GOUVERNEMENT SEPTEMBRE 2014

 

VERSION FRANCAISE SUIVIE DE LA VERSION ANGLAISE

FRENCH VERSION FOLLOWED BY THE ENGLISH VERSION

 

HUMEUR DU JOUR 3 SEPTEMBRE 2014 

LE FAUX DEBAT CONCERNANT LES CONVICTIONS DU PRESIDENT : SOCIALISTE, SOCIAL DEMOCRATE OU SOCIAL LIBERAL 

COMMENT UN GOUVERNEMENT TOTALEMENT DEPASSE PEUT S'EMBOURBER A DROITE

PAR MANQUE DE COURAGE POLITIQUE ET D'INTELLIGENCE CREATRICE

DIDIER BERTIN - 3 Septembre 2014

 

I-UN COUP D'ETAT INVOLONTAIRE MAIS REEL ET PRECAIRE

Après une carrière politique tranquille le candidat-Président s'est retrouvé sans doute malgré lui à la tête des primaires socialistes bénéficiant des ennuis au Sofitel de New York d'un candidat majeur et du mauvais sort fait à Martine Aubry. Les militants socialistes ont pu voir dans leur secrétaire National le premier représentant des idées du PS, porteur de ses valeurs et candidat naturel du PS malgré une personnalité sans doute inadaptée à la fonction de Président. Les ennuis de l'ancien Président du FMI et l'écartement de Martine Aubry peut-être parce qu'elle est une femme ont porté le candidat-président sur le devant de la scène. Ce candidat a bénéficié de l'énergie des militants du PS, et du Programme électoral du PS pour être élu et il a donc une immense dette de gratitude envers ces militants et leur programme. La démocratie requiert qu'un élu applique le programme pour lequel il a été porté au pouvoir et non pas qu'il utilise ce pouvoir à sa convenance personnelle ou en l'adaptant à ses capacités face à des situations qui le surprennent ou le dépassent. Le fait de prendre le chemin inverse de celui qui l'a porté au pouvoir pourrait être considéré comme un coup d'État puisqu'il remet en cause les principes de base du système démocratique de représentation populaire.

Lorsque l'on vend un service qui se révèle ne pas être du tout conforme à celui déterminé par le contrat commercial, on s'expose à des sanctions légales. Ce principe de bon sens dans le commerce devrait à fortiori s'imposer à ceux qui ont été élus ou désignés pour fournir les plus hauts services requis par la nation : Chef de l'État, ministres et élus de la majorité ayant tous profité du vote majoritaire des français. Nous ne suggérons ni la démission du Chef de l'État ni la dissolution du Parlement qui consisteraient à offrir une victoire éclatante à la Droite, à l'extrême Droite et à faire disparaitre pour longtemps ou pour toujours la Gauche de la scène politique. Il s'agit aujourd'hui de choisir un Premier ministre capable de respecter le programme qui a porté au pouvoir le Président et la majorité des députés même au prix d'une réduction "de fait" de la fonction présidentielle.

II-CETTE SITUATION N'EST PAS INCONTOURNABLE CAR NOUS SOMMES ENCORE UNE DEMOCRATIE PARLEMENTAIRE

Il pourrait être mis fin à cette situation anormale si l'Assemblée Nationale s'y oppose. Il faut pour cela que la majorité des députés socialistes qui ont aussi été élus pour appliquer le programme électoral du Parti Socialiste jouent leur rôle de représentant du peuple et ne votent pas la confiance en un gouvernement qui ne tient pas compte des choix exprimés lors des élections. Ce n'est pas laqualité personnelle du Premier ministre et de ses ministres qui est en cause mais la voie catastrophique sur laquelle ils nous mènent par conviction, incompétence ou par discipline et qui n'est pas celle que les français ont majoritairement choisie par leurs votes au cours des élections de 2012 et suivantes. Les députés doivent forcer l'exécutif à remettre les choses à plat, comme cela avait été fait par le PS avant les élections de 2012 et parce qu'il ne reste plus que trois ans pour empêcher la Gauche de disparaître et l'extrême droite de triompher.  Si les députés n'assumaient pas leur devoir de représentants mandatés par le peuple ils prendraient une très lourde responsabilité et mettraient en cause le système démocratique.

