Géopolitique-introduction-PIB

 

GEOPOLITIQUE ET ECONOMIE PLANETAIRES AUJOURD'HUI
 
 
I-INTRODUCTION 
 
 II PIB
 
Par Didier BERTIN 
 
20 JUILLET 2012
 
Tables des Matières
 
I-INTRODUCTION- page 7
 
II-PIB - page 11
 
1-LES DEUX PUISSANCES MONDIALES PREDOMINANTES: ETATS UNIS ET CHINE ET LES 13 AUTRES PAYS AYANT UN PIB SUPERIEUR A MILLE MILLIARDS DE DOLLARS -page 11
 
2-LES QUATORZE PREMIERS PAYS - INDE EXCLUE -page 13
3- LES PAYS AYANT UN PIB COMPRIS ENTRE CENT ET MILLE MILLIARDS DE DOLLARS-page 13
4-LES CENT TRENTE QUATRE AUTRES PAYS DU MONDE DONT L'INDE-page 13 
5-CAS PARTICULIER DES TROIS PREMIERES PUISSANCES ECONOMIQUES COMPAREES A LA QUATRIEME -    page 14
 
6- MONDE MEDIATIQUE ET MONDE REEL - PAGE 16
7-ILLUSTRATION DES ECARTS ENTRE MONDE MEDIATIQUE ET MONDE REEL -Page 17
8-LA LIMITE DU SENS DU PIB ET LES DANGERS DE SA CROISSANCE -Page 42 
 
III-DEPENSES DE DEFENSE -page 47
1-LES DEUX VERITABLES GRANDES PUISSANCES -Page 47
2-LES TROIS PUISSANCES SECONDAIRES -page 48
 3- LES AUTRES PAYS AYANT DES DEPENSES DE DEFENSE SUPERIEURES  A  QUARANTE MILLIARDS DE DOLLARS page 49
4- CAS PARTICULIER D'ISRAEL -page 52
 
IV-PETROLE : RISQUE POUR LES  DEMOCRATIES -page 53
1- PRINCIPAUX IMPORTATEURS NETS -page 53
2-ORGANISATION DES PAYS PRODUCTEURS ET EXPORTATEURS NETS page 54
3- ECONOMIES DES PAYS PRODUCTEURS ET EXPORTATEURS NETS -page  55
4- REGIMES  DES PAYS PRODUCTEURS ET EXPORTATEURS NETSpage 57
5-LES MEILLEURS CHOIX PRATIQUES EN MATIERE D'ENERGIE     
page 60
 
 
V-DETTE PUBLIQUE -page 61
1- DONNEES ESSENTIELLES SUR LA DETTE PUBLIQUE-page 61
2- LE RISQUE DE SURENDETTEMENT CONCERNE SURTOUT  LES PAYS  LES PLUS RICHES -page 63
3-LE SURENDETTEMENT NE CONCERNE QUE  13.9% DE LA POPULATION MONDIALE VIVANT PRINCIPALEMENT DANS LES PAYS  LES PLUS RICHES -page 63
4-UNION EUROPEENNE, ZONE EURO ET SURRENDETTEMENT PUBLIC - page 66
5-CAS PARTICULIER DU JAPON -page 67
6- ATTITUDE FACE A LA DETTE PUBLIQUE-page 69
 
 
VI-AUTRES OPTIONS ECONOMIQUES -page 70
1- LE RISQUE DU PROTECTIONISME -page 70
2- LES DEFIS ECONOMIQUES -page 71
 
 
VII - DISPARITES SOCIALES PLANETAIRES-page 74
1-DEFINITION -page 74
2-CALCUL -page 75
3-L’INDICE GINI APPLIQUE A LA PLANETE -page 75
4-ANALYSE -page 80
 
 
VIII-LES RAISONS POUR LESQUELLES  L'UNION EUROPEENNE N'EST PAS UNE GRANDE PUISSANCE
Page 87
1-UNION EUROPEENNE ET OTAN -page 88
2-CREATION ET TRAITES - ELARGISSEMENT ET INTEGRATION-page 90
3- LE PROBLEME DE L'APPLICATION DE LA CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX -page 91
4-LES CONTRAINTES DES PROCESSUS DECISIONNELS-page 94
5- INSTITUTIONS  -page 94
6-L'ORIENTATION POLITIQUE DE L'UNION EUROPEENNE -page 101
7-POLITIQUE INTERNATIONALE -page  104
8-LE CAS PARTICULIER DES ELECTIONS AU PARLEMENT EUROPEEN page 105
9-LES DISPARITES DES REVENUS MEDIANS DES MENAGES ENTRE LES PAYS DE L'UNION EUROPEENE -page 106
10-NOUVEAUX MEMBRES DE L'UNION EUROPEENNE-page 107
11-LES  LIMITES DE L'UNION EUROPEENNE-page 108
12-ILLUSTATION PARTICULIERE DE L'ANCRAGE A DROITE DE L'UNION EUROPEENNE -page 111
A- La déclaration de Prague du 3 Juin 2008  -page  111
B –Les dangereuses conséquences des déclarations de Prague et du Parlement européen -page 113
 
 
IX - CONCLUSION GENERALE -page 137 
 
ANNEXES 
1-DONNEES SUR LES  60 PREMIERS PAYS AYANT UN PIB SUPERIEUR A 100MILLIARDS DE DOLLAR ET SUR LE RESTE DU MONDE  - page 144 et 145
2-DONNEES SUR LES PAYS ENDETTES DE L'UNION EUROPENNE -page 146
3-DONNEES SUR LES PAYS DE LA ZONE EURO -page 147 
4-DONNEES SUR LES PAYS DE L'UNION EUROPENNE -page 148

 
 
I-INTRODUCTION
 
 
L'échelle des priorités médiatiques parait  souvent éloignée des réalités géopolitiques et économiques planétaires par souci d'être en harmonie avec les attentes de l'audience. 
 
Chacun a sa réalité et cela ne convient plus à un monde globalisé. En s'en tenant dans un premier temps à des considérations simples sur le PIB, les dépenses de défense , la dette publique, les contraintes énergétiques, l'organisation sociale à l'échelle mondiale et quelques illustrations de l'écart entre le monde médiatique et le monde réel,  nous espérons  pouvoir apporter  un nouveau regard et sortir du contexte traditionnel dans lequel  quelques pays riches et à présent en crise, monopolisent le  devant de la scène selon une problématique qui leur est propre. 
 
Pour sortir des faux semblants nous avons écarté les termes de pays développés, qui suggère qu'il s'agit d'un privilège acquis et de pays émergents, qui suggère qu'ils deviendront développés et leur avons préféré les termes plus crus mais  plus authentiques  de "pays riches" et de "pays pauvres."
 
Nous  avons aussi reconsidéré la réalité de l'Union Européenne dans l'équilibre géopolitique planétaire et avons tenté de répondre aux questions suivantes:
 
1. Dans quelle mesure les Etas Unis et la Chine dominent-ils le monde?
 
2. Quelle part ont les autres pays sur la scène internationale?
 
3. Quel est l'écart de développement entre les quelques pays riches qui accaparent l'attention des médias et aussi l'essentiel de la production mondiale et l'ensemble des autres pays que l'on ne  mentionne qu'au hasard des développements internationaux et de la disponibilité du temps médiatique?
 
4. Les forces de dissuasion des Etats en dehors de celle des Etats Unis et de la Chine, ont-elles  une réelle substance ou ne sont-elles plus que des forces d'appoint ou locales?
 
5. Existe-il d'autres voies pour le printemps arabe que l'hiver islamiste?
 
6. Ne donne-t-on pas au PIB une signification démesurée? 
 
7. La planète peut-elle résister  au modèle de  croissance que nous croyons être la norme dans les pays occidentaux? Ce modèle  est-il éthiquement acceptable ou est-il fondé sur "une nécessaire inégalité entre les nations" étant donné qu'il n'est pas matériellement généralisable? 
 
8. Ne confondons-nous pas PIB et" bien-être" et  sa croissance ne peut-elle pas engendrer le mal-être?
 
9. A-t-on envisagé tous les risques économiques, environnementaux et politiques qu'entraine  la dépendance du pétrole, c'est à dire d'un très petit nombre de pays producteurs et exportateurs-nets?
 
10. Dans l'attente de solutions écologiques réalistes, ne doit-on pas maintenir et améliorer le parc de centrales nucléaires? 
 
