WELCOME (copie)

scales-of-justice.jpg

 

WELCOME - BIENVENUE -BIENVENIDA

ברוכים הבאים  - ДОБРО ПОЖАЛОВАТЬ 

 

   La démocratie est un vain mot si elle n'est pas au service des droits de l'Homme

Democracy is useless if it does not support Human Rights

Didier Bertin - 14 July 2014

 

Plus de 370 000 fois 

JUSQU'AU 13 OCTOBRE 2016: LES ARTICLES DU SITE ONT ETE LUS PLUS DE

370 000 fois (cumul)

Accroissement des visiteurs de 2014 à 2015: +26% 

Accroissement des articles lus de 2014 à 2015: +29%

37 rubriques - 450 articles publiés 

 

 

  More than 370 000 times 

UNTIL 13 OCTOBER 2016:THE ARTICLES OF THE SITE WERE READ MORE THAN

370 000 TIMES (cumulative figure)

 Increase of the visits from 2014 to 2015: +26%

 Increase of read articles from 2014 to 2015: +29%

  37 categories - 450 published articles

 

Más de 370 000 veces

Hasta el 13 de OCTUBRE del año 2016 los 450 artículos del sitio han sido leídos más de

370 000 veces (acumulación)

Crecimiento de los visitadores del 2014 al 2015: +26 % 
Crecimiento de los artículos leídos del 2014 al 2015: +29 %

37 rúbricas - 450 artículos publicados

-----------------------------------------------

ARTICLE PARU DANS LE "TIMES OF ISRAEL" DU 18 OCTOBRE 2016

French followed by English and spanish versions

Le monde menace l'existence du judaïsme

Didier Bertin 14/10/2016

Le monde maintenant et encore une fois met en cause l'existence du judaïsme après cela ait été fait en Europe et ait abouti à la Shoah.

Comme Shimon Peres l’homme de paix le pensait le dialogue d'Israël et par suite du judaïsme avec le monde n’est possible que si Israël et par suite le judaïsme sont protégés par des armes nucléaires efficaces et malheureusement nécessaires en raison de la fragilité d’une civilisation mondiale qui ne peut garantir la justice.

L'UNESCO a voté une résolution qui ne reconnaît pas les liens fondamentaux du judaïsme avec le  Mont du Temple et donc avec Jérusalem et remet donc en question l’existence même du judaïsme. La directrice général de l'UNESCO, Irina Bokova, avait pourtant sévèrement critiqué le projet de cette résolution qui ne tient pas compte du lien historique entre le Judaïsme et  Jérusalem.

Les noms des 24 pays coupables de cette résolution et ceux de leurs 26 complices qui par abstention ont permis l’adoption de cette résolution sont les suivants :

Algérie, Bangladesh, Brésil, Tchad, Chine, République Dominicaine, Egypte, Iran, Liban , Malaisie , Maroc, Maurice, Mexique, Mozambique , Nicaragua , Nigeria, Oman , Pakistan, Qatar, Russie,  Sénégal, Afrique du Sud, Soudan, Viêt-Nam

Abstentionnistes:

Albanie, Argentine, a voulu soutenir la résolution mais s’est finalement abstenueCameroun, El Salvador, France, a voulu soutenir la résolution mais s’est finalement abstenue, Ghana, Grèce , Guinée, Haïti, Inde, a voulu soutenir la résolution mais s’est finalement abstenueItalie, Côte d'Ivoire, Japon, Kenya, Népal, Paraguay, Saint-Vincent-et-NevisSlovénie, a voulu soutenir la résolution mais s’est finalement abstenue, Corée du Sud, Espagne, Sri Lanka, Suède, a voulu soutenir la résolution mais s’est finalement abstenue, Togo, a voulu soutenir la résolution mais s’est finalement abstenuTrinité-et-Tobago, Ouganda, Ukraine

Seulement six pays ont  voté  contre la résolution :

Estonie, Allemagne, Lituanie, Pays-Bas, Royaume-Uni, États Unis.

Didier Bertin – 20 agosto del año 2016

1-Análisis ateo de un concepto religioso y antisemitismo

La visión atea es la única manera que hace posible un análisis de este fenómeno dado que el punto de vista religioso hizo un llamamiento a la fe que no puede ser discutido pero debe ser aceptado tal como es.

El pueblo hebreo creó  su propia religión y lógicamente era el pueblo elegido por un Dios creado o descubierto por él y para él en el contexto de una corriente de ideas determinadas por él y para él. El acceso a esta creación o descubrimiento es particularmente hermético para los otros pueblos porque él implica la aceptación de un Dios infinito e intangible que es un desafío que requiere un alto nivel de trascendencia destacando los límites de la aprehensión del cerebro humano.

Ver más en la sección de antisemitismo

 

LA NECESSITE DU BREXIT DANS L’INTERET DE  L’UNION EUROPEENNE

Didier BERTIN -  10 JUILLET 2016

 

 

Nous nous référons ci-dessous à l’Angleterre

qui est le principal acteur du Brexit qui va toucher l’ensemble du Royaume Uni.

