Shoah et il est temps maintenant, en particulier depuis que l'OSS et le MI-6 ont commencé à divulguer leurs dossiers secrets depuis environ le début des années 2000, de prendre la mesure de la responsabilité des Alliés occidentaux dans l'ampleur de la Shoah.

Un piège anti-juif fut organisé avant la guerre par les pays les plus civilisés qui facilita sensiblement la réalisation de la Shoah comme nous allons l'expliquer.

Les pogroms de l'Empire russe à la fin du XIXème siècle ont entrainé la fuite de près de 2,5 millions de Juifs pour la plupart vers les États-Unis et pour quelques-uns en Palestine et au Royaume-Uni (150 000). De nouveaux pogroms eurent lieu à partir de 1903 et pour éviter l'arrivée d'autres réfugiés juifs au Royaume-Uni, le premier ministre Arthur Balfour fit voter "l'Alien Act" (loi sur les étrangers) le 18 Avril 1905. Balfour fut le chef du Parti conservateur et inaugura en 1912 le premier congrès sur l'eugénisme à Londres qui mettait à l'honneur les idées de Francis Galton contre toute immigration. Balfour n'est malheureusement connu que pour avoir exprimé en 1917 l'accord du gouvernement britannique dans lequel il n'était que ministre des Affaires étrangères, pour créer un foyer juif en Palestine. Les États-Unis fermèrent également leurs frontières par la "loi sur les quotas d'urgence" de 1921 renforcée en 1924 par la Loi sur l'immigration (Johnson-Reed Act).

La race supérieure Aryenne fut un concept créé par le français Arthur de Gobineau et introduit en Allemagne par Ludwig Schemann. Le gendre de Richard Wagner l'Anglais Houston Stewart Chamberlain écrivit que la race Aryenne de Gobineau était la race allemande. Ses idées furent adoptées par Hitler dans "Mein Kampf" et l'opinion de Hitler sur les Juifs exprimée en 1925 rendait très prévisible le risque d'extermination s'il prenait le pouvoir comme cela arriva en 1933.

Les lois anti-juives de 1935 en Allemagne et l'annexion de l'Autriche en 1938 déclenchèrent la fuite de nombreux Juifs. Afin de contrôler ce flux de réfugiés le président Roosevelt organisa la désastreuse Conférence d'Évian en 1938, qui ferma le piège antijuif. 30 pays étaient présents et 29 d'entre eux refusèrent d'accueillir les réfugiés juifs. Parmi eux, nous pouvons mentionner le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ; seule la petite République Dominicaine accepta d'accueillir des réfugiés juifs.

Le Royaume-Uni réduisit substantiellement l'immigration des juifs en Palestine en contradiction avec l'objectif de son mandat de 1922 et prit ainsi une lourde responsabilité dans l'ampleur de la Shoah. Les États-Unis et le Canada se comportèrent honteusement en 1939 en obligeant le navire St Louis à revenir en Europe avec ses réfugiés juifs allemands.

La Shoah commença avec l'invasion de l'URSS en Juin 1941 au cours de laquelle les "Einsatzgruppen" exécutèrent par balles 1,1 million de Juifs au cours des 6 derniers mois de l'année. Le Royaume-Uni et les États-Unis étaient au courant du déclenchement de la Shoah.

Les services secrets britanniques purent déchiffrer immédiatement les messages codés allemands avec la machine Enigma grâce au travail de mathématiciens polonais qui réussirent avant la guerre à décoder les messages allemands.

Les Britanniques furent informés de l'extermination réalisée par les Einsatzgruppen et donc du début de la Shoah et interceptèrent par la suite les messages statistiques d'extermination envoyés de Dachau, Buchenwald, Auschwitz et de sept autres camps. Parmi les documents déchiffrés on doit noter le mémorandum de la conversation entre Hitler et le Grand Mufti de Jérusalem, le 28 Novembre 1941. Hitler y expliquait que le but de l'Allemagne était l'extermination des Juifs en Europe et il utilisa pour cela le mot allemand "Vernichtung" (destruction) qui est sans ambigüité.