 

III - LES RAISONS QUI DEPASSENT LA COMPETENCE DU GOUVERNEMENT 

1-LA DECOUVERTE DE LA TAILLE DE L'ENDETTEMENT

Le fort endettement français était connu de tous avant les élections même s'il s'est avéré être plus important que prévu et des mesures "dynamiques" avaient été envisagées pour le maîtriser par la croissance. Les actuelles mesures économiques statiques et supplicatoires face aux grandes entreprises, ne font pas qu'aggraver l'endettement aujourd'hui en utilisant de l'argent public destiné aux citoyens ou à la réduction de la dette publique au bénéfice des entreprises.

2-LA DECOUVERTE DU FAIT QUE LES GRANDES ENTREPRISES FRANCAISES ONT PERDU LEUR NATIONALITE PAR L'ENTREE MASSIVE DE FONDS INTERNATIONAUX DANS LEUR CAPITAL

Cette situation était connue de tous avant les élections et au lieu de trouver une solution dynamique adaptée, la politique de créations d'emplois par la relance économique a été remplacée par "une politique de supplications et de vaines offrandes aux nouveaux dieux : les grandes Entreprises, pouvant aller jusqu'à porter sur l'autel sacrificiel un siècle de haute lutte pour améliorer la situation sociale et humaine des citoyens. Ces offrandes des droits et de l'argent des français sont vaines car le capitalisme n'est qu'un système "robotisé" mu par le profit tel un dieu de pierre et rendent navrantes les supplications d'esclaves.

L'État aurait dû développer et créer de grandes entreprises et Établissements français à fort coefficient d'emploi (nous avions proposé un plan de relance sans avoir les moyens d'investigations du ministère des finances car en France de grands pans économiques ne sont pas exploités) sur lesquels il aurait pu articuler une politique d'incitation à la croissance et à l'emploi. La BPI semble avoir été un fiasco de ce point de vue. Au lieu de cela on espère de façon ridicule augmenter l'emploi en accroissant les contrôles de Pôle Emploi comme Sarkozy l'avait proposé.

De plus la récente politique de suivisme en Ukraine pour soutenir un gouvernement incluant de nombreux de ministres néonazis en lutte contre les minorités russophones met en péril des entreprises moyennes françaises et des emplois. L'Union Européenne aurait dû expliquer à l'Ukraine que sa Charte des Droits fondamentaux est favorable aux minorités et défavorable aux partis néonazis au lieu de s'associer avec ce pays. Même Catherine Ashton a posé sur une photo avec le chef du parti néonazi Oleh Tyahnybok. L'Europe a ainsi du mal a changé de puis la guerre et est peut-être incurable.

A l'international nous devrions concentrer nos efforts pour lutter contre le terrorisme islamique qui engendre de gigantesques drames humains par application à la lettre du Coran et l'Europe devrait envisager pour l'Islam un Vatican II au moins sur son territoire. Au lieu de cela nous nous contentons de suivre la Russophobie des États Unis, de l'Allemagne et des pays de l'Est ayant rejoint l'Union Européenne. L'Union Européenne s'est ridiculisée en nommant Donald Tusk comme Président du Conseil Européen alors que la Pologne refuse à ses citoyens le bénéfice de la Charte des Droits Fondamentaux de l'Union Européenne, ce qui aurait dû entrainer l'exclusion de ce pays. Même la dictature Hongroise est encore membre de l'Union Européenne. La Lettonie et la Lituanie ne veulent pas donner leur nationalité aux personnes nées sur leur sol si elles sont d'origine russe ce qui est un acte discriminatoire incompatible avec l'esprit de l'Europe. Ceux qui ont eu le moins à pâtir des mesures antirusses sont les incitateurs américains. La Russophobie qui n'est plus liée au communisme est une ingratitude à l'égard d'un pays qui avec les anciennes Républiques de l'URSS, a libéré le monde du Nazisme en perdant 27 millions de ses habitants et les anglo-saxons ne sont "en fait" arrivés que pour la parade finale de la victoire. Nous espérons qu'une partie de nos efforts ont contribué à faire inviter pour la première fois un Président russe aux commémorations du débarquement du 6 juin 1944 car sans lui ces commémorations n'avaient strictement aucun sens.