Flag of england svg

Lire l'article dans la rubrique UNION EUROPEENNE

THE NEED OF BREXIT FOR THE EUROPEAN UNION

Didier BERTIN - July 10, 2016

 

We refer below to England, which is the main actor of Brexit that will damage the whole UK.

SEE THE ARTICLE IN THE SECTION EUROPEAN UNION

 

LA NECESIDAD DE BREXIT PARA LA UNIÓN EUROPEA

Didier BERTIN - 10 de julio 2016

Nos referimos a continuación a Inglaterra, que es el actor principal de Brexit que dañará todo el Reino Unido.

Ver el artículo en la sección  EUROPEAN UNION

 

-------------------------------

Changements fondamentaux en  2016 : Antisémitisme - Israël  - Gauche - Droite

Il est apparu depuis de nombreuses années que l’antisionisme est devenu la nouvelle forme ou la nouvelle appellation du racisme antijuif appelé aussi antisémitisme. Ce subterfuge sémantique a permis à de nombreux courants prétendus humanistes ou de gauche d’adhérer sans problème de conscience au racisme antijuif le plus conventionnel ; il suffisait de prétendre faire une différence entre Israël et le peuple juif sans tenir compte de la lourde responsabilité du genre humain quant à son retour sur sa terre.  Cette situation a atteint un paroxysme lorsque l’UNESCO a nié le lien entre le peuple juif et sa terre et a aussi par conséquent remis en cause la légitimité du christianisme dont il est issu.

Au cours de cette même année 2016 les chiffres sont venus souligner le caractère particulièrement inique du vote de l’UNESCO puisque désormais la majorité du peuple juif vit en Israël avec une population d’environ 6.5 millions de juifs toujours en croissance sur une population mondiale d’environ 13 millions de juifs.

Ce bouleversement démographique fondamental et très rapide par rapport à la situation de la population juive d’avant guerre a complètement changé la donne. C’est un retour pour l’essentiel à une situation d’un ordre similaire à celle précédent l’an 135 avant que la plupart des juifs aient dû quitter la Judée. Au-delà d’une évidence conceptuelle l’antisionisme est maintenant aussi en chiffres un élément constitutif du racisme antijuif et le lien entre le peuple juif et sa terre est aussi devenu un fait que la démographie rend indiscutable au-delà de son évidence historique, culturelle et cultuelle.

D’autres références ont été mises à mal récemment et perdent leur sens comme la notion de droite et de gauche en France. Les règles identitaires d’ordre éthique ont été mises au placard et le marché est devenu pour tous la pierre angulaire de l’économie limitant l’ambition à un fonctionnement mécaniste.

Didier BERTIN - 22 Mai 2016

Article paru dans "The Times of Israel" du 23 Mai 2016 - Lien ci-dessous:

http://frblogs.timesofisrael.com/changements-fondamentaux-en-2016-antisemitisme-et-israel/

 

Fundamental changes in 2016: Anti-Semitism and Israel

Left and Right wings in France

It appeared for many years that anti-Zionism has become the new form or the new name of anti-Jewish racism also called anti-Semitism. This semantic subterfuge has allowed many so-called humanistic or leftist currents to adhere without problems of conscience to the most conventional anti-Jewish racism; it was enough to claim the difference between Israel and the Jewish people regardless of the heavy responsibility of the human kind on his return to his land. This situation reached a climax when UNESCO denied the link between the Jewish people and its land and therefore also questioned the legitimacy of Christianity from which it was originated.

During that same 2016 figures came emphasize particularly the iniquitous character the UNESCO vote since the majority of the Jewish people is now living in Israel with a population of approximately 6.5 million of Jews still growing as compared to a worldwide population of about 13 million of Jews.

This fundamental demographic change which was very fast as compared to the situation of the Jewish population before WW2 has changed everything. This shows a return to a situation prevailing before the year 135 when most of the Jews were living in Judea. Beyond a conceptual evidence Zionism is now also in numbers part of the anti-Jewish racism. Simultaneously the link between the Jewish people and their land has also become a demographic fact that is indisputable beyond its historical, cultural and religious evidence.

Other references lost recently their meaning as the notion of right and left in France. Left wing has abandoned its ethical driving and has chosen the market as the cornerstone of economics limiting which is no more than a mechanistic system.