11. L'Union Européenne a-t-elle une importance politique et dissuasive supérieure à celle de chacun de ses  principaux états-membres? Bénéficie-t-elle d'un effet synergétique? L'Union Européenne a-t-elle une réelle substance? L'Union Européenne est-elle éthique? Est-il moral que l'Union européenne autorise certains Etats- membres à priver leurs citoyens du bénéfice de sa Charte des Droits Fondamentaux? Est-il moral  que l'Union Européenne ait pu tolérer qu'une dictature ait présidé son Conseil en 2011?  Est-il acceptable que les équipes sportives des Etats membres de l'Union Européenne aient pu participer à l'EURO 2012 "en Ukraine", où les Droits de l'Homme ne sont pas respectés et où la principale  opposante est incarcérée? 
 
 
12. L'ancrage à droite de l'Union Européenne ne limite-il pas les espoirs que l'on peut porter sur son avenir? Est-il du ressort du Parlement Européen de soutenir des déclarations doctrinaires de droite tendant à refaçonner l'histoire? 
 
13. Les pays démocratiques ne doivent-ils pas réagir lorsque le système démocratique est utilisé pour faire entrer à la tête de certains Etats, des représentant de courants intolérants  et populiste dont le but est mettre fin à la démocratie, aux libertés et  à l'égalité entre hommes et femmes?
 
14. Ne fait-on pas trop de bruit à propos des problèmes d'endettement des pays riches et en particulier de celui des principaux Etats-membres de l'Union Européenne, sachant que seulement dix huit  pays concentrent 75.7% de la dette publique  et ne représentent que  13.9% de la population mondiale?
 
15. Est-il acceptable que quelques pays riches envisagent de priver  des pays pauvres de revenus en utilisant le protectionnisme et ainsi d'aggraver la situation des travailleurs des pays pauvres que l'on prétend vouloir protéger? Ne doit-on pas mettre en place des mesures qui garantissent l'accroissement du bien-être des travailleurs des pays pauvres plutôt que de s'enfermer dans un protectionnisme appauvrissant même pour les travailleurs des pays riches?  
 
16. Les pays riches ne devraient-ils pas se concentrer sur le développement de nouvelles industries à fortes valeurs ajoutées dignes du niveau d'éducation qu'ils prétendent avoir, au lieu de vouloir recourir au protectionnisme? 
 
17. N'est-il pas temps que les Etats recouvrent leur autorité et s'impliquent plus directement dans la gestion des grandes entreprises et surtout des Banques afin de protéger leurs citoyens de désordres publics profonds? 
 
 
18. Le capitalisme est-il encore un système  adéquat dans un monde devenu complexe et global? 
 
 
 
 
 
II-PIB
 
 
1-LES DEUX PUISSANCES MONDIALES PREDOMINANTES: ETATS UNIS ET CHINE ET LES TREIZE AUTRES PAYS AYANT UN PIB SUPERIEUR A MILLE MILLIARDS DE DOLLARS
 
Les comparaisons des PIB à parité de pouvoir d'achat seraient idéales si elles étaient fiables; or nous avons rencontré quelques anomalies sur le terrain qui nous ont amené à considérer qu'il était plus prudent de s'en tenir  à la valeur officielle du PIB convertie en dollars à la seule exception de la Chine dont le cours de la monnaie est très artificiel.
 
La Chine maintient le  cours du Yuan à un niveau particulièrement bas pour soutenir le niveau élevé de ses exportations et pour en tirer un bénéfice durable.  Le PIB de la Chine a donc beaucoup plus de sens en en parité de pouvoir d'achat  (PPA ou PPP) qu'au cours du Yuan qu'en valeur officielle.  Le PIB PPA de la Chine est supérieur de 60% (4 300 milliards de dollars) à sa valeur officielle. 
 
Avec respectivement un PIB de 15 060 et 11 290 Milliards de dollars les Etats Unis et la Chine sont de très loin les deux premières puissances mondiales. Le PIB de la Chine est proche de celui des USA (75%) loin devant les autres pays. 
 
Le Japon et l'Allemagne arrivent au 3ème et 4ème rang avec un PIB équivalent respectivement à seulement   39% et 24.2% de la valeur de celui des Etats Unis.
 
Le PIB moyen de la Chine et des Etats Unis s'élève à 13 175 milliards de dollars et la moyenne de ceux des 13 autres pays suivants dont le PIB est supérieur à 1000 milliards de dollars, à seulement 2 339 milliards de dollars. Seuls 15 pays sur 193 ont un PIB supérieur à 1000 milliards de dollars. 
 
Les Etats Unis et la Chine génèrent 35.4% du PIB de la planète (somme des PIB de chaque pays). 
 
Les quinze pays ayant chacun un PIB de plus de 1000 milliards représentent ensemble un PIB de  56 767  milliards de dollars soit 76.2% du PIB mondial et les 178 autres pays le reste (23.8%, c'est à dire 17 893 milliards de dollars).
 
Ces quinze principaux pays du monde sont par ordre d'importance économique, les Etats Unis , la Chine, le Japon, l'Allemagne, la France, le Brésil, le Royaume Uni, l'Italie, la Russie, l'Inde , le Canada, l'Espagne, l'Australie, le Mexique et la Corée du Sud.
 
Seuls cinq de ces pays ont des moyens de défense véritablement dissuasifs: Les Etats Unis, la Chine, La France, le Royaume Uni et la Russie. Les autres 188 pays du monde ne peuvent jouer qu'un rôle local ou participer à titre complémentaire à des opérations internationales.
 
Les PIB de ces 15 premiers pays recouvrent des savoir faire très différents ainsi que le reflète leur PIB par habitant variant de 1 529 dollars pour l'Inde à 68 500 dollars pour l'Australie.
 
Seuls six pays dans le monde sur 193, ont un PIB per capita supérieur à   40 000 Dollars: L'Australie (68 500), le Canada (51 735), les Etats Unis (47 962), le Japon (46 102), l'Allemagne (44 802) et la France (42 545).
 
La Chine concentre ses efforts sur une production industrielle qui représentait dans le passé une part importante de l'activité des pays occidentaux et produit un PIB per capita de 8 406 dollars compte tenu d'une basse  rémunération de la main d'œuvre. 
 
2-LES QUATORZE PREMIERS PAYS - INDE EXCLUE
 
Afin de mieux  refléter le déséquilibre planétaire, nous avons exclu des 15 premiers pays ayant un PIB supérieur à 1000 milliards de dollars, l'Inde qui a un PIB per capita beaucoup trop éloigné de la moyenne de ce groupe de quinze, soit  1 529 dollars qui en fait un pays particulièrement pauvre.
 
Ces quatorze pays (Etats Unis  , Chine, Japon, Allemagne, France,  Brésil, Royaume Uni, Italie,  Russie, Canada, Espagne, Australie,  Mexique et Corée du Sud) génèrent ensemble un PIB de 55 924 milliards de dollars soit 75.1% du PIB mondial et regroupent 2 667 millions d'habitants soit 38% de la population mondiale.
 
Ces 14 pays ont un PIB moyen per capita de 20 968 dollars alors que le PIB per capita moyen du reste de la population mondiale (62%) s'élève à 4 256 dollars.
 
3- LES PAYS AYANT UN PIB COMPRIS ENTRE CENT MILLIARDS  ET MILLE MILLIARDS DE DOLLARS
 
Quarante cinq  pays ont un PIB compris entre 100 et 1000 milliards de dollars. L'ensemble des PIB de ces pays est dSD 14 896 Milliards soit 20% du PIB mondial alors qu'ils représentent  27.4% de la population mondiale; leur PIB moyen per capita n'est que de 7 730 dollars. 
 
4-LES CENT TRENTE QUATRE AUTRES PAYS DU MONDE DONT L'INDE
 
Pour mieux refléter le déséquilibre économique mondial, l'Inde a été prise en considération  avec les 133 autres pays dont le PIB est inférieur à 100 milliards de dollars. Le PIB per capita de l'Inde est quand même inférieur à la moyenne de ce groupe.
Ces 134 pays représentent ensemble un PIB de 4 640 milliards de dollars soit seulement 6.2% du PIB de la planète et rassemblent une population de  2 429 millions soit 34.6% de la population de la planète. Le PIB moyen per capita de ces 134 pays sur 193 n'est que de 1 910 dollars par an.
 
5-CAS PARTICULIER DES TROIS PREMIERES PUISSANCES 
ECONOMIQUES COMPAREES A LA QUATRIEME
 
 
 

2011

PIB -$

Per

capita

GINI

%

TAXES

% PIB

Pop.sous

pauvreté %

chômage

 

%

Detention/

100,000 personnes

Budget

Deficit/pib

EXPORTS

$ mds

Régime

USA

47 962

45

15

15.1

9.1

750

-8.9%

1 511

Democratie

JAPON

46 102

38

33.9

16

4.8

60

-8.5%

801

Democratie

CHINE

8 406

48

23.6

13.4

6.5

120

-1.2%

1 898

Dictature

Allemagne

44 802

27

43.6

15.5

5.7

100

-1.7%

1 408

Democratie

 
 
62% de la population mondiale de 179 pays n'engendrent que 25% du PIB mondial, tandis que les trois premier pays qui produisent 43% du PIB mondial, ne regroupent que 25% de la population mondiale. 
 
