Sens Conférence 13.11.12

RESUME ANNOTE DE LA CONFERENCE DE PRESSE DE FRANCOIS HOLLANDE DU 13 NOVEMBRE 2012

ANNOTATIONS EN ROUGE

Didier  BERTIN -20 novembre  2012

Des mesures ont été immédiatement prises comme le plafonnement des salaires des dirigeants d'entreprises publiques, la baisse des salaires des membres du gouvernement, la hausse de la prime de rentrée scolaire et la retraite à 60 ans.

Ces mesures sont d'ordre secondaire en ce qui concerne la politique économique et ne méritent pas d'être mentionnées. De plus la retraite à 60 ans a été abandonnée contrairement à ce qui est déclaré: La retraite à 60 ans doit pouvoir s'appliquer à tous avec ou sans les trimestres nécessaires et une pénalité en cas de cotisations insuffisantes; c'est une question de liberté individuelle qui permet au séniors exclus du système de sortir avec dignité du monde du travail et à leurs frais si nécessaire. Cette mesure humanitaire n'a pas été retenue pour préférer l'allongement effectif de l'âge de la retraite.

Réduire les salaires des ministres est un bonne mesure à condition de ne pas la gâcher en constituant un gouvernement gigantesque de 34 ministres. Ce gonflement gouvernemental semble être un artifice pour respecter la parité en créant des sous-ministères principalement pour les femmes, les grands ministères étant conservés par des hommes.

"Une politique n'est pas une accumulation de mesures ou de promesses aussi respectées soient-elles. C'est une réponse cohérente à la situation du pays" qui est grave.

Non c'est les deux à la fois; il faut respecter le programme électoral et les idées de la  gauche pour lesquelles un mandat a été donné d'abord par le PS puis par les électeurs, autrement c'est la légitimité électorale qui est en cause.

La dette publique a atteint  90% du PIB , le chômage est croissant et le  PIB est stagnant alors que nous subissons une perte de compétitivité depuis 10 ans due au décrochage de l'industrie.

C'est un phénomène qui était bien connu avant les élections et qui ne saurait justifier un virement à droite.

"L'alternance change le pouvoir et non pas la réalité"

Cette affirmation est trompeuse, l'alternance a été voulue pour changer la réalité.

"La seule question qui vaille n'est pas l'opinion publique mais l'état de la France dans 5 ans". Il faut relancer la croissance et réduire le chômage.

La seule question qui vaille est que le programme qui donne toute sa légitimité aux élus soit respecté. On ne va tout de même pas se retrouver dans la situation de Chirac élu sur le thème de la fracture sociale dont il n'avait rien à faire. Les promesses lointaines à 5 ans permettent de relâcher l'effort pour justifier à l'échéance l'échec sur le changement du monde.

Il faut relever trois défis

1-La réorientation de l'Europe

2-Le désendettement

3-La compétitivité de l'économie

Nous sommes la France, une nation en vue pour ses valeurs, ses références et son modèle; "nous ne vivons pas une crise mais un changement du monde."

1-REORIENTATION DE L'EUROPE

La réorientation de l'Europe a été amorcée avec le pacte de croissance de 120 milliards d'euros, le mécanisme de stabilité de la BCE qui redéfinit ses interventions en cas de crises dues aux dettes publiques. Le Traité budgétaire européen est à renégocier.

Le 18 octobre 2012, l'Union Bancaire a mis en place des mécanismes européens pour recapitaliser les Banques. La taxe sur les transactions financières sera appliquée en 2013. La Grèce sera maintenue dans la zone Euro.

Il faut en Europe faire preuve de solidarité et non pas seulement d'austérité.

Il ne faut pas non plus que la France et l'Allemagne héritent d'une austérité due à une mauvaise gestion volontaire  des autres, notre économie n'est pas si solide. Sortir de l'Euro n'est pas sortir de l'Union Européenne, la Grèce n'a jamais été en mesure d'entrer dans la zone euro. La réorientation de l'Europe espérée est que la grande majorité des autres partenaires de droite ne nous oblige pas à suivre leur politique et à enlever tout sens à l'alternance.

2 - DESENDETTEMENT

Notre  intention  d'équilibre budgétaire a amélioré nos conditions d'emprunt. La France emprunte à 2.1% sur 10ans et bénéficie parfois de taux négatifs à court terme.