Didier BERTIN - 22 May 2016

Article du 24 mars surPeuple élu, conception, réalité et antisémitisme, voir article dans la rubrique : Antisémitisme

paru dans le Times of Israel

paru dans le Times of Israel du 27 mars 2016, suivre le lien ci-desssous

http://frblogs.timesofisrael.com/peuple-elu-conception-realite-et-antisemitisme/

Chosen people, Conception, Reality and anti-Semitism, English version available see section anti-Semitism

Article du 17 mars 2016 paru dans "The Times of Israel" sur le thème des inégalités dans la société israélienne

Suivre le lien ci-dessous

http://frblogs.timesofisrael.com/les-inegalites-en-israel/

  ou voir rubrique ISRAEL du site

Social and economic inequalities in Israel questioning the Zionist Ethics , english version available on 26/04/2016 -Section Israel

AMELIOREZ VOTRE CONNAISSANCE DE L'HEBREU - VOIR LA RUBRIQUE HEBREU SUR LE SITE

Israel_flag_300[1].png

IMPROVE YOUR KNOWLEDGE OF HEBREW - SEE SECTION HEBREW ON THE SITE

------------------------------

Article dated of 10 February 2016

LONG TERM DEMOGRAPHIC STRATEGY OF THE EUROPEAN UNION AND PROBABLE IMPLOSION

100px-Flag_of_Europe.svg[1].png

See full article under the heading THE EUROPEAN UNION or following the link:

http://www.didier-bertin.org/pages/european-union/eu-s-dangerous-demographic-strategy.html

Presentation: In addition to the liberal policy and budgetary control imposed on Member States, the European Union (EU) would also suggest their demographic strategy including a substantial long-term immigration weakening their national identity and universal humanitarian values brought to the world (specific case of France). These views were expressed by the Council of Justice and Home Affairs (JHA) and may have inspired the population policy suggested by Eurostat till 2060. The underlying goal is probably to maintain a size number of inhabitants similar to that of the United States (US) in 2060. EU does not normally have real powers on immigration and integration models but questions the values of the Member States, which could generate disorders and strengthen substantially the opponents to EU and populist extremists.......

The violence in France related to the integration of the last migrants wave show that a good management does not solve everything contrary to the allegations of the JHA Council ........The case of France is significant because it is home the largest Muslim population as compared to the other Member States. The difficulty to fully integrate some of this population and in particular some of its new generation is illustrated in the documentation contained in the book "The lost territories of the Republic"..... Islamist radicalism is a double-edged knife by its direct action and by the related increase of fascist and racist parties in the EU such as DVU and NPD (Germany), OPS (Austria), Vlaams Belang (Belgium) DF (Denmark), FN (1st party of France in the European elections of 2014), Fidesz and Jobbik (Hungary) and now in Poland PIS is also becoming an extremist party...

 

Article du 10 février 2016:

 

LA STRATEGIE DEMOGRAPHIQUE A LONG TERME DE L'UNION EUROPEENNE A L'ORIGINE DE SA PROBABLE IMPLOSION

Voir l'article complet dans la rubrique UNION EUROPEENNE : 

http://www.didier-bertin.org/pages/union-europeenne/ue-demographie-implosion.html

Présentation: En plus de la politique libérale et du contrôle budgétaire, imposés aux États membres, l'Union Européenne (UE) voudrait aussi leur suggérer une stratégie démographique incluant une forte immigration à long terme en mettant au second rang leur identité nationale et leurs valeurs humanitaires universelles apportées au monde (cas particulier de la France). Ces considérations ont été exprimées par le Conseil de Justice et des Affaires intérieures (Conseil JAI) et ont sans doute inspiré la politique démographique suggérée par Eurostat à l'horizon 2060. L'objectif sous-jacent est sans doute de conserver une taille analogue en nombre d'habitants avec les États Unis (USA) en 2060 mais en menant une politique relativement similaire à celle de ce pays. Alors que l'UE n'a normalement pas de pouvoirs particuliers en matière d'immigration et de modèle d'intégration la remise en cause de l'identité nationale des États membres et les troubles qu'elle peut entraîner, ne pourraient qu'apporter de l'eau au moulin des Eurosceptiques et des extrémistes populistes qui entraîneraient  l'implosion de l'UE.......

 

Les difficultés de la France en ce qui concerne l'intégration des derniers migrants montrent que la bonne gestion ne résout pas tout contrairement aux allégations du Conseil JAI..........Le cas de la France est significatif car elle abrite la plus grande population musulmane de l'UE. La difficulté d'intégrer complètement une partie de cette population et en particulier une partie de sa nouvelle génération est illustrée par la documentation contenue dans le livre "Les territoires perdus de la République" de 2002 et dans sa postface de 2015.​....Le radicalisme islamiste est un couteau à double tranchant : par lui-même et par le succès qu'en tirent les partis fascistes et racistes en UE comme  le DVU et NPD (Allemagne), le FPO (Autriche), le Vlaams Belang (Belgique), le DF (Danemark),le  FN (1er parti de France aux élections européenne de 2014), le Fidesz et le Jobbik (Hongrie) et en Pologne le PIS qui prend à présent l'allure d'un parti extrémiste....​

                                                                                             ------------------------------------------------

 

LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES DE LA DESAGREGATION 

DE LA CLASSE POLITIQUE EN France

Suite de l’article du 31/10/2015

La fragilisation de la démocratie par l’action inadéquate du gouvernement

Didier BERTIN – 20 DECEMBRE 2015

french-flag.jpeg

French version followed by English version

 

Nous avions mis en cause l'inefficacité du gouvernement actuel dans la lutte contre le chômage et l'insécurité dans notre article du 31 octobre dernier en raison de la perte de substance de l'État en particulier en ce qui concerne son rôle en tant qu'acteur direct de l'économie. Cette inefficacité est particulièrement remarquable compte tenu des engagements et de l'identité du Parti socialiste avant 2012 et de ceux de son candidat à la présidence. L'évolution de la politique gouvernementale a entraîné la perte de l'identité du Parti Socialiste qui la soutient et par suite une perte substantielle  en croissance de son électorat.

Précédemment les gouvernements de droite n'avaient pas été plus efficaces mais au moins ils conduisaient une politique en ligne avec leur identité caractérisée par l’expansion du libéralisme et la réduction des avantages sociaux des citoyens.

Le manque de courage politique et d’audace a mené les gouvernements depuis 2012 à mener une action de plus en plus à droite dans laquelle l’électorat de gauche ne peut plus trouver sa place à long terme.

L'Union Européenne imposerait la politique financière et économique  et « il n'y aurait pas d'autre politique possible » selon François Hollande. Cette attitude est frileuse et méprisante à l’égard du poids de la France dans l’Union Européenne.

En effet le Royaume Uni montre encore que l’on peut faire bouger la politique de l’Union Européenne alors que ce pays n’y a qu’un rôle de second par rapport à celui de la France.

Bien sûr l’acceptation de la wishlist du Royaume Uni poussera l’Europe toujours plus à droite en 2016 alors que l’on attendait de la France une influence dans le sens inverse depuis 2012 pour être en accord avec les promesses électorales.

En développant le thème de la compétitivité le Royaume Uni veut attaquer les avantages sociaux des citoyens et ainsi les objectif de ce pays-Entreprise colle tout à fait avec les souhaits les plus inespérés des grandes sociétés internationales alors que ce pays aurait dû être exclu de l’Union Européenne pour avoir refusé avec la Pologne de signer la Chartre des Droits Fondamentaux.

Les gouvernements français issus des élections de 2012 auraient dû avoir la même audace que le Royaume Uni pour imposer une wishlist française à l’Union Européenne et en particulier en ce qui concerne  la protection sociale et le rôle direct de l'État dans l'économie et l'emploi.

Le parti Socialiste a décidé de ne plus jouer son rôle en menant une politique de droite et en s'associant aux autres partis de droite pour lutter contre le Front National dont la croissance a été favorisée par les gouvernements d'avant et après 2012.

Le prix de l'union avec la droite n’est pas la disparition des notions de gauche et de droite comme le disent les médias mais seulement l’effacement de la gauche.

Après le repositionnement à droite du Parti Socialiste le sort de son électorat traditionnel laissé à l’abandon pourrait mettre en cause la démocratie.

Qui va maintenant défendre les emplois et la protection sociale ?

On peut craindre que le Front National s’engouffre dans la brèche en devenant une sorte de "parti national-socialiste" pour attirer les électeurs abandonnés en mêlant  socialisme, nationalisme et racisme comme ce fut le cas dans le passé en Allemagne.

Ainsi l’abandon de ses valeurs par le Parti Socialiste et par les gouvernements qui en sont issus, pourrait fournir des troupes au fascisme.

Nous ne pensons pas que le Front de Gauche ait la compétence pour remplacer l’ancien Parti Socialiste aux yeux des électeurs .

L’opposition au front national est une identité insuffisante pour séduire des électeurs qui nourrissent les pires craintes pour leur futur.

Nous risquons donc de faire face dans le futur à un bipartisme qui opposerait Front National à l’union des droites que le Front national nomme UMPS et qui prêtait à rire avant les dernières élections régionales.

Ce nouveau bipartisme représente  à lui seul une forte réduction de la démocratie et en cas de victoire du Front national il pourrait impliquer la disparition de la démocratie en France qui nous ferait rejoindre les rangs de la Hongrie et maintenant de la Pologne.

 

THE ECONOMIC AND SOCIAL CONSEQUENCES OF THE DISINTEGRATION OF STATE AND POLITICAL CLASS IN FRANCE

Continuation of the article of 31 October 2015

The weakening of democracy by inadequate government action

Didier BERTIN – 20 December 2015

 

In our article of 31 October we blamed the inefficiency of the current government in the fight against unemployment and insecurity because of the substance loss of the State particularly with respect to its role as direct actor in the national economy. This inefficiency is especially remarkable given the commitments and the identity of the Socialist Party before 2012 and those of its presidential candidate. The evolution of government policy resulted in the loss of identity of the Socialist Party that supports it, leading to an increasing loss in growth of its electorate.

