WANNSEE 1942 - PRAGUE 2008 ET DECLARATION

Association pour la Promotion d'un Modèle Européen des Droits de l'Homme

L'ignominie du Processus de Prague


Quelles sont les erreurs majeures de ceux qui  ne condamnent pas le processus de Prague?

 

 

Sous couvert de compassion avec les peuples ayant souffert du communisme, le processus de Prague a réécrit l'Histoire à droite en obscurcissant les repères et références morales ouvrant ainsi la porte à l'intolérance, au fanatisme et au par suite au racisme.



I- COMMUNISME ET NAZISME; QUI A LIBERE QUI ET DE QUOI?

Après les accords honteux de Munich, l'URSS avait cherché en vain à se rapprocher du Royaume Uni pour se protéger de l'Allemagne et finalement le traité de non agression entre l'URSS et l'Allemagne ne pouvait être qu'un arrangement dilatoire. L'URSS et l'Allemagne avaient clairement marqué leur différence pendant la guerre d'Espagne et le contenu de Mein Kampf sur le Judéo bolchévisme et l'espace vital de la race supérieure, était un signe clair que l'opération Barbarossa ne tarderait pas. La déclaration de Prague a pourtant largement utilisé ce traité  pour propager son idéologie.


Nos pays occidentaux ont tendance a se gargariser de leurs exploits au cours de la seconde  guerre mondiale en omettant de mentionner que leurs victoires n'ont été que des coups de banderilles et non pas l'estocade.


Pourtant la présentation historique vulgarisée en Europe laisse penser trop souvent penser que le Nazisme a été vaincu par les forces anglo-américaines. Ainsi  au mémorial de Caen le drapeau de l'URSS , allié essentiel, ne figure nul part et l'on se concentre sur une opération de 11 mois (Overlord) alors que la véritable guerre celle du front russe aura duré 47 mois.


On peut aussi voir ça et là des commémoration à la gloire des soldats alliés d'ou l'URSS est exclue alors qu'en résumé  ce pays a gagné la guerre en Europe avec l'aide en matériels et équipement des Etats Unis.

L'URSS a anéanti seule 80% de la Wehrmacht.


L'URSS a chèrement payé le prix de la victoire contre le Nazisme dont ont pu bénéficié les autres alliés.


L'URSS a perdu 16% des sa population soit 26 millions de personnes pour gagner notre guerre, dont prés de 13 millions de soldats. Les pertes militaires incluent environ 4 millions de prisonniers achevés par l'armée allemande.

 


L'URSS a subi 85% des pertes des armées alliées, le Royaume Uni 3.7% et les Etats Unis 2.6%.


Le refus de valoriser cette réalité qui est peut-être vexante pour les pays occidentaux, est irrespectueux à l'égard des 26 millions de soviétiques morts pour vaincre le nazisme pour le  bénéfice de tous et cet irrespect tend à être encouragé par le processus de Prague.


Parmi les membres de l'axe on doit noter la présence de la Bulgarie, de la Slovaquie, de la Hongrie, de la Roumanie et des épouvantables milices baltes. La Roumanie aura fourni  50% des la consommation de l'Allemagne, c'est à dire l'ensemble de sa production et a ainsi substantiellement allongé le cours de la guerre.


Le Communisme est philosophie sociale malheureusement dénaturée par Staline et n'a aucun point commun avec le nazisme. Le nazisme est centré sur la prédominance d'une race dite supérieure assoiffé d'espace vital, s'autorisant à exterminer ou asservir les  races dites inférieures.


Le révisionnisme historique du  processus de Prague traduit un sentiment anticommuniste et antisocial que ne peut pas soutenir le Parti Socialiste dont les adhérents et sympathisants se situent clairement à gauche. Ceci ne nous empêche de compatir avec les peuples qui ont eu à souffrir de la rigueur et des dérives autoritaires des pays communistes.