Les Britanniques et les Américains considéraient que l'extermination des Juifs se terminerait avec la victoire sur l'Allemagne sans tenir compte de l'effet du taux élevé d'extermination sur une petite population. Ils étaient donc indifférents au sort des Juifs.

Aux États-Unis, les services de renseignement étaient le COI à partir de 1941, qui était au courant des meurtres de masse depuis août 1941 puis l'OSS à partir de 1942 qui devint la CIA après la guerre. Abraham Duker et Charles Irving Dwork tous deux membres de l'OSS firent un dossier sur la Shoah à mesure de son exécution. Ce dossier appelé "Duker-Dwork Collection" se trouve dans les Archives nationales des États-Unis. Duker et Dwork furent choqués par le manque d'intérêt de l'OSS pour la Shoah, mais étant tous deux Juifs, ils craignaient d'être accusés de porter aux Juifs une trop grande attention.

Au début d'août 1942, Gerhart Riegner représentant du Congrès juif mondial à Genève, envoya par câble aux gouvernements britannique et américain des informations sur la Shoah suivies par un rapport de 30 pages. Une enquête fut demandée sur ce rapport par Sumner Welles, un conseiller du président Roosevelt, qui confirma l'exactitude du rapport. Une conférence de presse sur la Shoah eu lieu à Washington en Novembre 1942. Malheureusement, la presse occidentale ne montra pas d'intérêt particulier. Au contraire Robert Borden Rams membre du Département d'État se plaignit que cette conférence de presse fut préjudiciable à la cible principale : la "Victoire sur l'Allemagne".

En Octobre 1942 Jan Karski un résistant polonais travaillant pour le gouvernement polonais en exil, recueillit des informations sur l'extermination des juifs en Pologne afin de les transmettre aux alliés occidentaux.

En 1943, il transmit l'information à de nombreuses personnalités au Royaume-Uni et au États-Unis et en particulier au ministre des Affaires étrangères britannique Anthony Eden et directement au président Roosevelt.

En France le maréchal Pétain signa un armistice en Juin 1940 qui facilita l'offensive allemande. La France fournit annuellement environ 50% de son PIB à l'Allemagne et garantit la paix sur son territoire permettant ainsi de déployer plus de troupes allemandes sur d'autres fronts. Le soutien important de la France à l'Allemagne permit l'extension de la guerre causant la perte de millions de vies.

L'attitude horrible de la Grande Bretagne fut illustrée en 1942 par l'interdiction faite au navire Struma d'accoster la Palestine entrainant son naufrage avec ses 769 réfugiés. En Novembre 1947, le Royaume-Uni s'abstint de voter pour la partition de la Palestine et,en mai 1948, le général britannique John Bagot Glubb commandant les troupes jordaniennes attaqua violement Israël.

Les Américains libérèrent l'Algérie en Novembre 1942, mais laissèrent au pouvoir d'anciens dirigeants pétainistes permettant ainsi général Giraud de présenter un décret empêchant les Juifs de recouvrer la nationalité française confisquée en 1941. Heureusement le général De Gaulle se débarrassa de Giraud et René Cassin pu rendre la citoyenneté française aux Juifs. Les Américains ne délivrèrent pas non plus les soldats juifs confinés par ordre du maréchal Pétain dans le camp de travail appelé Camp Bedeau dans le sud oranais.

En 1947, États-Unis votèrent pour la création d'un État juif, mais a imposèrent un embargo sur toutes les armes à Israël. Il semble donc qu'à cette époque le Royaume-Uni et les États-Unis ne craignaient pas de provoquer une seconde Shoah en Palestine. De 1947 à 1949 la plupart des armes furent fournies à Israël par le gouvernement tchécoslovaque.