Before 2012 the right-wing governments were also not efficient but at least they were leading a policy in line with their identity characterized by the expansion of liberalism and the reduction of social benefits of citizens.

The lack of political courage and boldness led governments since 2012 to apply a rightist policy far from the wishes of the left wing electorate in long run.

The so-called reason of this attitude is the financial and economic policy imposed by European Union "there is no other possible policy", said the French President. This attitude reflects a lack of courage and undervalues the weight of France in the European Union.

Indeed the UK shows now that the policy of European Union can be changed despite the UK has a secondary part in the EU policy as compared to that of France.

Of course the United Kingdom's already accepted wishes will push EU to the right wing in 2016 when we expected an opposite influence of France since 2012.

In developing the theme of competitiveness the UK wants to reduce the social protection of citizens in whole EU and thus the goal of this country which is a kind of commercial company is perfectly in line with the wishes of international corporations.

We again insist that the UK should have been excluded from EU when he did not accept with Poland to apply the Charter of Fundamental Rights.

French governments from the elections of 2012 should have the same audaciousness as that of the UK in order to impose a French wish list to the European Union in particular regarding the social rights of the citizens and the direct role of the state in the economy to fight unemployment.

Today the French Socialist party decided not to play its expected role and to join the right-wing. The rightist policy of the governments before and after 2012 paved the way of the far rightist and populist “Front National.”

The consequence of the union of the socialist party with the right wing is not the disappearance of the concepts of left and right as reported by the media but only the erasing of the left wing.

After the repositioning of the Socialist Party to the right wing far from its traditional electorate which is abandoned, we could fear a risk for the democracy.

There is concern that the National Front rushes to attract a substantial part of this abandoned electorate by becoming a sort of “National Socialist Party” mixing socialism, nationalism and racism as this happened in the past in Germany.

Consequently the abandonment ​​by the Socialist Party and its governments of its initial values may provide troops for fascism.

We do not think that the minor French current Left Front has the competence to take the place left empty by the Socialist Party.

The sole opposition to the Front National is an insufficient identity to attract voters who fear the worst for their future.

We run the risk in the future of a new bipartisanship opposing the National Front to the union of the rightist parties including the socialist party. This new bipartisanship alone involves a significant reduction of democracy and if the National Front wins this could involve the extinction of democracy in France as this happened in Hungary and recently in Poland.

---------------------------------------------------------------------

LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES DE LA DESAGREGATION VOLONTAIRE DE

L'ETAT ET DE LA CLASSE POLITIQUE EN FRANCE

Didier BERTIN - 31 OCTOBRE 2015

French version followed by the English version 

Rep

 

I- DECEPTION DES CITOYENS QUI SE REFERENT A CE QUE L'ETAT A ETE MAIS N'EST PLUS

Traditionnellement la puissance publique représentait la puissance suprême de la Nation et disposait de moyens qui lui permettaient d'intervenir politiquement et économiquement pour sauvegarder au mieux les intérêts des citoyens. L'adoption croissante d'un modèle libéral a entrainé le dépeçage de la puissance publique qui ne peut plus tenter que de vaines politiques d'incitation en utilisant les fonds publics. Au sein de la Nation, l'État n'a plus qu'un pouvoir secondaire et inférieur à celui des Entreprises qui ont imposé comme règle le rendement du capital en dehors de toutes considérations morales, sociales ou nationales.

Cette politique de vaines incitation appelée au plus haut niveau "boite à outils" n'a eu aucun résultat depuis 2012 et n'a rien changé à la politique menée avant cette date mais qui était en conformité avec la doctrine des gouvernements alors en place. Dans les faits les citoyens ne différencient plus clairement la droite libérale et la gauche qui ne sait plus si elle est socialiste ou sociale démocrate ou centriste de droite. Assez rapidement les gouvernements formés après 2012 n'ont pas pu modifier la politique économique et financière de droite mais s'y sont pliés en s'exonérant de leurs obligations pré-électorales et en décrédibilisant ainsi la force du suffrage universel et donc la vie politique et la démocratie.

 

II- LES NECESSAIRES MESURES ECONOMIQUES NE SONT PLUS A LA PORTEE D'UN ETAT AMOINDRI

A-ECONOMIE

Jusqu'à une période récente l'État n'était pas un incitateur mais un acteur essentiel de l'Économie nationale dont les entreprises devaient prendre en compte les décisions. Il semblerait qu'au travers de leurs revendications, les citoyens aient gardé pour référence un État qui avait été il y a quelques années la puissance suprême et centralisée du la nation.