Ces 3 premiers pays ETATS UNIS , CHINE et JAPON ont des indices de distribution du revenu très inégalitaire (GINI) et des taux de prélèvements  particulièrement bas. 
La distribution des revenus dans ces 3 pays est particulièrement inégale et leurs gouvernements ne se donnent pas les moyens budgétaires de d'améliorer cette situation. 
 
La population sous le seuil de pauvreté de ces trois pays est en conséquence très élevée : Etats Unis 15.1%, Chine 13.4%, Japon 16% . 
 
On peut aussi noter que les Etats Unis ont de loin la population carcérale la plus élevé du monde et ceci est probablement  le reflet d'une société inégalitaire en matière économique et éducationnelle et d'une faible présence de L'Etat en dehors du domaine répressif; seule la Russie qui n'est pas une véritable démocratie à un indice d'incarcération comparable à celui des USA.
 
L'insuffisance des ressources budgétaires engendre des déficits substantiels  aux Etats Unis  et au Japon et avec pour conséquence des dettes publics importantes.
 
La Chine a choisi  une stratégie de domination fondée sur le tout économique et la mise à l'écart au moins provisoire de l'idéal communiste, avec un recours négligeable à l'endettement; l'efficacité de sa politique est probablement à la fois le produit d'un savoir faire incontestable et du caractère autoritaire de son régime. 
 
Cette situation tranche avec celle de l'Allemagne, la quatrième puissance économique mondiale et la première puissance économique européenne.
 
L'Allemagne rassemble de nombreuses caractéristiques des pays européens qui sont très éloignées en général de celles de la plupart des autres pays du monde c'est à dire: 
 
• une répartition du revenu assez équitable 
• des ressources budgétaires conséquentes mais encore insuffisantes pour permettre la réduction de la dette publique.
 
L'Allemagne a un seuil de pauvreté plus élevé que celui de la France (13.5%) qui n'est pas dû a un revenu médian particulièrement haut puisque celui-ci a été  inférieur à celui de la France en 2010 selon Eurostat : 20 292 Euros pour la France contre 17 797 Euros pour l'Allemagne, qui ne serait donc plus un modèle de développement social, idéal.
 
Le pourcentage moyen de population vivant sous le seuil de pauvreté moyen dans l'Union Européenne des 15 ou des 27 est le même soit 16% de la population. Toutefois le seuil de pauvreté  n'est pas un indice qui se prête à une comparaison aisée entre différents pays puisqu'il est fixé sur une partie  du revenu médian (60% en Europe) et que ce revenu médian ne permet pas dans certains pays de sortir de la pauvreté. En Chine le seuil de pauvreté est de 260 dollars par an.
 
 
6-MONDE MEDIATIQUE ET MONDE REEL 
Dans un certain nombre de cas la primauté des critères d'audience qui déterminent les revenus des médias,  donnent une image du monde économique et politique éloignée de la réalité et par contagion la réalité peut même finir par s'adapter à ces perceptions médiatiques instantanées. 
 
Cet effet de contagion est particulièrement bien illustré par  l'influence des agences de notations qui s'approprient, propagent et amplifient une perception furtive et convenue de l'instant. Un endettement réduit et une politique budgétaire austère militent en faveur d'une bonne notation même lorsqu'ils procèdent d'un manque d'ambitions d'un Etat indifférent au sort de ses citoyens. Les notations ont l'apparence d'indications prévisionnelles mais sont trop souvent adaptées aux circonstances constatées et au consensus des marchés. Les notations consacrent des  opinions qui entraineront la modifications des conditions financières qui pourront amener la réalité à devenir conforme à l'opinion que l'on se fait de cette réalité.
 
 
Nous indiquons ci-dessous pour illustrer l'opacité des notations , le résumé de celles données par  S&P (Statndard and Poor's)données aux risques souverains:
 
‘AAA’— Extrêmement forte capacité à faire face à ses obligations financières
 
‘AA’— Très forte capacité 
 
‘A’— Forte capacité 
 
 ‘BBB’—Capacité adéquate mais plus vulnérable que la catégorie précédente
 
 ‘BBB-‘—Rating d'investissement de la plus basse catégorie,  selon les acteurs du marché
 
‘BB+’— Investissements hautement spéculatifs 
 
‘BB’—.... peut faire face à des à des évènements négatifs
 
 ‘B’—Plus vulnérable que la catégorie précédente
 
 ‘CCC’—Vulnérable
 
 ‘CC’— Hautement vulnérable
 
‘C’— Plus vulnérable  que la catégorie précédente
 
‘D’— En défaut de paiement
 
Les addition des signes (+) et (-) renforcent l'opacité des notations.
 
 
7-ILLUSTATION DES ECARTS ENTRE MONDE MEDIATIQUE ET MONDE REEL
 
Nous voudrions présenter quelques illustrations de ce phénomène et tenter d'en faire une interprétation.
 
A-BRESIL: 
 

PIB $ md

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL. $

RANG

BRESIL

2 518

6

206

5

12 223

35

 
S&P:BBB
 
Ce pays se classe au sixième rang mondial par la taille de son PIB et  a développé avec succès de nombreuses industries et l'exploitation de ressources minérales et énergétiques. Malgré ces succès et la bonne volonté de Lula et aujourd'hui de Dilma Roussef, ce pays est très loin d'avoir éradiqué la grande pauvreté. 
 
Le PIB du Brésil est a peu près similaire à celui du Royaume Uni mais par habitant n'en  représente  que 31% et est analogue à celui du Venezuela et inférieur à celui du Chili. 
 
La population vivant sous le seuil de pauvreté est de 26%, toutefois ce pourcentage ne reflète que partiellement la réalité  puisqu'il est lui même calculé sur la base d'un salaire médian insuffisant.
 
L'importance médiatique du Brésil pourrait être à l'un ou à plusieurs des éléments suivants:
  • la valeur "absolue" de son PIB qui le classe parmi les pays importants,
  • la volonté de s'industrialiser pour produire de nombreux biens que d'autres pays se contentent d'importer  
  • le charisme de son ancien président.  
 
B-RUSSIE
 
 

PIB $ md

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL. $

RANG

BRESIL

2 518

6

206

5

12 223

35

 
S&P:BBB
 
Le pays le plus vaste du monde avec 138 millions d'habitants ne produit qu'un PIB de USD 1 885 milliards qui est inférieur à celui du Brésil et de l'Inde et à peine plus élevé que celui du Canada qui ne compte que 34 millions d'habitants et cela malgré ses importantes exportations de pétrole et de gaz. Le PIB par habitant n'est que de 13 659 dollars à peine supérieur à celui du Brésil.
 
La Russie est le 2eme exportateur de pétrole après l'Arabie Saoudite avec 12.7% des exportations mondiales contre 19.4% pour l'Arabie Saoudite; le 3ème exportateur ne fournit que la moitié de la valeur des exportations de la Russie ( Iran:6.4%).
 
La position d'exportateur de gaz et de pétrole donne à ce pays relativement pauvre, un moyen de pression sur la scène internationale. Son influence sur le cours du pétrole peut être très substantielle  et avoir des conséquences dramatiques sur les économies  des pays occidentaux.
 
A l'image de nombreux pays pauvres, la Russie souffre d'une inégalité substantielle de la répartition de  son faible revenu ainsi que le reflète son indice GINI de 42% et cela notamment en raison de son caractère peu démocratique. L'injustice sociale est accrue par des prélèvements  limitées de seulement 20% du PIB, contre 42% en moyenne dans l'union Européenne. 
 
La Russie a un budget militaire élevé pour sa taille économique qui  n' équivaut qu' à celui de la France. 
 
La vision médiatique de la Russie néglige le rôle essentiel  de  l'URSS pour vaincre pratiquement seule l'Allemagne nazie et valorise le conflit avec les Etats Unis  dans le cadre de la guerre froide. L'URSS était apparue pendant longtemps comme la seconde puissance mondiale. Les atouts principaux de la Russie sont l'exportation de gaz et de pétrole, la détermination des ses leaders et son droit de veto dû à sa qualité de membre permanent du conseil de sécurité de l'ONU.
 
C-INDE
 
 

PIB $ md

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL.$

RANG

INDE

1 843

10

1 205

2

1 529

56

 
S&P:BBB-
 
Croissance démographique: Millions d'habitants

1961

1971

1981

1991

2001

2011

439

548

683

846

1027

1 205

 
Avec un PIB par habitant de seulement USD 1 529 et un indice Gini de 37%, l'inde est une nation très pauvre malgré ses impressionnants  pôles de développement technologiques et quelques très grandes entreprises. Le faible niveau des prélèvements de 12% du PIB est certainement lié à la grande pauvreté de ce pays.
 