-------------------------------------

En conclusion les alliés occidentaux négligèrent volontairement le sort des Juifs pour prétendre se concentrer sur la guerre contre l'Allemagne, mais paradoxalement, ils ne jouèrent pas un rôle majeur dans cette guerre en Europe. Les chiffres et les faits montrent que l'Allemagne fut vaincue par l'Armée rouge comme cela est symbolisé par le Monument de la Victoire inauguré en 2012 en Israël.

Les victimes de la guerre dans le camp des alliés en Europe et celles de la Shoah s'élevèrent à 37 millions de personnes dont environ 26 millions de civils et de soldats de l'URSS et de 6 millions de Juifs qui représentèrent ensemble 86,5% des victimes du camp allié en Europe.

Les pertes des troupes américaines et britanniques en Europe ne représentèrent que 5,5% des pertes totales des armées alliées, comparativement à 88% pour l'armée Rouge.

L'Holocauste et l'antisémitisme européen vidèrent l'Europe de sa population juive de 12,1 millions en 1880 à 1,5 million en 2010. Ce processus se poursuit encore aujourd'hui avec l'antisémitisme islamiste.

Merci de votre attention.

Didier Bertin - 2 Juillet 2015                                                                   

 -------------------------------------------------------------

Promotion d'un Nouveau Modèle des Droits et Devoirs de l'Homme 

Grace à notre indépendance, nous avons a pu constamment prendre en compte la réalité des faits et évoluer ; son champ d'action est le monde et l'Europe décevante ne constitue plus sa référence dans le domaine des droits de l'Homme. En effet la Chartre Européenne des Droits Fondamentaux est appliquée au gré des Etats-membres dont deux d'entre eux en sont officiellement exemptés (Royaume Uni, Pologne). Dans sa nouvelle appellation incluant Droits et Devoirs, les Droits concernent d'abord les citoyens et les Devoirs leurs représentants car trop d'évènements sont venus corroborer une certaine carence de leurs part. 

    ------------------------

La forte montée de l'antijudaïsme en Europe et en particulier en France nous a amené à créer une catégorie spéciale dédiée à la lutte contre l'antisémitisme et qui devient la première catégorie de ce site de défense des Droits de l'Homme 

 The meteoric rise of global, European and specifically French anti-Judaism merits the creation of a specific category dedicated to fighting antisemitism —Anti-Judaism will become the first category of this Human Rights website.

-------------------------------

 

 

 PROMOTION OF A NEW MODEL OF HUMAN RIGHTS AND DUTIES 

PROMOTION D'UN NOUVEAU MODELE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME

Fondemenents/Fundamentals

10 Juin 2014 / 10 June 2014 


I-L'horrible et indélébile héritage de la vieille Europe

L'Europe est encore dans une situation précaire dans le domaine des droits de l'homme, après avoir été épuisée par une série d'événements dégradants : guerres, génocides, haine, racisme, antisémitisme et n'est as prémunie contre un retour des vieux démons, qui semble poindre encore à l'horizon dès que des difficultés apparaissent.

L'Europe s'est construite au travers de conflits et de traditions haineuses comme l’antisémitisme bimillénaire, amplifiées par de nouvelles idéologies extrémistes qui l'ont conduite à une phase paroxystiques de l'horreur.

Le fait que seulement 12% de la population juive mondiale vit en Europe contre 60% avant 1939 est une bonne indication de la grande fragilité la civilisation européenne.  

I-The horrific and indelible legacy of old Europe

Europe is still in a precarious position in the field of human rights after having been exhausted by a series of degrading events: wars, genocide, hatred, racism, anti-Semitism and is not still protected from old demons that seems to be emerging as soon as difficulties arise.

Europe was built through conflicts and hatred such as its bimillenary tradition of Anti-Semitism, amplified by recent extremist ideologies which led to a paroxysmal phases of horror. The fact that only 12% of the world's Jewish population lived in Europe against 60% before 1939 is a good indication of the fragility of the European civilization. 

II-Bon départ et mauvaise évolution de l'Union Européenne

La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne aurait été un bon signe d'amélioration de la civilisation européenne si elle avait été véritablement appliquée.