Il faut se souvenir que jusqu'à une période récente l'État a été en effet un acteur majeur de l'économie nationale. Avant même la seconde guerre mondiale l'État (représentant l'ensemble des citoyens) était propriétaire des réseaux téléphonique, des chemins de fer et des usines d'armements. La possession de ces biens stratégiques constituait la vocation naturelle de l'État. Après la guerre le Général De Gaulle a accru la puissance publique en nationalisant les charbonnages de France, Renault, les transports aériens, la Banque de France, les compagnies de Gaz et d''électricité et les onze plus grandes compagnies d'Assurances puis en 1948 les quatre plus grande Banques françaises ont été aussi nationalisées. Il paraissait naturel de ne pas laisser dans les mains d'intérêts privés des entités qui contrôlaient le fonctionnement existentiel de la nation. Cette logique de protection des biens stratégiques de l'État a encore étendue en 1983 par François Mitterrand qui a nationalisé des entreprises industrielles d'une importance majeure et sept autres Banques.

A cette époque l'État contrôlait directement le tiers des emplois et avait donc les moyens de peser sur l'économie nationale. L'État montrait sa suprématie et n'était pas qu'un spectateur dans la nation.

La puissance publique aurait pu être plus grande si les Entreprises d'État avaient gérées convenablement mais il s'agit là de choix politiques et en tous les cas les vrais outils étaient là. Le talon d'Achille de ce géant était en effet sa gestion calamiteuse ce qui aurait dû être une incitation au changement de la nature de la classe politique et de celui des dirigeants des biens publics qu'elle désignait, mais certainement pas à l'abandon de ces biens nationaux. Cette mauvaise gestion n'avait toutefois pas empêché la plus grande croissance que la France ait connue : celle des trente glorieuses.

La puissance publique est restée intacte jusqu'en 1986 avec l'arrivée de la Droite au pouvoir, mais les coups les plus durs lui ont été portés de1993 à 2007 tant par la Droite que par la Gauche. Le secteur public a été progressivement privatisé pour un montant négligeable tant par le rôle qu'il pouvait jouer, que par comparaison à la taille de la dette publique

VALEUR APPROXIMATIVE DES BIENS PUBLICS CEDES

1986-1988 (droite) : € 15.4 milliards

1993 à 2007: € 76 milliards

Droite : 43.7 milliards = 57.7% -période 1993-2007

1993-1995 : € 17.5 milliards - 1995-1997 : € 6.2 milliards

2002-2005 : €13 milliards - 2005-2007 : € 7 milliards

Gauche : 1997-2002 = € 32.3 milliards = 42.3% - période 1993-2007

En termes de dette publique (€ 1 212 milliards en 2007 et 2 089 au premier trimestre 2015 = 97.5% du PIB) ces montants sont tout à fait négligeables et pourtant les valeurs ajoutées auxquelles ils se rapportent privent l'État d'une partie importante de sa participation au PIB, de ses moyens d'actions économiques et sociaux dont sa politique de l'emploi.

Le secteur public couvrait un tiers des emplois. La participation de l'État à l'emploi est passée de 33.3% en 1983 à 18.5% en 2013. Si l'État avait maintenu sa part dans l'emploi il garantirait aujourd'hui environ 4 millions d'emplois supplémentaires sous réserve d'amélioration de sa gestion en ce qui concerne la création de valeur ajoutée.

Le plein emploi est ce à que doivent viser les gouvernements. Depuis 2012 aucun progrès tangible n'a été réalisé pour réduire le chômage en dépit des promesses. Le chômage reflète un drame et pourtant on joue plus sur les chiffres que sur sa réalité. Selon les sources en France le nombre de chômeurs en 2015 varierait de 2 852 000 en 2015 ((INSEE) à plus de      cinq millions en incluant toutes les catégories de chômeurs de A à E, les DOM, les chômeurs non inscrits à Pôle emploi, les demandeurs trop âgés et dispensés de recherche d'emploi et les travailleurs pauvres occasionnels.

B-DEFENSE

L'arrêt de la conscription fondé sur le fait que la puissance nucléaire et les armes sophistiquées ne la justifiaient plus a fortement réduits les effectifs militaires qui sont pourtant toujours amenés à faire des guerres tout à fait conventionnelles dans de multiples endroits de la planète.

Par ailleurs la conscription aurait été une opportunité de formation et d'emplois supplémentaires et aurait pu permettre de mieux assurer la sécurité du territoire en luttant contre le terrorisme et en reprenant le contrôle de territoires où la loi de la République n'est pas appliquée.

III - UNION EUROPEENNE ET IDEOLOGIE DE L'AFFAIBLISEMENT DE L'ETAT

L'idée de l'Union des peuples européens et de la fin de tout conflit guerrier entre ces peuples d'Europe était brillante ; l'idée de l'obligation de suivre des règles éthiques et d'accroître les droits de l'Homme au delà du strict nécessaire était tout aussi brillante.

L'histoire de l'Unification de l'Europe a commencé il y a 65 ans, mais le véritable recul du pouvoir des États au bénéfice d'un grand marché libre pour les entreprises a véritablement commencé avec l'acte unique européen de 1986 suivi par le traité de Maastricht de 1992. Les accords sur l'Union auraient dû prendre en compte les spécificités de chaque État et en particulier celles de la France et de son secteur public. Avec l'Euro qui est en fait le nouveau nom du Deutschemark imposé à tous avec la politique monétaire particulière à l'Allemagne, la perte de substance de l'État n'a fait que s'accroître.