Un audit indépendant sur les finances publiques a fait ressortir un besoin de 30 milliards d'euros pour équilibrer les comptes qui sera financé par la réduction de 10 milliards des dépenses, par des prélèvements fiscaux supplémentaires de 10 milliards sur les ménages et de 10 milliards de sur les entreprises.

La gravité du déséquilibre budgétaire était très approximativement connue et ne saurait justifier un changement soudain de politique; il est regrettable qu'elle n'ait pas été évoquée pendant la campagne électorale.

Les taxes toucheront les plus favorisés; 70% de l'effort sera supporté par 20% de la population. Il était prévu de réformer la fiscalité pour qu'elle soient plus juste.

En cinq ans les dépenses publiques ont augmenté en pourcentage du PIB de 52% à 57% sans apporter d'amélioration à la vie des citoyens (période de Nicolas Sarkozy).

Il faut économiser 50 milliards d'euros en cinq ans.

Le désendettement est en effet indispensable.

Il faut faire mieux en dépensant moins

3- COMPETITIVITE

Le rapport Gallois a été accepté dans les 24 heures de sa réception. Louis  Gallois est un homme bien.

L'amélioration de la compétitivité signifie des emplois. "Le mal français, c'est le décrochage productif."

Il faut lutter contre la désindustrialisation et les délocalisations.

Il faut un Pacte pour rassembler  face à l'avenir - appelé  pacte de compétitivité ou pacte de confiance.

C'est un constat qui ne peut être fait de façon général,

1-L'accroissement des services est une tendance naturelle des économies modernes qui vient compenser la baisse des activités agricoles et industrielles à faible valeur ajoutée. Nous regrettons l'influence du rapport Gallois sur les obsessions industrielles et sur le modèle de l'Allemagne, qui a pu garder son industrie en raison d'une image de marque très particulière. L'avenir de ce pays n'est  pas brillant (des entreprises y recrutent des spécialistes des personnes âgées).

2-Le développement des industries et services à hautes valeurs ajoutées est la solution pour laquelle nous n'avons peut être pas assez de dirigeants compétents malgré un niveau d'enseignement en France qui est l' un des meilleurs du monde. Il ne s'agit pas de s'adapter aux besoins de l'industrie qui sont changeants mais de d'orienter notre enseignement sur l'adaptabilité.

3-Le décrochage productif est le décrochage des dirigeants d'entreprises. La Recherche et développement est bien plus importante dans le secteur public; c'est au secteur public de relever le défi en prenant des initiatives industrielles et pour  cela nous devons modifier le traité européen. Il n'y a pas là de relation avec le coût du travail.

4-L'influence des critère de rendement financier exigés par les marchés financiers et les nouveaux actionnaires portant sur le rendement à court terme au détriment des investissements, n'est pas étranger au lent décrochage productif. Il n'y a pas là de relation avec le coût du travail.

"Pour cela il faut donner plus de visibilité aux chefs d'entreprises car ils la réclament et plus de stabilité aux investisseurs pour qu'il fassent des choix à long terme."

Il ont toujours eu la visibilité nécessaire mais ont volontairement fait des mauvais choix par incompétence et par cupidité. Ce faux argument vient du rapport Gallois.

Ce pacte vise à produire plus et mieux en France et à octroyer de meilleurs financements aux exportations, à l'investissement et à l'innovation.

Pour cela la Banque Publique d'Investissement -BPI- a été créée avec un capital de 40 milliards qui prendra la plupart de ses décisions au niveau régional et sera essentiellement tournée vers les PME.

La BPI est une bonne chose compte tenu des carences des autres Banques.

Nous offrirons une stabilité fiscale et règlementaire pendant cinq ans.

Le pacte de confiance est un pacte  de préparation de l'avenir.

L'accent sera mis sur des industries à haute valeur ajoutée comme la Santé, l'Economie du vivant, la technologie générique et le changement énergétique.

Pour cela nous devons procéder à une exercice de vérité sur le coût du travail.

ENORME FAUTE ET VIREMENT A DROITE

 LA   MISE EN CAUSE DU COUT DU TRAVAIL ETAIT CRAINTE SOUS L'ERE DE SARKOZY A LAQUELLE NOUS AVONS VOULU METTRE UN TERME. CE N'EST PAS POUR LA RETOUVER EN AYANT VOTE POUR UN CANDIDAT SOCIALISTE.