L'aile droite et le capitalisme sauvage dominant en Europe ont affaibli l'aspect social de la Charte dans de nombreux pays et les États membres les plus antisociaux de l'Union Européenne ont en même été exemptés. Chaque pays peut dans les faits appliquer la Charte des droits fondamentaux à sa guise qui font de l'Union Européenne un ensemble de pays riches et de pays particulièrement pauvres comprenant même une dictature. 

L'obsession de l'application d'un capitalisme orthodoxe et anachronique qui est même devenu désuet aux États Unis paupérise un certain nombre d'États membres que l'on force à appliquer une austérité qui plonge les citoyens dans un cercle vicieux de l'appauvrissement entrainant encore plus d'austérité.

Aucun État membre ne remet en cause ce système qui n'obéit qu'à une idéologie conservatrice et pas même le prétendu gouvernement socialiste de France pourtant second État-membre par la taille de son PIB et qui brille par son incompétence à faire face aux difficultés. Ce gouvernement qui devait être rénovateur semble se contenter de gérer les affaires courantes en attendant les débâcles électorales successives qui profitent à l'extrême droite. 

II-Good start and poor evolution of the European Union 

The Charter of Fundamental Rights of the European Union would have been a good signal of improvement of European civilization if it had been effectively enforced. 

The right wing and wild capitalism both domineering in Europe have weakened the social aspect of the Charter in many Member States and the most antisocial of them were even exempted of its enforcement.

Each country may in fact apply the Charter of Fundamental Rights at its convenience and the European Union is a group of rich and very poor countries including even a dictatorship.

The obsession of the application of an orthodox and anachronistic capitalism that has even become obsolete in the United States impoverishes a number of member States forced to austerity self generating bigger impoverishment and mechanical need for additional austerity.

No Member State questions the adequacy of the current ultra conservative system and not even the so-called socialist government of France yet second member state by the size of its GDP is incompetent to overcome the current difficulties. This current government which promised to renovate politics limits its action to the management of daily affairs accumulating the elections debacles , which benefit to the far right. 

III-Association pour un Nouveau Modèle des Droits et Devoirs de l'Homme

Dans de nombreux pays la plupart des citoyens sont loin d'avoir les mêmes espoirs  de droits que ceux indiqués dans la Charte des Droits Fondamentaux de l'Union Européenne et qui couvrent au delà de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme le domaine social, la vie au travail et le bien-être. A ce titre la modèle européen pouvait être l'objet d'une promotion dans le monde.

Toutefois les nombreuses restrictions relatives à l'application de la Charte, la large indépendance laissée aux États-membres en ce qui concerne son application et son interprétation, le rôle dominateur de l'économie, en font un modèle abstrait et non efficace qui doit être entièrement repensé et renouvelé. Un nouveau modèle devrait être avoir une application obligatoire et notamment dans le domaine social. 

La défense des Droits de l'Homme: 

Les pays défenseurs des Droits de l'Homme doivent être prêts à utiliser la force armée sans aucune hésitation lorsque des citoyens de tous pays voient leurs droits bafoués, leurs vies sacrifiées en raison de leurs origines ou de leurs opinions. Le monde occidental a un passé défavorable qui continue aujourd'hui illustré par les génocides et massacres de masse du XXe siècle. 

La défense des droits de l'Homme signifie aussi le soutien des forces démocratiques mais ne signifie pas le soutien aux forces anti-démocratiques arrivées au pouvoir par un processus démocratique perverti par le populisme. Les ennemis de la démocratie ne doivent pas pouvoir utiliser le système démocratique qu'ils mettent en danger tel que cela a été le cas en Allemagne, en France, lors du printemps arabe et en Hongrie.

III-Association for a New Model of Human Rights and Duties

In many countries most of citizens are far from having the same rights as those of the Charter of Fundamental Rights of the European Union, which are beyond those of the Universal Declaration of Human Rights, in the social field, work life and welfare. In this respect the European model could have been the subject of a promotion in the world. 