3-LA DECOUVERTE DU POIDS DE L'EURO ET DE BRUXELLES

Cette situation était connue avant les élections et il avait été question d'une mise à plat du fonctionnement de l'Union Européenne qui parait abandonné.

a) Le poids de l'Euro

L'Euro fort est une continuation du Mark fort et est parfaitement adapté à la structure économique de l'Allemagne qui s'impose comme grand guide de l'Union Européenne. Le Mark ou Euro fort favorise ses importations et n'affecte pas la croissance de ses exportations. La lutte contre les déficits budgétaires et les mesures d'austérité qui créent le chômage font partie de la bataille menée par l'Allemagne pour l'Euro fort. Si l'Allemagne veut mettre à genoux les peuples européens alors nous devons refonder l'Europe. Nous pourrions garder notre zone de libre échange, l'espace Schengen, et sous d'autres conditions l'Euro mais l'identité nationale et sociale de chaque État-membre doit être respectée.

b) Le poids politique de Bruxelles

La majorité européenne est à droite voire très à droite et à mesure que le poids de Bruxelles s'accroît nous paraissons être condamnés à nous mettre à l'unisson en abandonnant dans les faits la démocratie nationale. La démocratie nationale s'étiole et le poids des choix électoraux des français s'amoindrit. C'est peut être dans ce même soucis d'être à l'unisson que notre Président socialiste au départ est devenu en deux ans social démocrate puis social libéral. Sommes-nous condamnés à devenir des caméléons sans opinion ?

Les démocraties nationales doivent garder leur poids dans l'Europe et en font la richesse alors que la pensée unique européenne stéréotypée nous appauvrira et augmentera le chômage. Il faut renégocier les traités européens.

L'accroissement vertigineux du nombre de membres de l'Union Européenne pour faire un grand marché favorable aux grandes entreprises et pour continuer la guerre froide en prenant pied dans les pays de l'Est a fortement endommagé l'idée européenne qui devient un simple système économique et se vide de sa substance essentielle.

Les pays de l'Est que nous avons accueillis sont généralement antisociaux, très conservateurs et russophobes alors que la guerre froide est supposée être terminée. La déclaration de Prague de 2008 suivie par le Parlement Européen est éloquente à ce sujet. L'Europe semble devenir une tête de pont des États Unis comme le Royaume uni qui lui aussi refuse de faire bénéficier ses citoyens de la Charte des Droits fondamentaux. Le degré de sous développement patent de la grande majorité des pays de l'Est nous coûtent cher. Il faut envisager de créer une Europe à deux vitesses pour ces pays afin de protéger l'idée européenne initiale. Ces pays pensent que l'on peut négocier l'Histoire à Bruxelles comme un vulgaire contrat commercial. Les pays de l'Est doivent faire l'effort de se mettre à niveau en ce qui concerne la tolérance, l'enseignement et l'économie avant de pouvoir réellement faire corps avec l'Union Européenne.

IV-CONCLUSION

Le programme électoral socialiste promettait l'ouverture d'immenses chantiers de réformes économiques, sociales et européennes, au lieu de cela nous nous laissons engloutir par le Maelström conservateur qu'est devenu l'Union Européenne. Nous sommes la deuxième puissance européenne et nous devons nous faire entendre car il n'y aura pas d'Europe sans la France et celad'autant plus que le Royaume Uni semble sérieusement être sur le départ. Une Europe plus petite mais socialement cohérente sera plus forte qu'un amalgame de membres qui ne partagent pas les mêmes vues et les mêmes espoirs pour leurs citoyens.

 

PS: Au moment où nous avons atteint la croissance zéro et un taux de chômage record le report de la livraison du MISTRAL va nous coûter cher : indemnités gigantesques, perte du second contrat et surtout perte de notre crédibilité commerciale qui affectera notre PNB et nos exportation alors que les ventes d'armes représentent un part significative de nos exportations et cela pour faire plaisir aux États Unis et au gouvernement fasciste de Kiev. Après tout ce sont surtout les pauvres qui seront pénalisés ; est-ce que cela a beaucoup d'importance pour notre gouvernement ?