L'importance médiatique de l'Inde pourrait être liée à l'un ou à plusieurs des éléments suivants:
 
  • la notoriété de l'Hindouisme qui avait inspiré le Mahatma Gandhi
  • la promotion de la non-violence par le Mahatma Gandhi dans un pays déchiré par la violence induite par les anglais, les castes et les religions;
  • le rejet d'une entente avec les musulmans et de la réforme des intouchables voulues par le Mahatma Gandhi lors de l'indépendance en 1947. 
  • l'importance des moyens militaires dont l'Inde  a fait étalage lors des trois guerres qui l'ont opposée au  Pakistan en raison de leur différend sur le Cachemire, 
  • la possession de l'arme atomique
  • les importants pôles de développement dans des secteurs de pointe qui ne sont que quelques ilots dans une mer de grande pauvreté.
 
 
D-PAKISTAN
 
 

PIB $md

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL $

RANG

PAKISTAN

204

47

190

6

1 073

59

 
 S&P:B-

La création de ce pays  en 1947 a consacré l'impossible cohabitation entre musulmans et hindouistes en Inde. 
Le budget militaire du Pakistan ne représente que 13% du budget Indien. Le PIB par habitant du Pakistan n'équivaut qu'au 2/3 du PIB indien et est donc un pays particulièrement pauvre. 
 
Le Pakistan a choisi d'établir des relations privilégiées avec les Etats Unis dont il est officiellement un allié majeur hors OTAN sur la scène, pour équilibrer la situation, mais semble jouer  en coulisse un rôle opposé. 
 
Le Pakistan prétend ou est incapable de contrôler les zones tribales comme le Waziristan nord et permet aux réseaux comme le Haqqani, aux talibans et à Al Qaïda d'avoir des bases arrières. A partir de ces bases les Talibans et Haqqani attaquent les troupes de l'OTAN en Afghanistan. L'ISI soutient ou réprime les talibans selon les périodes et Oussama Ben Laden vivait "de fait" dans une ville qui est un centre stratégique de l'armée pakistanaise. Selon Leon Panetta, Directeur de la CIA puis  Secrétaire d'Etat à la Défense, les Etats Unis n'ont pas averti les autorités Pakistanaises  de leur intention de capturer Ben Laden le 2 mai 2011 de sorte qu'elles ne le préviennent pas de ce projet.
 
Le soutien pakistanais aux terroristes est un état de fait soit volontaire , soit résultant d'une totale désorganisation  qui permet à des organisations internes de faire valoir des intérêts divergents. Dans les deux cas il peut être inquiétant qu'un tel pays dispose de l'arme nucléaire.
 
 
E-IRAN
 
 

PIB $ md

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL.$

RANG

IRAN

480

25

79

17

6 076

45

 
 
S&P:NA

L'Iran est le troisième exportateur de Pétrole du monde après l'Arabie Saoudite et la Russie et représente 6.4% des exportations mondiales des producteurs exportateurs-nets.
 
Malgré ses ressources et exportations pétrolières, l'Iran ne réalise qu'un PIB de 480 milliards de dollars qui  par habitant (79 million d'habitants) ne représente que 6 076 USD.
 
Ses dépense militaires de 2.5% du PIB en valeur absolue sont parmi les plus faibles des 60 premiers pays ayant un PIB supérieur à 100 Milliards de dollars; elles s'élèvent à 12 milliards de dollars soit un montant légèrement supérieur à celui du budget de la défense de la Norvège. 
 
Ses ressources ne permettent pas à l'Iran de satisfaire ses ambitions bellicistes au moyen d'armes conventionnelles modernes et c'est sans doute pour cela que ce pays comme d'autres pays pauvres (Inde et Pakistan) a décidé de se doter de l'arme nucléaire pour détruire Israël.
 
La volonté de détruire Israël va au delà des considérations du conflit  moyen-oriental et est aussi inspirée par des considérations antisémites telles que le montre la dépêche de l'AFP qui se trouve à la fin de ce paragraphe, datée du 28 juin 2012 et qui rapporte les propos du vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi.
 
Malgré les rapports de l'IAEA (Agence Internationale en charge de l'énergie atomique) qui ont établi depuis 2011 la volonté de l'Iran de se doter d'une arme atomique rien n'a été fait pour mettre fin au programme offensif iranien.
L'attaque cybernétique de type Stutnex qui a visé le site de Natanz et    ses 7 000 centrifugeuses parait efficace pour ralentir le programme nucléaire iranien sans intervention militaire. Mais ce moyen pourrait se révéler insuffisant face à aux vues obsessionnelles de l'Iran.
 
Pour le moment les dégâts causés par  l'action de l'Iran auront été la formation d'un gouvernement d'union nationale à large spectre mais totalement dominé par la droite en Israël. 
 

L'importance médiatique de ce pays pourrait  être due à l'un ou à plusieurs des éléments suivants:

  • sa notoriété en matière de fanatisme,
  • sa propagation dans le monde d'idées extrémistes
  • ses menaces nucléaires.
  • la menace d'embargo sur le pétrole pour enn faire monter le prix et affecter les économies développées
  • sa menace de fermer le détroit d'Ormuz ou passe près d'un tiers du trafic pétrolier.
 
AFP -28 JUIN-2012
"La diffusion de la drogue dans le monde est la conséquence des enseignements du Talmud* (...) dont l'objectif est la destruction du monde", a affirmé M. Rahimi mardi lors de la Journée internationale des "Nations unies contre l'abus de drogues", qui a eu lieu à Téhéran le mardi 26 juin.
"Le Talmud enseigne qu'il est licite de s'enrichir par des moyens légaux et illégaux, ce qui donne (aux juifs) le droit de détruire l'Humanité", a ajouté M. Rahimi, cité mercredi par le site de la présidence iranienne. "Le principal responsable du trafic mondial (de drogue) est le régime sioniste", a-t-il encore dit.  Les dirigeants iraniens appellent régulièrement à la disparition d'Israël, qualifié notamment de "tumeur cancéreuse" au Moyen-Orient, mais il est rare qu'ils s'en prennent publiquement au judaïsme. En revanche, Téhéran a déjà accusé les services israéliens de favoriser la consommation de drogue en Iran pour affaiblir le régime islamique.
 
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a vivement critiqué les propos du vice-président iranien. M. Ban Ki-moon "a appelé à de nombreuses reprises les responsables iraniens à se retenir de lancer de tels propos antisémites. 
 
La chef de la diplomatie de l'Union Européenne, Catherine Ashton a condamné jeudi "sans réserve" les déclarations antisémites "inacceptables" du vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi.
 
* NB: Le Talmud est l'interprétation orale  de la Bible et le fondement de la loi juive; il est  écrit en hébreu et en araméen et  restitue les interprétations des académies de Jérusalem et de Babylone. Le Talmud vise a maintenir au Judaïsme son identité. Le fait qu'il soit d'un accès difficile ne serait-ce qu'au plan linguistique et qu'il occupe une place importante dans la religion juive, a fait de lui au cours de  l'histoire,  une cible de choix pour l'Eglise et les antisémites de toutes origines.
 
 
F-TURQUIE
 
 

PIB $ MD

RANG

POPULATION

RANG

PIB/POPULATION

RANG

TURQUIE

763

18

80

16

9 538

40

 
 
S&P:BB
 
La Turquie se classe au 18e rang mondial par la taille de son PIB mais au 40e rang par son PIB par habitant de seulement 9 538 dollars soit  26.7% de la moyenne de celui de l'Union Européenne.
 
Malgré son niveau économique limité , la Turquie a un budget militaire traditionnellement élevé de 5.3% du PIB.
La Turquie semble en dépit de  quelques soubresauts en 1998, abandonner progressivement l'héritage laïque d'Atatürk pour revenir aux valeurs de l'Islam et s'éloigner de fait de l'Europe malgré ses velléités. 
 
En dépit de l'interdiction du parti islamiste dit Parti de la Vertu "Fazilet Partisi"en 1998 jugé contraire à la constitution laïque du pays, les parlementaires de ce parti sont réapparus  sur la scène politique au travers de nouveaux partis créés pour la circonstance et qui n'ont pas été interdits: Le Parti AKP dit Parti de la Justice et du Développement et le SP -Parti de la Félicité (ce parti n'a pas de représentant au parlement). 
 
Le Parti AKP a la majorité depuis 2002 et gouverne la Turquie; cette majorité a été confirmée lors des élections du 18 juin 2011 au cours desquelles il a obtenu 326 sièges sur 550. Le Parti AKP a été condamné pour atteinte à la laïcité et pour avoir tenté de faire passer des lois favorables aux usages religieux. Ces lois ont été   annulées par le conseil constitutionnel. 
 