However, the numerous restrictions to the application of the Charter due to the large of independence left to the Member States with regard to its applicability and interpretation and the predominant role of the economy in Europe make this model abstract and non-efficient and commands a new conception. We need a new model in Europe which should be binding in particular in the social field.

Defense of Human Rights: 

Countries supporting Human Rights must be prepared to use military force without any hesitation when citizens of any countries see their rights violated, their life sacrificed because of their origins or opinions. 

The Western world has an unfavorable long history that continues today and was illustrated by the genocides and mass massacres in the twentieth century.

The defense of human rights also means supporting democratic parties, but does not mean supporting anti- democratic forces that came to power through a democratic process perverted by the Populism as it was the case in Germany, France, during the Arab Spring and in Hungary.  

The citizens constitute and transcends together the nations and the selfdetermination of the peoples of Ukraine is also part of the democratic process.

IV-Le fantôme de la vieille Europe

Le fantôme de la vieille Europe continue de nous hanter. Les citoyens européens ne sont plus de véritables acteurs dans l'Union Européenne et la démocratie s'affaiblit au bénéfice de la loi du marché qui détermine les politiques économiques et sociales. La soumission à des critères statiques et mécanistes engendre l'austérité, la chute vertigineuse du bien-être des citoyens, l'abandon de toute initiative créative et audacieuse des gouvernements et plus simplement de l'intelligence au profit d'une autoroute conventionnelle de la pensée.

L'intelligence et la création devraient être concrétisées par un intense travail des gouvernements pour réorienter l'économie au bénéfice de tous, mais cela constituerait un défi interventionniste qui irait au delà de l'engagement politique convenu. 

L'austérité généralisée en Europe et appliquée par les gouvernements de droite et de gauche, amènent le mal-être, la montée de l'extrémisme de droite et la réduction substantielle de la démocratie puisque les politiques appliquées ne sont plus guidées par les choix des citoyens.  

Par ailleurs la connaissance objective de notre histoire utile au travail de mémoire qui permettrait à la conscience européenne de progresser, a été bloquée d'abord par la guerre froide puis ensuite par le règne sans partage en Europe d'une droite intolérante.

La déclaration de Prague de 2008 a été le début d'un nouveau processus révisionniste de l'histoire européenne fondé sur le mensonge et l'ingratitude. Le processus de Prague proclame une équation triviale entre communisme et nazisme qui fait écho aux vœux les plus profonds de l'extrême droite.

Cette équation permet au continent européen d'oublier sa dette de gratitude envers l'Armée Rouge et les peuples de l'ex-Union Soviétique dont les pertes de près de 26 millions de citoyens, soit près de 16% de la population de l'URSS, ont permis au continent européen d'échapper au joug du nazisme, à la montée des régimes fascistes prédominants alors dans la plupart des pays d'Europe continentale et à la continuation des épurations raciales.

L'Armée Rouge a vaincu l'Allemagne nazie en détruisant près de 80% de son armée alors que les alliés anglo-américains ne sont intervenus en Europe continentale qu'en fin de conflit lorsque le sort de l'Allemagne était déjà scellé. 

Pourtant dans les pays européens le rôle de l'URSS est encore occulté comme à l'époque de la guerre froide au profit des alliés anglo-américains dont l'action a été très et trop subsidiaire. Trois ans de communication avec les parlementaires socialistes français ont été nécessaire pour aboutir à l'invitation du Président Poutine le 6 juin 2014.

Actuellement les autorités européennes organisent des commissions où l'on peut négocier l'Histoire pour satisfaire les exigences idéologiques de certains pays.

La vérité sur l'histoire de la seconde guerre mondiale a été symbolisée par le monument de la Victoire inauguré en Israël (Natanya) le 25 juin 2012 et commémorant la victoire de l'Armée Rouge contre le Nazisme.

Ni Shimon Peres, ni Benyamin Netanyahu, ni Vladimir Poutine ne peuvent être suspectés d'être communistes. 

