MA REPONSE à Harlem Désir 08.01.13

 

Date : 08/01/2013

A : Harlem Désir

 

Cher Harlem,

 

Je te remercie beaucoup pour ton courrier et de l'attention que tu as accordée à ma lettre.

 

Mon but est bien de soutenir le Parti Socialiste et ses idées au nom desquelles nous avons obtenu la présidence de la République et la majorité de sièges au Parlement (l'effet des personnes étant très secondaire aux idées); les socialistes comptent sur leur Premier Secrétaire pour le rappeler aux élus en commençant par le Président et le Chef du Gouvernement.

 

Nous devons tout faire pour susciter la création d'emplois en France mais je ne suis pas d'accord sur le mode beaucoup trop global d'attribution de crédit d'impôt pour améliorer les marges sans véritable garantie de résultat sur les emplois.

 

Une amélioration des marges n'entraîne pas automatiquement et de loin des créations d'emplois (je reviendrai plus en détail sur cet aspect dans mon rapport).

Le mode d'attribution d'aides aux entreprises doit faire l'objet d'une modélisation rationnelle qui ne ressort pas du rapport Gallois. Les vingt milliards appartiennent à l'ensemble des français et leur distribution doit être justifiée.

 

Comme je te l'ai dit, je ne me contenterai pas de faire des critiques mais je t'enverrai prochainement une proposition de soutien aux entreprises pour la création d'emplois. J'y travaille le plus rapidement possible car je ne voudrais pas que nous ayons à répondre d'un emploi inadéquat de vingt milliards d'Euros.

 

Les entreprises sont ma spécialité avec quarante ans d'expérience professionnelle; je suis par ailleurs membre du CFA Institute des Etats Unis et de la CFA Society du Royaume Uni.

 

Soutenir le Parti Socialiste, c'est aussi savoir faire "à temps" des remarques qui garantiront sa pérennité en lui évitant de tomber dans un écueil qui pourrait lui être fatal.

 

Amitiés Socialistes

 

Didier BERTIN