 

 

 MOOD OF THE DAY  3 SEPTEMBER 2014

 THE FALSE DEBATE REGARDING THE PRESIDENT OPINION: SOCIALIST, SOCIAL DEMOCRAT OR SOCIAL LIBERAL

HOW A GOVERNMENT WITHOUT COMPETENCE CAN FALL IN A RIGHTIST MIRE BY LACK

OF POLITICAL COURAGE AND CREATIVE THINKING

By DIDIER BERTIN - September 3, 2014

 

I-AN INVOLONTARY BUT REAL AND PRECARIOUS PUTSCH  

After a quiet political career François Hollande was chosen as candidate to the presidential elections most probably because of the troubles in New York' Sofitel of the main candidate and of the unfair position taken towards Martine Aubry. Socialist militants believed naively that the head of the Socialist Party could be a perfect representative of the Party's ideas able to support their values and their electoral program despite his personality was not perfectly in line with the job. The troubles of the former President of the IMF and the reject of Martine Aubry perhaps because she is a woman brought François Hollande on the front of the stage. This candidate thus benefited from the energy of the militants and of the party's electoral program. François Hollande should have been grateful to the militants and Party for the unexpected gift he received when he became President. Democracy requires from any elected person to apply the program for which he was mandated and not use the power issued from such mandate for personal convenience or by adapting it to his ability when a situation surprises him or is beyond his competence. Taking the opposite direction of the one who brought him to power could be considered as a Putsch since it is a major disrespect of the basic principles of democracy linked to popular representation.  When a service sold is not at all consistent with its related commercial contract, his provider may be subject to legal penalties. This common-sense principle in trade should a fortiori be imposed on those who have been elected or appointed to provide the highest services to the Nation: President, ministers and members of Parliament from the majority who were all elected on the same requirements.  We do not suggest the resignation of the President or the dissolution of Parliament which both will offer a resounding victory to the Right and far Right wing and involve the disappearance for a long time or forever of the Left wing. It would be better to choose a prime minister capable to apply the electoral program supported by the majority of French citizens even if this would reduce in fact the power of the president.

 

II-THIS SITUATION IS NOT INCURABLE AS WE ARE STILL A PARLIAMENTARY DEMOCRACY

This situation can be stopped by the Parliament. This implies that the majority of Socialist MP's, who were also elected to implement the electoral program of the Socialist Party, play their role as representatives of the people who elected them and force the current government to resign. We do not criticize the personal quality of the Prime Minister and his ministers but the catastrophic path in which they are guiding the French people by conviction, incompetence or discipline. This path is opposite to the one chosen by a majority of French at the elections of 2012 as well as in the following ones. Parliament must force a new government to reconsider all things from scratch, as this was done by the Socialist Party before the 2012 elections and because there are only three years remaining to prevent the disappearing of the Left wing and the triumph of the far right. If MP's do not fulfill their duty as mandated representatives of the people they would take a huge responsibility and would jeopardize the democracy. 

III - THE PROBLEMS BEYOND THE ABILITY OF GOVERNMENT

1- THE SIZE OF THE PUBLIC DEBT

The substantial French debt was known before the election even if it turned out to be larger than expected and "dynamic" measures were considered to encourage the economic growth. Current static economic steps and supplications before large corporations aggravate the debt because public funding is offered to these corporations instead of being given to citizens or to reduce the public debt.

2- THE FACT THAT LARGE FRENCH CORPORATIONS HAVE LOST THEIR NATIONALITY BY THE MASSIVE INTERNATIONAL PARTICIPATION IN THEIR EQUITIES

This was known before the election and instead of finding a dynamic and adapted solution to create jobs by encouraging the growth of economy we have preferred  " supplications and vain offerings to the new gods: the big companies , up to carry on the sacrificial altar a century of hard struggle to improve social and human situation of citizens. These offerings of rights and money of French are vain because capitalism is as a god of stone, "a robotic system only driven by profit." and make useless the supplications of slaves.

The State should have developed and created large companies and French Establishments with large employment rate  (we had proposed a recovery plan without the means of investigation of the Ministry of Finance in France since major economic parts of the country are not exploited) on which it could articulate an incentive policy in favor of economic growth and employment. BPI (Public Investment Bank) appears to have been a fiasco from this point of view. Instead we expect ridiculously that unemployment will decrease only by raising the number of controls from job centers as Sarkozy had proposed it in the past.