Monument de la Victoire de l'Armée Rouge en Israël - 2012

Monument of the Victory of the Red Army in Israel - 2012

sc0001-1.jpg

Shimon Peres et Vladimir Poutine lors de son inauguration

Shimon Peres and Vladimir Putin during the inauguration

3-wa-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV-The ghost of old Europe 

The ghost of old Europe continues to haunt Europe today. Most of European citizens are no more involved in the European Union and democracy weakens in front of the domination of markets, which determine its economic and social policies. 

Submission to static and mechanistic criteria causes austerity, plummeting welfare, governments' renunciation of taking bold and creative initiatives and more simply of cleverness are left on the easy path of conventional thinking. 

The brilliance and creation should be implemented through an intense work of governments to reorganize economics for the benefit of everyone but this seems to be an interventionist challenge that goes beyond the usual and limited political commitment.  

Widespread austerity in Europe applied indifferently  by right and left wing governments brings harm to welfare, rise of right-wing extremism and reduction of  democracy since applied policies are no longer guided by the choices of citizens. 

Moreover, the objective knowledge of our history necessary to our memory duty that should allow the progress of European consciousness which was first blocked by the Cold War and then by the supreme reign of an intolerant right wing in Europe. 

The Prague Declaration of 2008 was the beginning of a new process of European historical revisionism based on lies and ingratitude. As a matter of fact the Prague process is based on a trivial equation between communism and Nazism, which echoes the wishes of the far rightists. 

This equation allows the European continent to forget its debt of gratitude to the Red Army and to the peoples of the former Soviet Union which lost near 26 million people, i.e. nearly 16% of the population of the USSR in order to allow  the European continent to escape the yoke of Nazism, the rise of fascist regimes prevailing then in almost all continental Europe, and the continuations of racial cleansing. 

The Red Army defeated Nazi Germany in destroying nearly 80% of its army while the Anglo-American allies intervened in Europe at the end of the conflict when the overthrow of Germany became inexorable. 

 Yet in European countries the role of the USSR is still hidden as in the days of the Cold War for the benefit of Anglo-American allies whose action was ranking substantially and exaggeratedly  secondary. Three years of communications with the French Socialist MP's were necessary to obtain the invitation of President Putin on 6 June 2014 in France.

Currently the European authorities organize committees where History can be negotiated to satisfy the ideological requirements of various countries.

The truth about the history of the Second World War is symbolized by the Monument of the Victory inaugurated in Israel (Netanya) on June 25, 2012 and commemorating the victory of the Red Army against Nazism. 

Neither Shimon Peres nor Binyamin Netanyahu nor Vladimir Putin can be suspected of being Communists. 

V- Les limites de l’Union Européenne 

En matière d'équité sociale, d'emploi et de respect de la dignité humaine, l'Union Européenne est encore limitée par l'influence dominante d'un capitalisme simpliste et éloigné des réalités de la vie des citoyens. 

Les États-membres partisans d’un modèle social et solidaire, éloigné du capitalisme strict n'ont aucune autorité et ne se donnent pas les moyens de l'acquérir. 

Les gouvernements européens mettent en danger le bien-être général de leurs citoyens, en appliquant une politique sociale et économique régressive et courtermiste. 

L'Union Européenne  ne fédéralise plus les espoirs des citoyens européens qui s'en éloignent dramatiquement tel que cela est reflété par la croissance impressionnante des abstentions lors de chaque échéance  électorale européenne. 

V-The limits of the European Union 

In terms of social justice, employment and respect for human dignity, the European Union is still limited by the dominant influence of a simplistic and capitalism away from the realities of citizens life.

The Member States in favor of a social and solidarity model, away from the strict capitalism have no means to achieve their pre-electoral programs in the European frame and even do not try .

European governments endanger the general welfare of their citizens by applying a shortermist, regressive social and economic policy.

The European Union is no more federalizing the hopes of the European citizens who are dramatically moving away from the European Union as shown by the impressive growth of abstentions at each European election.

 

Didier BERTIN