La Turquie n'a pas de pétrole mais contrôle une partie substantielle de l'eau au moyen Orient grâce aux sources du Tigre et de l'Euphrate et de celles d'une une partie de leurs affluents. La Turquie a entrepris la construction de 22 barrages qui pourront stocker 110 milliards de mètres cubes d'eau. En Syrie, le débit de l’Euphrate pourrait être réduit de 11 milliards de mètres cubes et en Irak le débit du Tigre pourrait être réduit de  6 milliards de mètres cubes et celui de l'Euphrate de 80%.

L'importance médiatique de la Turquie pays pourrait  être due à l'un ou à plusieurs des éléments suivants:

• la prise de Constantinople en 1453, 
• la constitution d'un Empire de près de 20 millions de km2, 
• le génocide arménien en 1915,  
• les tensions avec la Grèce
• les tensions avec le peuple Kurde auquel les puissances coloniales n'ont pas donné d'Etat, 
• les valeurs laïques et à la constitution moderne qui lui ont été données par Atatürk en 1922 et qui sont inspirées de la révolution française, 
• ses graves crises économiques et financières et défauts de paiement
• la taille importante de son budget militaire 
• son contrôle des eaux du Tigre et de l'Euphrate
• l'abandon progressif de l'héritage d'Atatürk avec le retour des Islamistes depuis 2002 et qui éloignent ce pays de l'Europe et de l'héritage d'Atatürk pour l'ancrer en orient.
 
G-GRECE
 
 

PIB $ md

RANG

POPUL. mn

RANG

PIB/POPUL. $

RANG

GRECE

312

33

11

44

28 364

25

 
 
S&P:CCC
 
Après avoir tenté d'intégrer Chypre à la Grèce "ENOSIS", les colonels grecs n'ont pas été en mesure d'exercer sur les Turcs la même autorité et violence que sur leurs propres citoyens. Les colonels grecs ont préféré s'éclipser sous la pression turque qui a permis à la Grèce de retrouver la liberté et la démocratie et de pouvoir être intégrée en 1981 à la Communauté Economique Européenne. 
 
La gestion laxiste des subventions communautaires et plus généralement de l'économie du pays a engendré une accumulation de déficits budgétaires et une dette publique corrélative substantielle qui place la Grèce au second rang mondial des Etats endettés en proportion du PIB après le Japon et devant l'Italie. De plus la Grèce a été trop facilement admise dans la zone Euro sur la base de fausses informations économiques.
 
Les prélèvements fiscaux représentent 39.9% du PIB (Union Européenne: 42%), mais au delà du cas connu des armateurs, une partie substantielle des avoirs de grecs privilégiés est logée à l'étranger et échappe à l'impôt. Parmi les nombreuses raisons traditionnelles de cette fuite de capitaux souvent organisée par surfacturation d'importations compensée par des commissions, on peut noter  le financement des études à l'étranger, et la couverture de frais médicaux à l'étranger en raison de la défiance de la classe privilégiée à l'égard des systèmes éducatifs et médicaux grecs.
 
L'importance médiatique de ce pays tient à l'apport fondamental de la Grèce antique à la civilisation européenne, à ses  ressources touristiques nombreuses et à sa flotte marchande enregistrée hors de Grèce, mais cela ne doit pas faire oublier le laxisme dans le domaine  économique et fiscal. 
 
H-EGYPTE
 
 

PIB $ md

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL. $

RANG

EGYPTE

232

43

84

14

2 761

54

 
S&P:B
 
L'Egypte a joué un rôle clef dans l'émancipation du monde arabe depuis l'avènement de la République en 1952; les efforts des dirigeants pour développer ce pays sont ruinés par une impressionnante croissance démographique; la population de l'Egypte s'élevait à 21millions d'habitant lors de la révolution en 1952 et a atteint en 2011, 84 millions d'habitant. La révolution de 1952 menée par Gamal Abdel Nasser lui a donné des valeurs émancipatrices  qui ont servi de  références pour l'ensemble du monde arabe malgré l'opposition des Frères musulmans. La dictature en Egypte ne pouvait pas continuer , mais l'arrivée des Frères musulmans au pouvoir (parlement et présidence) met en cause l'héritage de la révolution de 1952 et son rayonnement.
Le mécontentement engendré par les dictatures et monarchies des pays  arabes ont suscité des réactions qui ont porté les islamistes au pouvoir du Maroc à Gaza et récemment en Egypte avec l'élection à la présidence d'un représentant des Frères musulmans en la personne de Mohamed Morsi et non pas les démocraties éclairées que l'on espérait voir succéder aux dictatures.
 

L'importance médiatique de l'Egypte pays pourrait  être due à l'un ou à plusieurs des éléments suivants:

  • sa brillante civilisation antique, à
  •  son leadership du passé dans la lutte pour l'émancipation des pays arabes et pour la destruction d'Israël; elle est aussi due à
  •  la courageuse et audacieuse initiative de paix prise en 1978 par Anouar El Sadate (accords de paix 1979) qui avait été acteur de la révolution de 1952 avec Nasser.
 
En dépit de son leadership politique et médiatique, l'Egypte est d'abord un pays très pauvre et sans ressources à l'exception de celle du tourisme qui pourrait être remise en cause par l'arrivée des Islamistes en raison de leurs convictions à cet égard et du probable retour à un état de forte tension militaire dans la région.
 
On ne peut omettre de noter:
  • la dégradation de la condition féminine dont deux journalistes étrangères ont été les victimes alors qu'elles faisaient leur travail de reportage sur les évènements  de la place Tahrir.
 
I-PRINTEMPS ARABE ET HIVER ISLAMISTE
 
a-EGYPTE - Voir ci-dessus
b-TUNISIE
Le printemps arabe a permis de se débarrasser du dictateur Ben Ali mais a été suivi d'un hiver islamiste. Le 22 novembre 2011, le partis Islamiste ENNADHA est devenu le premier parti de Tunisie avec 89 sièges contre 29 pour le CPR qui est le parti dont le  nouveau président Moncef Marzouki est issu et 19 pour EKKATOL. Le parti Islamiste ENNADHA a formé une coalition avec le CPR et EKKATOL,  mais rafle la plupart des ministères: 
ENNADHA a nommé le chef du gouvernement et a hérité des ministères suivants
  • Chef du gouvernement, Hamdji Debali
  • Ministère de l'intérieur,
  • Ministère des Affaires étrangères,
  • Ministère de la Justice, ministère des droits de l'homme,
  • Ministère des affaires religieuses, ministère de l'Industrie,
  • Ministère de la santé publique,  
  • Ministère de l'investissement et de la coopération,
  • Ministère des transports,
  • Ministère des technologies de l'information et de la  communication,
  • Ministère de l'équipement, ministère du développement régional,
  • Ministère de l'Enseignement supérieur, ministère de l'agriculture,
  • Ministère délégué au dossier économique. 
 
Le CPR obtient
  • le Ministère de la formation et de l'emploi,
  • le Ministère de la femme, le ministère des affaires foncières et
  • le Ministère délégué à la réforme administrative.
 
Le CPR et Moncef Marzouki lui-même n'ont donc apparemment pas de réels pouvoirs au gouvernement.
Un évènement récent a illustré l'intolérance islamiste et le soutien apporté par le gouvernement aux salafistes (ou fondamentalistes adeptes d'une application étroite du Coran et de la Sunna), dont l'influence paraît croître:
Dans la nuit du 12 juin 2012, une exposition d'artistes tunisiens dans le palais Abdellia, a été détruite par des islamistes. Les artistes étaient dans le collimateur des islamistes depuis près d'un an. 
Non seulement les artistes n'ont pas été soutenus par le gouvernement mais de plus le ministère de la culture va porter plainte contre les organisateurs de l'exposition pour blasphème envers le sacré qui serait selon lui  à l'origine des troubles et le palais Abdellia a été fermé. Le ministre de la culture est pourtant un indépendant. 
 
b-MAROC
Lors des élections législatives du 25 novembre  2011, le Parti Islamiste PJD (Parti de la Justice et du Développement) a obtenu 107 sièges au parlement et est devenu le premier parti du Maroc et en tant que tel a été chargé de former le gouvernement.
Le PJD a développé une politique de contrôle et de censure des moyens d'informations. La télévision doit arabiser la plupart de ses programmes et rejeter le français (dont la pratique est très répandue), diffuser les appels à la prière cinq fois par jour, et faire plus de place aux émissions religieuses. Un documentaire sur l'exode des juifs marocains passé à la télévision publique a été sévèrement critiqué par le PJD.
Afin de marquer sa position offensive dans le conflit au moyen Orient , le PJD a invité le Hamas à participer à son dernier congrès.
 
c-LYBIE
La disparition du dictateur Kadhafi ne semble pas avoir été suivie de la démocratie espérée pour le moment. Moustapha Abdeljalil, le président du CNT avait déclaré: «Le peuple libyen est attaché à l'islam comme religion et comme législation. Par conséquent, le Conseil national de transition recommande de considérer la Charia comme la principale source de la législation.»
 