Pourtant la France avait un rôle particulièrement important à jouer dans la constitution de l'Europe au delà de celui qui consiste à simplement suivre les directives de l'Allemagne. Ces deux pays sont de nature totalement différente : La France est une nation ancienne et centralisée alors que l'Allemagne est née d'un agglomérat récent de petits États unis par la victoire de la Prusse sur la confédération germanique à Sadowa en 1866. La Prusse s'était alliée à 14 Duchés, Principautés et villes et la Confédération germanique menée par l'Autriche avait pour alliés allemands12 Royaumes, Principautés, Duchés et villes. La partition territoriale était telle qu'il y avait des villes libres et ainsi Francfort s'était rangée aux cotés de l'Autriche alors que Hambourg avait choisi de se joindre à la Prusse.

On n'au rait pu imaginer une monnaie commune et une politique économique plus flexibles mais la domination du libéralisme en Europe et l'accroissement vertigineux du nombre d'États-membres ont imposé l'application d'un libéralisme rigoureux. L'arrivée des anciens pays communiste partisans du libéralisme à outrance pour atteindre le rêve du consumérisme bâti sur la propagande en vigueur pendant la guerre froide n'a fait qu'empirer les choses. Plus de 20 ans après la fin de l'ère communiste la liberté et le bien-être auxquels ces peuples aspiraient n'est plus en effet une question de doctrine mais de pouvoir d'achat qui manque cruellement à la grande majorité des populations de ces pays et qui a été aggravé par la disparation substantielle des avantages sociaux. En 2011 le seuil de pauvreté moyen pour l'Europe des 15 de 1995 était d'environ 835 Euros alors le seuil moyen pour la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie était d'environ 316 Euros. Selon le seuil de pauvreté des pays de l'Ouest, c'est la presque totalité des populations de ces pays de l'Est qui vit sous le seuil de pauvreté. Le calcul d'un seuil de pauvreté par pays est choquant si le salaire médian ne permet pas d'y vivre décemment.

En matière des droits de l'Homme la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne est un vœu pieux puisque l'on peut en être exempté (cas de la Pologne et du Royaume Uni) et qu'elle n'a un caractère contraignant que si dans les faits les autorités nationales le décident. La Commission européenne n'a aucun pouvoir dans ce domaine et ses prérogatives se limitent à l'économie et à la finance. L'Union Européenne comprend même une dictature (la Hongrie).

Le poids de l'Allemagne et la faiblesse morale de l'Union Européenne viennent d'être illustrés par l'adoption d'une autorisation d'une plus grande pollution par les moteurs diesel sans doute liée à la volonté de s'adapter à la malhonnêteté du groupe Volkswagen.

IV-UNION EUROPEENNE -DEMOCRATIE ET LIBERTE

La grande diversité des États membres de l'Union en ce qui concerne de nombreux domaines tels que les droits de l'Homme, les langues, les structures économiques, la place du secteur public, et leur Histoire ne font pas de l'Union Européenne une nation mais une association de nombreuses nations avec des intérêts divergents.

Le rôle de l'État est une aussi une caractéristique de chaque État-membre qu'il aurait fallu respecter. Au contraire la charte des droits fondamentaux devrait être imposée "dans les faits" à tous sous peine d'exclusion de l'Union.

L'Union Européenne impose à chacun une politique de droite strictement libérale ; l'action des gouvernements qui voudrait suivre une autre voie est neutralisée surtout lorsqu'ils n'ont pas la volonté de se faire entendre ce qui remet en cause la valeur du suffrage universel à l'échelle nationale. Les conséquences de ce comportement anti-démocratique sont une abstention majoritaire aux élections européennes, une abstention grandissante aux élections nationales et une décrédibilisation de la classe politique. Au delà de la montée de l'abstentionnisme cela encourage le développement des partis anti-européens et des partis extrémistes.

Le modèle économique américain que l'Union Européenne voudrait imposer ne peut s'appliquer aussi simplement à d'autres pays pour de multiples raisons. Les États-Unis sont une grande puissance économique et en cas de risque majeur le gouvernement américain et la Banque fédérale ne s'encombrent pas de la doctrine libérale et a les moyens d'intervenir lourdement pour sauver des pans entiers de l'économie industrielle et bancaire. Le pragmatisme a priorité sur la doctrine. Il n'y a pas aux États-Unis des disparités entre les États aussi choquantes qu'entre les États-membres européens. Les États-Unis sont une nation unie par leur langue commune et par leur culture principalement anglo-saxonne et comprenant une large influence afro-américaine et latino-américaine.

