EUROPE DE L’EST 20 ANS APRÈS

 

 

L’EST DE L’UNION EUROPEENNE 20 ANS APRÈS LA FIN DU COMMUNISME

 

Didier BERTIN 25 octobre 2011

 

 

Nous avons accueilli dans l’Union Européenne, 10 anciens pays communistes qui représentent  aujourd'hui 102 millions d'habitants c'est-à-dire 20.7% des 492 millions de l’Union Européenne mais seulement 7.2% de son PIB.

Le PIB par habitant des pays de l’Est est de 8 688 Euros par habitant contre 27 807 Euros en moyenne pour les autres pays de l’UE. Pour éviter toute manipulation, nous avons préféré prendre la valeur officielle du PIB.

Ces pays souffrent d’une pauvreté digne des pays émergents et les salaires bruts minimum sont compris entre 123 Euros par mois et 320 Euros à l’exception de la petite Slovénie qui seule a connu une croissance véritable et a un gouvernement de Centre-Gauche.

Pourtant les populations de ces 9 pays de 100 millions d’habitants (Slovénie exclue) soutiennent tous des Partis de droite et dans certains cas d’extrême droite (Lituanie et Hongrie) qui ne peuvent qu’aggraver leur sort difficile, mais aussi renforcer le conservatisme de toute l'Union européenne.

La conscience politique des citoyens de ces pays est assombrie par des références au passé maintenant lointain, à des promesses irréalistes, à des manipulations de chiffres et à l’habitude imposée à ces peuples de se contenter de survivre.

Un effort doit être fait par les progressistes français pour aider les organisations de ces pays qui prônent une politique sociale forte dont leurs citoyens ont un besoin urgent. Nous devons aussi les aider à améliorer leur communication en direction de ces populations très concernées par leurs difficultés et qui élisent pourtant ceux qui les aggravent.

Le Socialisme et les valeurs de progrès  doivent être internationalistes et de plus les pays de l’Union Européenne et en particulier la France, auront à payer un prix social très élevé si l’Union Européenne continue à être dominée par la droite et ceci est d’autant plus choquant que 20.7% de la population européenne n’a aucune raison objective de la renforcer.

Pour des raisons idéologiques on améliore les performances de ces pays par la forme et non par la substance :

1-Le PIB est accru hors de raison quand on connait les prix sur le terrain au titre de la parité du pouvoir d’achat par des Institutions Economiques et le service économique de la CIA (publication publique par leur world Factbook). La valeur du PIB est même quelquefois doublée.

2-On se sert abondamment des pourcentages pour dire que les succès sont grands ; or lorsque l’on part de rien ou presque, il est facile en faisant peu de réaliser de fort accroissement en pourcentage. Au bout du compte on bénéficie de la valeur absolue d’une croissance de PIB et non pas de sa croissance en pourcentage. Des forts pourcentages peuvent être réalisés dans des pays émergents sans grande conséquence si la valeur absolue additionnelle n’est pas importante en valeur.

Encore une fois nous avons remarqué ce genre de démonstration dans des études d’institutions économiques et de la CIA

La fin du communisme a apporté à ces pays la liberté mais par l’Eldorado. Sous le communisme on souffrait de difficultés à se déplacer, mais sans pouvoir d’achat c’est un peu la même chose. Nous devons aider les citoyens de ces pays à voir plus clair dans une situation que l’on a obscurcie pour eux, car la vie pour tous sera difficile dans une Union Européenne renforcée à droite.

Afin d’être plus pratique nous ferons bientôt une étude détaillée de la Pologne qui représente 38% de la population des pays de l’Est membre de l’Union Européenne.

tableau-analytique.jpg