Le 17 juillet 2012, les élections des 80 députés sur 200, représentant les partis politiques ont donné une large avance à l'AFN (Islam modéré) avec 39 sièges devant les frères musulmans  (17 sièges). Toutefois rien  n'est décidé tant que la position de chacun des 120 députés indépendants des partis ne sera pas clairement connue. 
 
d-SYRIE
L'épouvantable dictature d'Hafez et de Bachar Al Assad ne pouvait que déboucher sur un bain de sang. La famille Assad n'aura retenu du Parti Baas que l'autoritarisme. Les liens tissés avec l'Iran, le Hezbollah et même le Hamas mettent  les conflits religieux et claniques sur le devant de la scène alors que seul un Etat véritablement laïque qui ne semble pas être la voie choisie par le printemps arabe, pourrait réconcilier les diverses composantes de la société syrienne.
 
e-EGYPTE
Voir paragraphe ci-dessus
 
 
J- ISRAEL
 
 

PIB $  md

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL.$

RANG

ISRAEL

245

40

8

51

30 625

24

 
S&P:A+
 
L'indispensable renaissance d'Israël est le résultat de l'antisémitisme collectif européen. Après différentes propositions de la part de leurs hôtes de déportation massive vers l'Afrique suivies l'application de la solution finale, les survivants juifs aux différentes tentatives d'anéantissement ont préféré s'en tenir à leur pays d'origine d'où les romains les avaient chassés et avec lequel le lien culturel et identitaire avait été  renforcé par  deux millénaire d'hostilité  vécus en diaspora. Ce choix avait d'ailleurs été ratifié par la conférence de la Société des Nations à San Remo en 1920 après la déclaration en 1917 de  Lord Balfour sur le partage de la Palestine.
 
Il est à noter que Lord Balfour  n'a pas été que l'auteur de la déclaration de 1917 sur le partage de la  Palestine mais avait aussi été en 1905 et tant que premier ministre, l'instigateur de "l'Alien Act" visant à empêcher les Juifs de Russie, victimes d'épouvantables Pogroms au cours de cette même année, de venir chercher refuge au Royaume Uni.
Israël est un pays dont la  population s'élève à près de 8 millions d'habitants en incluant des minorités diverses et principalement arabes. Le PIB par habitant n'est pas trop éloigné de la moyenne de celui de l'Union Européenne en raison de pôles de développement dans des secteurs de haute technologie alors que le secteur bancaire a été peu touché par la crise financière. 
 
La production d'un PIB élevé par habitant ne bénéficie pas à tous ainsi que le montre un indice GINI de 39% en croissance. L'inégalité sociale a entrainé des manifestations importantes de la part de nouveaux participants à la vie politique "les indignés" revendiquant un accès au logement devenu très difficile et une baisse du prix des denrées alimentaires de base.
 
Ces revendications  n'ont absolument pas été prises en compte par le gouvernement actuel de droite qui considère à titre d'échappatoire que seule  la menace nucléaire iranienne est une priorité. La population subit la pression des médias qui relaient le discours officielle sur l'insécurité, qui est la base de l'argumentaire des principaux partis qui forment le gouvernement, et qui présente les indignés comme d'irresponsables traitres.
 
Malheureusement la montée de l'Islam dans les pays arabes depuis le printemps arabe, la récente victoire  des Frères musulmans en Egypte, la possible émergence d'une république Islamiste en Syrie, et les attentats à l'étranger qui seraient organisés par l'Iran contre des touristes israéliens apporte de l'eau au moulin de la droite dure compte tenu du risque "objectivement" accru de conflit au moyen Orient. L'Iran a prétendu ne pas organiser d'attentats contre des civils israéliens et l'on peut se demander comment ce pays entend détruire Israël par l'arme atomique sans faire de pertes civiles. 
 
Le manque d'intervention dans le domaine social et économique  est reflété par le bas niveau de prélèvement de l'Etat de seulement 28.5% contre 42% dans l'Union Européenne alors que les dépenses militaires représentent 7.3% du PIB. 
 
Il faut noter que le haut niveau de dépenses militaires en pourcentage du PIB qui est utilisé comme argument justifiant les limites de la politique sociale sont en termes de flux financiers partiellement  compensées par les transferts sans contreparties de 9 480 milliards de dollars et qui représentent 3.9% du PIB; selon la dernière répartition connue (2006), ces transferts aurait pour provenance les Etats Unis: 37.3%, l'Allemagne: 8.6% - d'autres Etats: 15.3% - et d'autres entités ou individus: 38.8%.
 
Les partis progressistes ont été écartés de la scène politique. Ehud Barak dont les convictions sont opportunistes, a enfin démissionné du Parti travailliste et créé un nouveau parti "ATZMAUT"  (Indépendance), afin de conserver son poste de ministre dans un gouvernement de droite.
 
Plus récemment le Parti centriste KADIMA s'est rallié à ce même gouvernement sous prétexte d'unité face à la menace iranienne mais en réalité pour éviter une déconfiture à de possibles élections anticipées.
TSIPI LIVNI qui n'était plus présidente du parti KADIMA depuis le mois de mars 2012 est restée fidèle à ses convictions de ne pas rejoindre la droite de Benyamin Netanyahu et a démissionné du Parlement au mois de mai 2012.
 

L'importance médiatique d'Israël pays pourrait  être due à l'un ou à plusieurs des éléments suivants:

  • le profond enracinement de l'antisémitisme en Europe qui se nourrit à présent du mécontentement des pays arabes au moyen Orient et a induit un repliement d'Israël sur lui même,
  • les guerres auxquelles ce pays a dû faire face,
  • un expansionnisme sécuritaire affaiblissant les chances de paix avec l'autorité palestinienne du moment et de Cisjordanie
  • la prédominance relativement récente des gouvernements de droite réunissant des extrémistes populistes, des partis religieux et depuis mai 2012 des centristes en difficulté.
  • l'arrivée au pouvoir de Partis islamistes en Turquie depuis 2002 et plus récemment au Maroc, en Tunisie, en Libye, à Gaza, et en Egypte
  •  l'incertitude du devenir de la Syrie incluant une possibilité de division, risque de retransformer le moyen Orient en zone de fortes tensions 
  • les menaces nucléaires de l'Iran

Cette tendance va malheureusement renforcer la position des Partis de droite en Israël, anéantir les partis progressistes et mettre fin aux espoirs de réformes sociales demandées par le nouveau courant des indignés. 

 
 
K-POLOGNE
 
 

PIB md $

RANG

POPUL.mn

RANG

PIB/POPUL.$

RANG

POLOGNE

532

22

38

28

14 000

33

 
 S&P:A-
 
a-Point sur l'Histoire contemporaine 
 
Depuis son indépendance en 1918 jusqu'a l'invasion allemande en 1939, le pouvoir en Pologne  avait été  détenu par une suite de dictatures militaires plus ou moins officielles et surtout par celle du  Général Jozef Pilsudski,  nationaliste autoritariste et auteur d'un coup d'Etat en mai 1926, puis ensuite  par les anciens colonels de sa Légions.  

Le Général  Pilsudski avait été considéré comme un champion de l'antibolchevisme par les britanniques en raison de sa stratégie militaire au cours de la guerre Russo-polonaise de 1919-1921 qui avait permis à la Pologne de garder  des territoires ukrainiens et biélorusses pris à la Russie pour être donnés à la Pologne par le traité de Versailles de 1919. De 1919 à 1921, l'URSS avait  tenté de reprendre ces territoires. 

A partir de 1936 et après la mort du Général Pilsudski, les anciens colonels de sa Légion, le général Felicjan Slawo-Sladowski et le maréchal Edward Rydz-Simigly, bénéficiant d'une poussée nationaliste et populiste  devinrent respectivement chef du gouvernement et président.  De 1919 à 1921, l'URSS avait  tenté de reprendre ces territoires que la Pologne voulait conserver au titre des possessions de l'ancienne Pologne avant la première partition de 1772.
 
L'antisémitisme polonais avait  pratiquement atteint le niveau de celui de l'Allemagne d'avant guerre. Les deux principaux partis de la Pologne, le Parti Pilsudskiste Sanacja (Assainissement) majoritaire et le Parti Endecja envisageaient tous les deux la déportation massive des Juifs soit par la loi pour le Parti Sanacja  ou soit  par la violence pour le Parti Endecja. Le gouvernement Polonais pensait probablement aussi obtenir un répit d'Hitler sur les questions territoriales (en particulier le corridor de Dantzig) en mimant la politique antisémite allemande (Cf.  Daniel Tollet -2010). 
 