Nous avons vu que le décrochage productif est dû à bien d'autres choses que les salaires .

Toutes les incitations ont toujours été vaines et seules les mesures autoritaires marchent. Même au Brésil où les salaires sont presque nuls , les dirigeants trouvent qu'ils sont encore trop élevés et de nombreux travailleurs voient leur pitance payée au black.

Le coût du travail étant trop cher en France nous offrirons à toutes les entreprises de façon rapide et simple 20 milliards d'euros - 10 milliards en 2013 et  10 milliards 2014 - destinés à alléger la masse salariale des entreprises.

Tous les efforts financiers doivent de préférence être concentrés sur la réduction de la dette publique car dans ce cas nous contrôlons l'utilisation des fonds et en tirons les bénéfices.

Dans ce cas on fait jouer la France au CASINO avec une mise de 20 milliards d'Euro, car nous ne contrôlons rien.

Ce financement permettra d'alléger la masse salariale de 6% pour les salaires jusque à 2.5 fois le SMIC.

Cette subvention bénéficiera aux plus grands employeurs puisqu'elle est calculée sur la base de la masse salariale.

"Ces 20 milliards ne sont pas un cadeau mais un levier. "

Au mieux on aurait pu dire , "dont on espère qu'ils seront un levier" Pourquoi prendre à la lettre ce que Louis Gallois dit, ce n'est pas lui que nous avons élu.

Ce pacte de confiance fera que l'investissement soit préféré a la distribution de dividendes pour que les emplois soient créés en France et la richesse mieux répartie.

Il n'y a aucune raison rationnelle à ce lien et les entreprise auront simplement un bonus de 20 milliards d'euros, cela est du sûr , ce qu'elles en feront est aléatoire.

"C'est du donnant-donnant" car il y aura des contreparties.

Les salariés  seront associés aux Conseils d'Administration des grands groupes  et les partenaires sociaux pourront évaluer le dispositif.

Les salariés sont tenus au secret dans le cadre des conseils d'administration sou peine d'exclusion ou pire , c'est donc une mesure illusoire et paternaliste proposée par Louis Gallois.

Il ne faut pas de choc car  l'économie n'aime pas les chocs.

C'est la seule phrase qui marque une différence avec ce que dit Louis Gallois, c'est un peu léger.

Ce pacte portera sur 3 ans et apportera visibilité et stabilité.

Remettrons nous 10 milliards d'euros en 2015 pour atteindre les 30 milliards que demande Louis Gallois , c'est probable; il serait honnête de le dire .

Il n' aura pas de prélèvements supplémentaires en 2013 pour financer ces 20 milliards d'euros. Ces 20 milliards seront financés à 50% par des économies et hauteur d'un tiers par une hausse de 19.6% à 20% de la TVA applicable en 2014.

50% +1/3 n'égalent pas 100%, d'où viendra le reste ?

Nous devons faire à la fois des économies pour le désendettement, pour réduire les charges des entreprises et payer plus de TVA.

Dire qu'une économie n'est pas un prélèvement est trop simple. Une économie signifie moins services, moins d'aides, moins de prestations et donc une dégradation de la qualité de vie et du pouvoir d'achat. Certains services qui ne pourront être annulés entraineront des augmentations d'impôt.

Les citoyens auront donc à payer le cadeau de 20 milliards voire de 30 milliards aux entreprises et la réduction du désendettement.

La TVA n'est pas un impôt juste parce que Nicolas Sarkozy l'aurait plus augmenté, la TVA est un impôt injuste par sa nature parce qu'il frappe à égalité tous les citoyens sans tenir compte de leur revenus. Il pénalise fortement la demande.

Le pacte de confiance qui ne comporte pas de contreparties tangibles et certaines est un pacte DONNANT-PERDANT.

La CSG ne sera pas augmentée pour ne pas accroitre les cotisations qui ne devraient pas être uniquement appliquées aux revenus du travail.

Une fiscalité écologique sera appliquée.

4-REFORMES STRUCTURELLES

a)Banques:

-Création de la BPI

-Hausse du plafond du livret A

-Loi bancaire: elle  institut une séparation entre les activités de dépôts et de crédits et les activités spéculatives, interdit les produits toxiques et limite les rémunérations et bonus.

b)Chômage

Grande mobilisation contre le chômage -qui a augmenté de 1 million au cours des cinq dernières années (sous la présidence de Nicolas Sarkozy).