II-CONSEQUENCES TANGIBLES DU PROCESSUS DE PRAGUE


1-Place de la Shoah de puis le processus de Prague


De nombreux pays de l'est se sont déclarés victimes de génocides par les communistes sans se préoccuper de l'article II de la convention  du 9 décembre 1948 des Nations Unies sur les Génocides. Ces pays ont été victimes de drames mais sans comparaison avec la Shoah en terme d'amplitude sur la  durée.


Le Judaïsme a presque été entièrement éradiqué d'Europe alors que ces pays et leurs peuples sont heureusement toujours là. Certains de ces pays veulent de toute évidence dénigrer l'importance  Shoah en particulier  lorsqu'ils ont participé à sa perpétration. La contestation de l'unicité de la Shoah va de pair avec l'attachement de certaines populations à l'antisémitisme et en général au racisme.


Le seul pays de l'Est qui a vu une diminution notable de sa population est l'URSS en raison du nazisme.


Le processus de Prague participe donc à une réécriture inexacte de l'histoire motivée par des raisons idéologiques.
Les Partis de Gauche doivent prendre leurs distances avec un anticommunisme issu de la volonté de glorifier le libéralisme et un encouragement à l'intolérance  et au racisme par la perte des repères issue de la mise en équivalence d'une philosophie sociale avec une philosophie raciste.


Cette opacification de l'Histoire et la pertes des repères a permis de considérer dans certains pays de l'Union Européenne, le nazisme comme un mouvement de libération du communisme méritant à ce titre d'être glorifié.

2-Derniers regrettables événements en relation avec la perte d'éthique induite par le processus de Prague en Europe et dans l'Union Européenne.


Janvier 2012:


UKRAINE:
a) A Kiev Odessa et Lviv, des manifestations ont eu lieu en l'honneur de Stephan Bandera, membre de l'Organisation Nationaliste Ukrainienne -OUN-et auteur de massacre de populations juives sous l'occupation allemande.


b) Le conseil Régional Ukrainien d'Ivano-Frankivsk a déclaré 2012 comme année de l'UPA , la branche militaire de l'OUN.


28 Décembre 2011


CROATIE:  A Zagreb et Split en Croatie des manifestations ont été organisées en faveur de Ante Pavelic, chef  de l'Etat Croate pendant la second guerre mondiale et lié à l'Axe. Ante Pavelic avait  exterminé environ 100 000 serbes, 30 000 juifs et des milliers de Roms.

 
LITUANIE: Vygaudas Usackas, ancien ministre des affaires étrangères de Lituanie et actuel représentant de l'Union Européenne pour l'Afghanistan a écrit  dans le Wall Street Journal que l'occupation nazie de 1941 à 1945 a représenté des années de répit du communisme pour son pays.


Durant ces quelques années de répit pour lui , près de 97% de la population juive a été massacré en Lituanie soit 220 000 personnes, ce qui le laisse de toute évidence indifférent.


27 Décembre 2011


ESTONIE: Le ministre de la défense a déclaré vouloir soumettre une loi attribuant aux Estoniens membres de la 20e division Waffen-SS le titre de combattants de la liberté pour l'indépendance du pays.


Juin 2011


LITUANIE: Le parlement a organisé une conférence en l'honneur du Front Activiste Lituanien (LAF), ce groupe pronazi avait activement participé à la perpétration de la Shoah.

Rappelons que ce pays a légalisé la croix gammée en 2010. Les députés francçais et européens dûment informés n'ont pas jugé utile de réagir.


De nombreux évènements tout aussi choquants ont eu lieu tout au long des années 2000 dans de nombreux pays de l'Union Européenne qui ont fait l'objet d'autres notes dont la légalisation de la croix gammée en Lituanie, nous considérons que la déclaration de Prague en 2008 soutenue par le Parlement européen en fait partie.



III-CONCLUSION:L'ETHIQUE EUROPENNE


1-L'Union européenne manque de consistance et les belles conférence ne sont suivies d'aucun effet; pour ces raisons son rating moral devrait être substantiellement réduit.


2-Les instance de l'Union européennes ont tendance à penser que l'Histoire peut se prêter à des négociations au sein de commissions pour arranger l'ensemble des parties en présence.


