HISTOIRE-VISION DE DROITE

 

REECRITURE PROPAGANDISTE DE L'HISTOIRE PAR LA DROITE EUROPEENNE

DEBAT DES PRIMAIRES

VOCATION EUROPEENNE ET INTERNATIONALE DU PARTI SOCIALISTE

Didier BERTIN - 4 octobre 2011

SOCIETY FOR THE PROMOTION OF THE EUROPEAN HUMAN RIGHTS MODEL


Les idées de droite que presque tout le monde à gauche veut affronter doivent aussi être combattues à la source de leur radicalisation en Europe.

La Hongrie d'extrême droite a pu tranquillement assurer la présidence du Conseil de l'Union Européenne tout en ne respectant pas les droits fondamentaux de la Charte de l'Union Européenne. De plus ce pays traite actuellement les Roms comme des sous-hommes auxquels est imposé le travail forcé en raison de leur origine ethnique s'ils n'ont pas d'emploi.

Les bâillons qu'avaient portés les membres du Parlement Européens pour marquer leur désapprobation à l'égard de la Hongrie aura été un geste pathétique et dérisoire hors de proportion avec les fautes commises par la Hongrie.

Viviane Reding a justement condamné la situation des Roms en France mais elle a failli à sa tâche en ce qui concerne le sort des Roms dans les autres pays comme la Hongrie, La Roumanie, la Lituanie..... On doit être choqué et réagir lorsque la Commission Européenne se tait alors que les droits fondamentaux de la Charte de l'Union Européenne ne sont pas respectés dans un quelconque Etat membre de l'Union Européenne.

L'argument souvent utilisé par la Commission Européenne est trop souvent que chaque Etat-membre à la responsabilité d'appliquer la Charte et autres règlementations et ainsi intervient le moins souvent. Ce manque de responsabilité et de courage peut transformer l'Union Européenne en un espace anarchique où les Etats les moins démocratiques pourraient s'autoriser à ne pas appliquer les lois qui les dérangent.

Nous constatons que la déclaration de Prague et celle équivalente du Parlement Européen de 2008 ont indirectement favorisé la montée des idéologies radicales de droite dans les pays de l'Est membres de l'Union Européenne et en particulier les politiques antisociales, le racisme la Xénophobie et l'antisémitisme en prônant une vulgarisation simpliste de l'Histoire de l'Europe.

Par ailleurs la politique économique de droite menée sans compétences par les Etats-membres de l'Est plonge leurs populations dans un paupérisme durable et amplifié par la disparition progressive des services sociaux.

L'avenir de la gauche se situe à un niveau européen et beaucoup trop de camarades du Parti Socialiste membres du Parlement Européen avaient signé par ignorance nous l'espérons, la déclaration de 2008 qui suivait celle de Prague.

Nous devons souligner que nos Camarades allemands du SPD ont avec dignité refusé de signer cette déclaration car ils avaient contrairement à nos camarades français des raisons d'avoir un sens plus aiguisé de l'Histoire. et n'ont pas trempé dans ce processus de radicalisation de la droite. La plupart de nos camarades n'ont d'ailleurs pas été réélus au Parlement Européen.

Le plus dommageable est que cette déclaration a été le véritable point de départ d'une véritable machine infernale au sein même des Institutions Européennes dont le but et de progressivement réviser et réécrire l'Histoire de l'Europe avec une coloration typiquement d'extrême droite.

Cette forte empreinte d'extrême droite est trop souvent imposée par les Etats membres de l'Est sous influence du fort lobbying des pays Baltes avec une neutralité très bienveillante de beaucoup d'autres Etats-membres de l'Ouest gouvernés par la droite.

On ne peut s'étonner de la bienveillance de certains Etats membres de l'Ouest alors que le Processus de Prague a été encouragé par des personnalités telles que Nicolas Sarkozy et Margaret Thatcher.

Trop de pays de l'Est membre de l'UE sont devenus des lieux d'exaltation et de nostalgie des mouvements extrémistes de droite du passé. Le bannissement par ces d'une partie de l'Histoire (et qui comprend pourtant la libération de l'Europe en 1945) a été comprises comme une autorisation à revenir aux idéologies fondées sur la destruction et le racisme. Quelques fois et pour ces idéologies de haines peuvent être aussi officiellement interdites en apparence mais très généreusement tolérées dans les faits.

Cette malhonnête réécriture de l'Histoire est diplomatiquement appelée « Réconciliation de l'Histoire des ayant vécu sous des régimes autoritaires. »

Le but de ce nouveau phénomène d'extrême droite européen matérialisé au sein des Instituions européennes par des conférences et des commissions en accord sur l'essentiel par avance, est l'obfuscation au moyen de triviales association entre des tentatives ratées de progrès social et la plus destructrice et raciste idéologie que le monde n'ait jamais connu.

Cette initiative démontre par elle-même sa nature inepte étant donné qu'elle veut établir une égalité quasiment mathématique entre deux phénomènes historiques.

Cette approche hyper-simpliste correspond à un acte de propagande et non pas à une analyse historique.

La prédominance actuelle de la droite en Europe a vulgairement transformé l'Histoire en un lieu de règlement de comptes entre la gauche et la droite.

L'obfuscation de la Shoah mal vécue par les populations locales des pays de l'Est entre les lignes mais très clairement l'objectif de cette réécriture.

Comme pou toutes les catastrophes humaines la gauche a le devoir de maintenir intact le souvenir de la Shoah comme étant l'œuvre que l'humanité est capable de produire à son plus bas niveau de morale et cela de façon à éviter à l'humanité de retomber dans une telle décadence le moins souvent possible.