EUROPE :BILAN SOCIAL EN QUELQUES CHIFFRES

 

UNION EUROPEENNE 

Bilan social : Quelques chiffres

Didier Bertin  - 19 Octobre 2010

19 des 27 membres sont des petits Etats dont la  population est inférieure à 11 millions d’habitants.  Les 8 Etats les plus peuplés  forment 78% de la population de l’Union Européenne et sont par ordre croissant les Pays Bas, la Roumanie, la Pologne, l’Espagne, l’Italie, le Royaume Uni,  la France et l’Allemagne. Près des 2/3 de la population Européenne est constituée  par 6 des Etats les plus riches.

En 2004 et 2007 l’UE s’est ouverte à 12  pays relativement pauvres admettant ainsi de devoir les aider à combler les fortes disparités avec les 15 membres de l’U.E. Ces 12 pays ont en moyenne un PIB par habitant de 58% de la moyenne européenne et le PIB par habitant du pays le plus pauvre (Roumanie) représente seulement  6.8% du PIB par habitant du pays le plus riche (Luxembourg).

 

Egalité et dispersion des Revenus

5 des pays les plus riches d’Europe ont une politique relativement égalitariste, avec de très faible taux de dispersion des revenus  compris entre 0.23 et 0.27 et devrait inspirer les autres membres : Ces pays sont la Suède, le Danemark, le Luxembourg, l’Autriche  et l’Allemagne.

La moyenne des indices européens est de 0.31 alors que celles des 14 pays les plus développés (PIB per capita> 30 000 $) de l’Europe est plus égalitaire avec  0.29.

Parmi les pays les plus développés 6 ont un indice de dispersion à la fois au dessus de la moyenne européenne et de celle des 14 pays les plus développés. Ces pays sont :

L’Irlande et le Royaume Uni, probablement par goût du libéralisme,

La Grèce, l’Italie et l’Espagne, probablement en raison de traditions sociales en corrélation avec une faible industrialisation et des entreprises de taille généralement réduite,

La France, probablement en raison d’une fiscalité favorable à des castes privilégiées et d’un écart entre la politique sociale affichée et celle effectivement appliquée.

 

Démographie 

A l’exception de celle de la France, la population de l’Union Européenne est très vieillissante avec un taux de fécondité moyen de 1.5 et cela posera à court terme des problèmes économiques.

Deux pays seulement dont la population représente plus de 1% de celle de l’Union font  exception en combinant croissance démographique et âge médian inférieur à 40 ans, la France et le Portugal.

La bonne situation démographique  en France semble  être le résultat d’une ouverture à l’immigration aujourd’hui relise en cause. Le taux de fécondité proche de 2 est en France de loin le meilleur de l’Union. Le taux de fécondité des immigrés en France est, selon l’INSEE,  de 2.4.  Une politique de lutte  contre le vieillissement devrait inclure une meilleure aide aux parents et une ouverture à l’immigration.

Le report de l’âge de la retraite dans les pays européens est une adaptation à la crise économique et à sa réaction démographique qui n’apporte pas de réponse satisfaisante au traitement de fond de cette situation.

 

Emplois

Les  pays les moins affectés par le chômage sont le Danemark, l’Autriche, Chypre et les Pays bas avec un taux de chômage égal ou inférieur à 5%. Le taux de chômage devrait être lié à l’activité économique, en fait on constate que sa maîtrise est aussi fonction d’une volonté politique. Par exemple, le PNB per capita de l’Espagne est 1.6 fois plus élevé que celui de Chypre et son taux de chaumage 3.85 fois celui de Chypre. L’Espagne a un niveau de PNB par habitant encore satisfaisant  mais son taux de chômage (18.1%) est  similaire à celui du Soudan. Après l’Espagne et l’Irlande, tous deux en forte crise, la France souffre du  plus fort taux de chômage les 15 membres présents avant 2004.