L'URSS avait proposé d'envoyer l'armée rouge dans les Sudètes en 1938 afin de dissuader l'Allemagne de l'envahir, mais le colonel Polonais Jozef Beck, ministre des affaires étrangère de la Pologne et ancien collaborateur du Général  Pilsudski avait bloqué cette proposition et objectivement favorisé les projets des nazis.
 
Finalement l'arrivée de l'armée rouge en 1939 sur une partie de la Pologne comprenant "notamment" les territoires perdus en 1919 et en 1921 (Traité de Riga) et habitée à plus de 60% par des biélorusses, des Ukrainiens et des  minorités juives, a constitué pour les populations locales un répit de courte durée avant l'invasion nazie et a permis à des juifs de Pologne d'échapper à la Shoah.
 
a- Salaires
 
En Pologne le salaire minimum brut est de 1500 PLN en 2012 soit environ 350 Euros. Eurostat publie le salaire médian de 2010 qui est de  367 Euros  ( 4 405 Euros par an)  en 2010, alors qu'au cours de cette même année le salaire minimum était de 314 Euros (1320 PLN). Nous pouvons constater que le salaire médian est très proche du salaire minimum.
 
Les charges sociales et taxes sont de l'ordre de 46% dont environ 57% payés par le salarié et le reste par l'employeur. Le salaire médian net était  donc de l'ordre de 271 Euros en 2010. Ces salaires correspondent à 40 heures de travail par semaine.
 
Le seuil de pauvreté sous lequel vit 17.6% de la population serait de 163 Euros par mois, contre 929 Euros en Allemagne. Le seuil de pauvreté allemand est donc 2.65 fois supérieur au salaire minimum polonais et 5.7 fois supérieur au seuil de pauvreté polonais.
 
Les salaires ne suffisent pas pour vivre et les salariés sont demandeurs d'heures supplémentaires. Toutefois les heures supplémentaires sont payées à un niveau inférieur au niveau légal en particulier en ne versant aucune cotisation que permettent des salaires souvent payés en liquide.
 
Le taux de prélèvement en Pologne ne représente que 18% du PIB et est l'un des plus bas de la planète (42% dans l'Union Européenne); il reflète un manque d'implication des gouvernements de droite pour améliorer le sort de leurs citoyens.
 
b-Droit du travail
 
La plupart des contrats de travail sont à présent à durée déterminée et peuvent être maintenus pendant plusieurs années. La durée du travail légale de 40 heures est dépassée dans le meilleur des cas pour permettre aux salariés d'atteindre par les heures supplémentaires le niveau minimum de subsistance. Un salarié est autorisé à travailler jusqu'à 13 heures par jour s'il y a convenance.
 
De nombreux employeurs chercheraient à minimiser leurs charges en dépit de leur montant très limité et déclarent des salaires inférieurs à ceux qu'ils paient en réalité en argent liquide. L'argument fallacieux des employeurs est de dire aux employés, qu'ils préfèrent donner le montant des cotisations aux salariés plutôt qu'a l'administration. Il en résulte que les travailleurs auront une retraite sans relation avec le montant de leur salaire. 
 
L'âge de la retraite vient d'être porté  à 67 ans dans un pays où l'espérance de vie est de 76 ans (77e rang mondial loin derrière la plupart des pays européens), ce qui limitera fortement les dépenses de retraites.
 
c-Elections et conscience politique et syndicale

Les Polonais paraissent déçus par leurs leaders au vu du taux d'abstention record aux élections à la Diète et au Sénat, de 51% lors des  dernières élections du  9 octobre 2011.
 
Les Polonais qui se dérangent pour voter  (49%)  portent à près de 82% leurs voix  sur des partis de droite  qui  obtiennent ainsi 393 sièges sur 460 à la Diète et  participent ainsi à rendre eux-mêmes leurs conditions de vie toujours plus difficiles.
Les Polonais ne semblent pas se faire d'illusion sur leurs dirigeants et nombre d'entre eux préfèrent quitter le pays lorsque cela est possible plutôt que d'aller voter. 
 
Elections de 2011 - voix totales et sièges à la Diète (460 sièges) :
 
PO-Donald Tusk -Droite Europhile: 5.6 millions de voix - 207 sièges
 
PSL-Parti Paysan Polonais -Centre droit allié au PO: 1.2 million de voix- 28 sièges
 
Pis-Jaroslaw Kaczynski - Conservateurs Europhobes: 4.3 millions de voix -157 sièges
 
PJN -Conservateurs -0.3 million de voix- 0 siège- 
 
Minorité allemande:  0.3 millions de voix-1 siège (minimum selon la Loi)
 
La droite a donc obtenu près de 82% des voix et 85% des sièges en 2011.
 
Les Partis progressistes qui ont obtenu 18% des voix et 14.6% des sièges sont les suivants:
 
RP -Parti Palikot - de Janusz Palikot -Centre Gauche anticléricale- Ce parti s'est présenté pour la première fois en 2011 et est révélateur d'un mécontentement dans un pays catholique et rétrograde à 90%.  en obtenant  1.4 million de voix  et 40 sièges.
 
SLD-Alliance de la gauche démocratique : 1.2 million de voix- 27 sièges
 
Les Polonais n'auraient donc pas la conscience politique qui leur permettrait de faire élire des partis qui leur seraient favorables. 
L'omniprésence de l'Eglise catholique ne facilite pas la prise de conscience politique des citoyens dont 75% vont régulièrement à l'Eglise, ce qui semble être un record mondial parmi les pays chrétiens (4% en France).
 
En se restreignant au seul domaine syndical, la Pologne semble avoir perdu sa combattivité en ayant  été privée de sa minorité juive par la Shoah;  en effet à l'occasion des élections de 1922, le BUND  (Syndicat et Mouvement Socialiste laïque des travailleurs juifs de Pologne, de Lituanie et de Russie) réclamait l'amélioration du niveau de vie par la limitation de la journée de travail à huit heures, la généralisation des assurances sociales et la lutte contre le chômage. En 1923 le Parti Communiste Polonais (PPK) s'inspira du  BUND pour créer à son instar  des cours du soir pour les ouvriers.
 
Aujourd'hui le syndicalisme en Pologne est particulièrement peu combatif et l'obligation faite aux caissières des Supermarchés BIEDRONKA en 2009-2010, de porter des couches-culottes afin qu'elles n'aient aucune d'excuse de quitter leurs postes de travail, reflète un renoncement à la dignité.  L'affaire a dû prendre de fortes proportions pour prendre fin.
(Biedronka-Kasjerka-Pampers-Autor: Gość: IP: .152.129.152. Dsl.dynamic.eranet.pl 07.12.10 - Ja pracowałem biedronce 3 lata w kasie, dostawaliśmy Pieluchy Pamper Czep Czep).
 
 
d-L'antisémitisme Polonais
 
Malgré les apports incontestables de la minorité juive dans les domaines  économiques et culturels, la renaissance de la Pologne en 1918 a permis à ce pays de revenir à un antisémitisme violent et en particulier de 1929 à 1939. En 1936 le Bund dénonçait la fascisation du régime qui avait instauré une politique antisémite assez similaire à celle de l'Allemagne d'avant guerre: Pogroms, exactions, limites d'accès à l'Université et à diverses professions.
 
Le point culminant de cet antisémitisme avait été le "Projet Madagascar" envisagé par le Gouvernement polonais en 1937 avec l'accord du gouvernement français et qui prévoyait une déportation massive des juifs polonais à Madagascar. Ce projet n'a finalement pas été jugé réalisable mais a été repris en considération en 1939 par les nazis qui lui ont préféré la solution finale. (Référence: Etre juif en Pologne -Edition 2010 -Daniel Tollet)
 
Dans les années soixante des campagnes antisémites avaient été orchestrées et avaient forcé  les quelques survivants de la Shoah à partir.
 