Si cette mobilisation est essentiellement le pacte de compétitivité , on peut parler de coup d'épée dans l'eau.

c)Education Nationale

Son budget n'a pas été réduit, l'éducation nationale a une grande place , elle doit offrir de meilleures qualifications.

d)Emplois d'avenir

Ces emplis concernent les jeunes sans formation dont le nombre est de 500 000 en 2012. 100 000  emplois seront créés en 2013et 150 000 en 2014.

Soit 250 000 empois, cela ne fait pas le compte.

e)Contrats de génération

Une entreprise touchera une prime si elle embauche un jeune et lui associe un conseiller (mentor) senior qui restera dans l'entreprise jusqu'à sa retraite. Le principe de ce contrat a été accepté par les partenaires sociaux. Ainsi avec une prime le recrutement d'un jeune n'entrainera pas le licenciement d'un sénior.

Une entreprise recrute un junior pour payer un salaire nettement moindre par rapport à un sénior, c'est une question d'argent car nous sommes dans le système capitaliste.

La juste prime pour que ce système marche est de payer aux entreprises une montant équivalent à la somme des salaires du sénior de la date de recrutement du junior jusqu'à la date de la retraite du sénior. Il s'agit de simple  comptabilité . Il est donc moins couteux de mettre le sénior en retraite anticipée. Les entreprises ne sont pas des œuvres caritatives , il faut comprendre cela quoiqu'en dise Louis Gallois.

 

f)Sécurisation emploi

Il faut instaurer un dialogue social pour l'avenir du pays. Faute d'accord il y aura une loi.

Il s'agit de créer un nouvel état d'esprit fondé sur la coopération de tous les acteurs employés , actionnaires , dirigeants.

Il faut donc transposer le modèle allemand en France du jour au lendemain, ça n'est pas réaliste. Le progrès social s'est construit dans l'opposition et les rapports de forces, si le dialogue avait été possible, cela n'aurait pas été nécessaire.

CONCLUSION

"Je suis le responsable de l'avenir de la France",

La responsabilité porte sur le respect des engagements et des lignes du PS qui ont permis à une personne de devenir candidat puis élu, cette règle devrait s'appliquer à tous les élus dont le président. C'est le principe de la Démocratie.

"je prépare le sort d'une prochaine génération".

Il faut aussi améliorer le sort de ceux  qui ont voté.

"Nous devons rassembler les français pour faire Nation" c'est à dire bloc".

Patrons et ouvriers de tous les pays tendons nous la main mais  le capitalisme n'est qu'un système économique dont le moteur est l'argent  et qui n'a que faire des ces considérations.

"Le patriotisme est au fond de nous mêmes."

"Mon devoir de rallumer la fierté" nationale.

La France  a besoin de tous: des chefs d'entreprise "qui se battent pour nos couleurs" et des jeune des banlieues.

Nous voyons là dans un discours propagandiste et nationaliste qui en principe n'est pas convenable  pour la Gauche.

Il est indispensable que la Gauche se réconcilie avec ses valeurs ou elle disparaitra comme dans un certain nombre de pays.

Lionel Jospin a remis un rapport qui sera appliqué; il concerne le non cumul des mandats, une part de proportionnelle au parlement, la fin de l'immunité du Président, la création d'une haute autorité déontologique, la reforme conseil de la magistrature pour que la justice soit indépendante.

Nous devons reconquérir notre avenir et deux vertus seront appliquées: "Vérité et Clarté" ;

Vérité et clarté pour les  uns est parfois mensonge et obfuscation pour les autres.

Dans cinq ans les jeunes vivront mieux.

Laissons les prédictions aux oracles pour nous ce qui compte c'est ici et maintenant, sinon la gauche vit ses dernières années.

NB:

Le journalistes ont été en dessous de tout avec leurs commentaires sur la magnifique salle de conférence, la posture présidentielle, la capacité dans l'art oratoire,  le renouement avec la tradition  Gaulliste. Nous n'avons lu aucune analyse sérieuse sur le fond (pas même dans le Monde). Notre presse semble pitoyable et ne va pas nous aider à voir plus claire.