 

Vie et santé 

En Europe, l’espérance de vie est proportionnelle au développement économique. Dans les 14 pays les plus riches de l’Union l’espérance de vie se situe en moyenne au dessus de 79 ans.

Dans les 8 pays les plus pauvres, tous en Europe centrale, l’espérance de vie est comprise entre 72.7 ans et 75.6 ans.

La moyenne de  vie en mauvaise santé  est du même ordre ,19 ans, dans 7 des pays les plus pauvres de l’Union et dans les 14 plus riches, mais elle représente une plus large part de la vie totale dans le pays pauvres où la vie est plus courte.

La vie en état de maladie est particulièrement importante en Autriche, Allemagne, Finlande, au Portugal, en Bulgarie et dans les pays baltes puisqu’elle y  excède 20 ans pour des raisons différentes. Ces raisons tiennent en partie  aux insuffisances du système de santé pour les uns chez les plus pauvres et à un fragile allongement de la durée de vie  chez les plus riches.

 

Education

On peut distinguer trois groupes de pays :

 6  pays très avancés avec des dépenses d’au moins 6% du PIB :

A-    La Belgique : 6%, La Slovénie : 6%, Chypre : 6.3%, la Finlande : 6.4%, la Suède : 7.1% et le Danemark avec un chiffre remarquable de 8.3%,

B-    10 pays dans la moyenne de l’UE avec des dépenses de 5% à 6% du PIB :

-La Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Hongrie, l’Estonie, Malte, la France, le Royaume Uni, les Pays Bas et l’Autriche,

C- 11 pays en dessous des critères européens avec des dépenses inférieures à 5% du PIB :

-Le Luxembourg, l’Irlande, l’Allemagne, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, la République Tchèque, le Portugal, la Slovaquie, la Bulgarie et la  Roumanie.

On voit que l’éducation est encore du domaine de la volonté politique, loin des contingences économiques. Les pays qui favorisent l’égalité quelque soient l’étiquette de leurs gouvernements favorisent souvent  l’éducation. Des pays d’Europe centrale qui ont un développement économique limité maintiennent une tradition culturelle. La France et l’Allemagne ne sont pas aux places auxquelles on les attend. De façon surprenante  7 des 11 pays en retard appartenaient à l’Europe des 15.

 

Finances publiques : Dette

Le recours peut notamment dépendre des  ressources que l’Etat s’octroie lui-même par son organisation et sa philosophie et aussi des priorités qu’ils se fixent (par exemple le rôle sur la scène internationale, la Défense…). Tous les Etats n’obtiennent pas les mêmes concours et ainsi les Etats peu développés de l’UE ont une dette publique limitée.  

En se restreignant aux pays de l’ancienne Europe des 15 ont peut distinguer 3 groupes :

1-Seuls cinq pays ont une dette inférieure ou égale à 50% du PIB : Luxembourg, Suède, Danemark, Finlande, Espagne, ce qui n’a pas mis l’Espagne à l’abri d’une crise grave.

2-Quatre pays ont une dette publique supérieure ou égale à leur PIB : Portugal, Italie, Grèce et Belgique.

3-Les 6 autres pays ont une dette publique qui de l’ordre de 70%  du PIB : Irlande, Autriche, Pays Bas, Royaume Uni, Allemagne et  France (79.7%).

La France a une dette élevée mais qui reste dans les limites de l’endettement publique des pays européens, l’aspect le plus important étant les applications des ressources issues de la dette.

L’intérêt d’examiner la dette publique dans un bilan social est dû au fait qu’elle est utilisée par certains Etats comme argument pour restreindre l’effort de dépenses sociales, alors qu’il s’agit ici encore le plus souvent de philosophie que de faits.

Nous verrons dans une autre analyse que l’inégalité peut être le fait générateur de l’accumulation d’une dette publique importante.

NB: Le recours soudain de l’Irlande à la dette publique est due à au nécessaire effort de sauvetage de  ses Banques inconsistantes et non pas à la politique sociale du pays. Ceci devrait être une alerte pour les autres pays.