The followership in Ukraine to support a government including many neo-Nazi ministers fighting the Russian-speaking minorities endangers French medium-sized businesses and jobs because of Russian retaliation. The European Union should have explained to Ukraine that its Charter of Fundamental Rights is favorable to minorities and unfavorable to neo-Nazis instead of making an association with this country. Even Ashton posed in a photo with the head of the neo-Nazi party Oleh Tyahnybok. Europe changes difficultly and might be incurable.

Internationally we should focus our efforts in the fight against Islamic terrorism which generates huge human tragedies by applying the Koran to the letter and Europe should consider for Islam a Vatican II at least on its territory. Instead we simply follow the russophobie of the United States, Germany and Eastern European countries that joined the European Union. The European Union has ridiculously named Donald Tusk as President of the European Council when Poland denies its citizens the benefit of the Charter of Fundamental Rights of the European Union, which should have resulted in the exclusion of this country. Even the Hungarian dictatorship is a member of the European Union. Latvia and Lithuania do not give their nationality to persons born on their soil if they are of Russian origin which is a discriminatory act incompatible with the spirit of Europe. Those who had the least suffer from anti-Russian retaliation are the American instigators. Russophobie that is no longer linked to communism is ingratitude in respect of a country which with the former Soviet republics has freed the world from Nazism losing 27 million of its people; the Anglo-Saxons "in fact" arrived for the final victory parade. We hope that some of our efforts have helped the invitation for the first time of a Russian president to commemorate the landing of June 6, 1944 because without him, these commemorations would have had absolutely no sense.

3-DISCOVERING THE WEIGHT OF THE EURO AND BRUSSELS

This was known before the election and it was question to reconsider the functioning of the European Union from scratch but this idea seems to have been abandoned.

a) The weight of the Euro

The strong euro is a continuation of the strong Mark and is perfectly adapted to the economic structure of Germany which stands out as great leader of the European Union. Strong Mark or Euro is favorable to its imports and does not affect the growth of its exports. The fight against budget deficits and for austerity measures that create unemployment are a battle led by Germany in favor of a strong Euro. If Germany wants to kneel all the European peoples then we must rebuild Europe. We could keep our free trade zone, Schengen area, and under other conditions the Euro but national and social identity of each member state must be respected.

b) The political weight of Brussels

European majority is rightist or far rightist and as the weight of Brussels increases we seem to be condemned to put ourselves in unison i.e. to abandon national democracy. National democracy loses weight and the electoral choices of French lessen. This may be in the same worry to be in unison that our President initially Socialist became then Social Democrat and then Social Liberal within only two years. Are we doomed to become chameleons with no opinion?

National democracies must keep their weight in Europe that makes its richness while the European unique stereotyped thinking impoverishes us and increases unemployment. We must renegotiate EU treaties.

The staggering increase in the number of members of the European Union to make a great market for large corporations and to continue the Cold War in setting foot in Eastern countries has severely damaged the European idea and made of it a simple economic system  emptied of  its essential substance.

The Eastern European countries that we have welcome are generally antisocial, very conservative and anti-Russian as the Cold War against communism still exists. The Prague Declaration of 2008 followed by the European Parliament is eloquent about it. Europe seems to be a bridgehead of USA as the United Kingdom which also refuses to provide its citizens with the Charter of Fundamental Rights. The high degree of under development of the vast majority of Eastern European countries is expensive for the European Union currently in crisis. We should consider a creating a two-speed Europe for these countries in order to protect the original European idea. These countries believe that we can negotiate History in Brussels as an ordinary commercial contract. The Eastern European countries must make the effort to upgrade in terms of tolerance, education and economy before they can truly become members of the European Union.

IV-Conclusion

The Socialist electoral program promised the opening of huge projects on economic, social and European reforms, instead we let ourselves engulfed by the European Conservative Maelstrom. We are the second European power and we need to be heard because there will be no Europe without France and all the more UK seems to be seriously on departure. A smaller Europe will be stronger if it is socially cohesive than an amalgamation of members who do not share the same views and the same hopes for their citizens.

 

PS: Our economy is stagnant and the unemployment reached a top level ; in this context the delayed delivery of MISTRAL will have a substantial cost : huge indemnities, loss of the second contract and especially loss of our credibility in business that will affect our GDP and our exports in which arm sales is a significant portion  and this to please the United States and the fascist government in Kiev. After all it the poor people will be mostly penalized; is this  important for our governement?