3-L'Union Européenne a créé une Charte des Droits fondamentaux qu'elle est incapable d'imposer et de nombreux citoyens européens en sont privés. De plus l'Union Européenne s'arroge le droit d'exempter certains pays chef de file du libéralisme à outrance, de son application (Royaume Uni, Pologne).


4-La scandaleuse dictature Hongroise a présidé l'Union Européenne pendant six mois, les glorification du nazisme s'accroissent ainsi que les actes de racisme et la montée des partie d'extrême droite dont de nombreux pays d'Europe et de l'Union Européenne.


5-L'union Européenne dominée par la droite a soutenu le processus de Prague en accord avec l'idéologie dominante.
Il est temps pour les forces de progrès de réagir pour les forces de progrès.

Didier  BERTIN
20 janvier 2012

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Association pour la Promotion du Modèle Européen des Droits de l’Homme
Association régie par la loi de 1901

 

DÉCLARATION

 

Le 20 janvier 2012 sera le soixante-dixième anniversaire de la Conférence de Wannsee au cours de laquelle des hauts fonctionnaires du Parti nazi ont froidement décidé d’exterminer la population juive.


Cette décision a été presque entièrement achevée en Europe jusqu’en 1945.


L’extermination de plus de 60% de la population juive européenne et la fuite des survivants ont presque fait disparaitre le Judaïsme d’Europe.


Ainsi la population juive d’Europe qui atteignait près de 10 millions de personnes en 1939, est aujourd’hui inférieure à deux millions de personnes malgré l’arrivée en France des juifs d’Afrique du nord après 1945.

Compte tenu de ce drame jamais égalé en Europe, nous ne pouvons accepter que la mémoire de la Shoah soit entachée et le racisme favorisé de quelque façon que se soit et déclarons :


1-Communisme et nazisme


La « Déclaration de Prague sur la Conscience Européenne et le Communisme» du 3 Juin 2008 a, par l’introduction d’un nouveau concept d’équivalence entre Communisme et nazisme, remis en question la valeur de référence spécifique et universellement acceptée que représente le nazisme en termes d’abomination. Cette abomination a été notamment illustrée par l’industrialisation du meurtre, la promotion du racisme en tant que doctrine d’Etat et par la Shoah.


L’ampleur de la Shoah proportionnellement à la taille de la population juive européenne d’avant guerre et sur une période relativement courte de 1940 à 1945, n’a jamais été égalée dans l’Histoire de l’Europe et représente ainsi un phénomène unique.
La déclaration de Prague a donc involontairement introduit un risque d’atténuation de la gravité des crimes nazis, qui pourrait favoriser en Europe l’actuelle montée du racisme et la glorification du nazisme.


Des pressions, que nous regrettons, sont exercées pour imposer aux instances de l’Union Européenne une combinaison entre «un désir légitime d’améliorer la connaissance de l'histoire des peuples sous les régimes communistes» et «une inadéquate mise en équivalence du communisme avec le nazisme.»


2-La souffrance des peuples sous les régimes communistes


Nous compatissons aux souffrances des peuples des pays de l'Europe de l’Est sous l’ère communiste; ces pays peuvent célébrer leur libération de régimes autoritaires.
Toutefois, le principe d'un jour commun pour célébrer le souvenir des victimes du nazisme et du communisme tel que le suggère la déclaration de Prague, est regrettable car il encourage l’assimilation entre deux phénomènes différents qui méritent chacun une information claire.

3-Crimes nazis, unicité de la Shoah et devoir de l’Union Européenne


Le nazisme doit conserver sa place spécifique en tant que phase paroxystique du racisme d’Etat ayant engendré un génocide de nature unique ; son assimilation à d’autres évènements obscurcit sa nature particulière par une opacification consécutive de la référence qu’il constituait, porte ombrage à la mémoire de la Shoah et peut favoriser le développement des idéologies racistes.
Les instances de l'Union Européenne devraient avoir l’autorité nécessaire pour s’opposer chez chacun de ses membres aux dérives racistes officielles ou tolérées et à la glorification du nazisme.

28.12.2011