L'antisémitisme est encore vivace malgré la disparation de la communauté juive et le fait que le principal lieu de réalisation de la Shoah ait été la Pologne; par exemple des figurines représentant des juifs religieux caricaturaux, un sac d'or dans une  main et une pièce d'or dans l'autre sont en vente un peu partout en Pologne parce que leur possession est supposée attirer  l'argent dans les foyers et les sociétés.  Nous nous avons aussi reproché à TVP Polonia d'avoir diffusé le 29 mars 2012, une série télévisée familiale dans laquelle on pouvait voir dans une maison  une tirelire dans la main d'une représentation caricaturale d'un juif religieux; notre demande a été transférée à leur comité d'éthique qui à ce jour n'a toujours pas répondu. 
 
e-émigrations des Polonais vers l'étranger aujourd'hui
 
Le moyen de vote le plus utilisé par les  Polonais qui veulent marquer leur opposition, est de quitter le pays; ainsi le chiffre de 38 millions d'habitants pour la Pologne est au dessus de la réalité;  le ministère de l'intérieur a fait état d'un départ massif de plus d'un million de Polonais vers l'étranger et indique à présent que la population de la Pologne est de 37 millions d'habitants. Des rumeurs font état d'une population moindre en raison de l'émigration.
 
d-Les Polonais privés des droits octroyés aux autres Européens
 
En 2009, l'Union Européenne a accepté la demande du gouvernement  conservateur (Pis) de Jaroslaw Kaczynski de priver les Polonais du bénéfice de la Chartre des Droits Fondamentaux de l'Union Europoéenne.
 
e-Conclusion

 L'importance médiatique de la Pologne pays pourrait  être due à l'un ou à plusieurs des éléments suivants:

  • Sa population "officielle" (surestimée) qui fait d'elle le pays le plus peuplé des pays de l'Est ayant rejoint l'Union Européenne.
  • La perception de la Pologne  comme un pays proche de l'Europe occidentale par son histoire et par sa religion. Jan III Sobieski est considéré comme le roi polonais ayant arrêté l'avancée des turcs en Europe en 1683 à Vienne.
  • Le rôle de leader de la Pologne dans l'opposition à l'URSS.
  • La notoriété de Solidarnosc a donné à la Pologne l'image d'un pays ayant un syndicalisme combatif, ce qui n'est plus le cas depuis la chute du communisme.
  • Une pratique antisociale à haut niveau.
  • Un antisémitisme très ancré malgré la disparition des juifs victimes de la Shoah principalement réalisée sur le territoire polonais.
  • Le charisme de Lech Walesa  et  de Jean Paul II .
  • La pauvreté;on peut on peut penser que la majeure partie de la population polonaise vit  sous un seuil de pauvreté européen. moyen .Cette situation évolue défavorablement compte tenu de la crise et de l'inexistence d'ambitions sociales de la part des gouvernements polonais de droite. 

La Pologne illustre aussi

  • le caractère vain des notations: Avec A-, S&P se contente de constater que le pays est modérément endetté sans voir que  dans ce cas les racines du sous-endettement sont aussi celles du sous-développement.

 

 

 L- JAPON

S&P:AA
Voir détails dans le chapitre consacré à la dette publique.
 

8-LA LIMITE DU SENS DU PIB ET LES DANGERS DE SA CROISSANCE

 A-POUVOIR

Le PIB donne par sa taille  une indication de la puissance d'un pays par rapport aux autres en raison des ressources que L'Etat peut en tirer. Sur cette base un pays peut notamment développer des moyens de dissuasion militaire, des investissements en infrastructures ou dans le domaine de la recherche et de l'éducation ou tout autre moyen qui lui permettront d'avoir une prédominance relative. Le pouvoir peut aussi provenir d'autres sources comme la détention de biens stratégiques.

 

 B-BIEN-ETRE

Le PIB reflète au cours d'une année la production de biens et services. L'utilité réelle de ces biens et services est en partie subjective et induite.

Le PIB ne correspond pas à une  production de bien être réel et ni au cumul d'une valeur patrimoniale et son sens est donc étroit.

Le bien-être et le patrimoine de chacun pourrait croître en fonction de la nature et de la durabilité des biens et services qui ne sont  pas  liés à la croissance du PIB.

La nécessité imposée de répéter une production et de l'accroitre à engendré l'obsolescence programmée qui consiste à raccourcir la durée de vie des biens pour en assurer une production en croissance sans apporter de bien-être addtionnel, si ce n'est la satisfaction artificielle de la consommation pour elle même. La nécéssité induite ou réelle de remplacement des biens réduit le pouvoir d'achat.

Le bien-être est fondé sur la réponse aux besoins; la durabilité des biens  pourrait augmenter  le bien-être sans impliquer nécessairement la croissance du PIB. D'autres facteurs corrélatifs pourraient alors augmenter le bien-être comme la réduction de la pollution, de la menace sur l'équilibre de la planète, du travail et par suite de l'augmentation du temps disponible pour le développement personnel.

 

 C-FAISABILITE D'UN SYSTEME ECONOMIQUE FONDE SUR LA CROISSANCE DU PIB

La course à la croissance du PIB est un donc un choix parmi d'autres et une fuite en avant. Cette croissance se heurte pourtant aux limites physiques de la planète. Un monde idéal qui offrirait  à l'ensemble de la population mondiale le PIB per capita des pays riches serait hors de portée des ressources mondiales et générerait une pollution qui pourrait mettre en cause la viabilité de la planète.

Si le PIB par habitant idéal était le PIB par habitant moyen des Etats Unis, du Japon de l'Allemagne et de la France soit 45 194 dollars, il faudrait que la production mondiale atteigne  317 000 milliards de dollars soit  4.25 fois celle d'aujourd'hui qui semble pourtant marquer la limite au delà de laquelle  la viabilité de la terre pourrait être remise en cause. Dans ces conditions,  la croissance continuelle du PIB pourrait engendrer plus de mal être que de bien être.

Le modèle de croissance actuel repose donc sur une profonde inégalité de la distribution des richesses sur la planète car   quatorze pays (Etats Unis , Chine, Japon, Allemagne, France, Brésil, Royaume Uni, Italie, Russie, Canada, Espagne, Australie, Mexique et Corée du Sud) génèrent ensemble un PIB de 55 924 milliards de dollars soit 75% du PIB mondial et  regroupent 2 667 millions d'habitants soit 38% de la population mondiale.

Les 179 autres pays sur 193 ne produisent que 18 536 milliards de dollars alors qu'ils représentent 4 355 millions d'habitants , soit 62% de la population mondiale. Le PIB moyen per capita de ces 179 pays n'est donc que de 4 256 dollars contre 20 969 pour les habitants des 14 premiers pays.

Ces 179 pays  devraient abandonner tout espoir de mieux-être pour permettre aux quatorze autres de continuer à développer leur PIB sans mettre en danger la viabilité de la planète. Le système de développement que l'on veut imposer aujourd'hui implique le maintien des inégalités entre les pays et est donc une nouvelle forme de colonialisme.

Il semble donc nécessaire de choisir de nouveaux modèles économiques  à l'échelle mondiale, hors du libéralisme économique et requérant une grande implication des Etats. 

De plus, le besoin d'un PIB 4.25 fois plus important pour répondre aux besoins de chacun dans le cadre du système économique actuel a été  calculé sur la base de la population en 2011, or celui-ci augmente avec la population mondiale: 

Evolution   de la population mondiale de 1960 à 2011-en milliards

1960

1970

1980

1990

2000

2010

2011

3.0

3.7

4.4

5.3

6.0

6.8

7.0

Répartition   en 2011

Afrique

Amérique

Asie

Europe  

Océanie

15.1%

13.6%

62.2%

8.6%

0.5%

 

A la vitesse de croissance des dix dernières années (+1.4%) la population planétaire passerait à 8 milliards d'habitants en 2020, c'est à dire que le nouveau PIB "idéal"  atteindrait 362 milliards soit 4.9 fois celui de 2011.

La croissance du bien-être devrait être le principal objectif non lié à celle du PIB et notamment en améliorant la durabilité des biens et en partageant le travail.

L'adoption des 35 heures en France est un exemple de partage du travail et est un succès malgré le pessimisme de ses détracteurs. Le maintien de la retraite à soixante serait aussi un exemple d'un tel  partage.

 

NB: Retraites en France- La retraite à 60 ans n'a malheureusement fait qu'un retour timide en France en Juin 2012 en étant limitée à des cas exceptionnels et cela peut-être pour contenter les agences de notation et la commission  européenne. Or arithmétiquement,  l'âge de la retraite est dicté par le nombre d'années de cotisation requis.

Si l'on suppose que les personnes qui ont fait des études supérieures ont eu un travail physiquement moins pénible que les autres, ils devraient partir à la retraite à 18+5+41= 64 ans où 5 représentent les études et 41 les années de cotisations. L'augmentation de l'âge de la retraite est donc le résultat des faits mais le maintien d'un départ possible à 60 ans aurait été un acte de solidarité à l'égard des séniors exclus des entreprises et qui seraient prêts à accepter une réduction de leur retraite pour ne pas rester au chômage trop longtemps afin de garder la dignité à laquelle ils ont droit.

Par ailleurs les vagues de suicides chez Renault et France Telecom ont montré  que la pénibilité au travail n'était pas que physique.