Il n'y a pas de politique internationale commune à l'Europe mais les principaux États-membres suivent celle de l'OTAN c'est à dire celle des États-Unis dont les initiatives ont mené à la déstabilisation du moyen orient, au flot de réfugiés qui en a résulté et au retour à la guerre froide entre l'Occident et la Russie.  L'Occident doit comprendre que le droit des minorités doit être respecté même s'il concerne des Russes.  En Lettonie qui est un État-membre de l'Europe les personnes d'origine russe nées en Lettonie n'ont pas de nationalité ; leurs documents lettons portent la mention outrageante de non-citoyen. Une situation analogue existe en Estonie. Encore une fois la Charte des droits fondamentaux est bafouée et la Commission européenne n'intervient pas.

V-CONCLUSION : PEUT-ON SAUVER L'UNION EUROPEENNE ?

Il faudrait repartir de l'idée initiale d'une Europe Unie mais en respectant la diversité des États-membres qui comprend l'acceptation de leurs structures économiques nationales. La libre compétition n'est pas liée à la propriété de des entreprises et à leur éventuelle volonté de faire passer l'emploi après le rendement des capitaux. Seule la vente à perte peut fausser la libre concurrence et dans cette limite l'emploi peut-être prioritaire. Un grand secteur public pourrait donner cette priorité à l'emploi d'autant plus que le déficit de l'assurance chômage en 2015 pourrait atteindre 25 milliards d'Euros. Dans ces conditions au niveau macro-économique, les gains en France procédant de la course à l'augmentation du rendement des capitaux n'est en grande partie qu'un mirage ou un transfert d'argent du secteur public au secteur privé.  Mais on oublie trop souvent que la libre concurrence est faussée par l'exploitation de la pauvreté en profitant de salaires de certains pays à l'intérieur même de l'Union Européenne qui ne permettent pas de vivre décemment. 

La logique économique ne devrait pas être réduite à une équation mathématique mais devrait inclure une morale qui ne peut être imposée que par des États.

La France ne peut pas se passer d'un secteur public fort qui lui permettrait d'être un véritable acteur de l'économie et non pas simplement un spectateur-incitateur et cela de façon à respecter ses engagements pris à l'égard des citoyens.

Les défis économiques sont devenus compliqués et requièrent des compétences démontrées et un esprit innovateur et non conformiste tant pour les dirigeants que pour la classe politique incapable de proposer à l'Union Européenne une autre voie.

L'absence de choix politique réel pose le problème du rôle des partis politiques. Leur rôle a été essentiel au XXe siècle mais la donne semble avoir changé au XXIe siècle puisqu'ils suivent pour la plupart une voie similaire et ceux qui voudraient en changer n'ont n'en pas les compétences ni l'éthique requises (partis extrémistes).

Récemment un grand parti politique a utilisé ses membres pour faire élire ses leaders et a finalement appliqué une politique que ses membres n'avaient pas choisie. Cette utilisation a consisté à leur demander de l'argent (cotisations) et à fournir de la main d'œuvre gratuitement pour des actions de soutien à des leaders ayant un égo démesuré et une grande soif de pouvoir. On a donné à ces membres l'impression de jouer un rôle en les laissant s'exprimer dans des réunions au cours desquelles leurs opinions ne sont ni prises en compte ni mêmes notées ; la démocratie a semblé jouer lorsqu'on leur a demandé de se prononcer sur des motions mais celles-ci ont été rapidement oubliées une fois les élections passées. Ces partis commencent à ressembler à des sectes dans lesquelles les gourous demanderaient de l'argent et du travail gratuit à leurs adeptes utilisés au bénéfice de leurs seules ambitions. Heureusement les membres peuvent prendre conscience de la situation et partir ce qui est plus difficile dans les sectes.

D'autres modes d'expression devraient se développer pour remplacer les partis au travers d'associations et des réseaux sociaux conjugués à un système de votations fréquentes sur tous les points clefs de la vie politique. L'opinion de divers philosophes devraient avoir plus d'impact que celle des politiques pour apprendre à penser juste et loin.

Afin de lutter contre les programmes électoraux irréalistes ceux-ci devraient prendre la forme d'un contrat entre les citoyens et les élus, qui pourraient être révisé annuellement comme dans la plupart des organisations. S'il s'avérait qu'un programme qui a permis une élection n'était pas applicable le contrat serait rompu et les élus concernés devraient abandonner leur fonction comme dans la plupart des organisations. Cette idée ne vise pas à provoquer l'instabilité mais à obliger les candidats aux élections à se présenter sur des bases sérieuses.

L'Union Européenne et l'Euro restent viables sous réserve d'une grande rigueur éthique et d'une plus grande flexibilité dans leur fonctionnement, en particulier en ce qui concerne le droit des État à maintenir leur secteur public.

----------------------------------------------

THE ECONOMIC AND SOCIAL CONSEQUENCES OF THE VOLUNTARY DISINTEGRATION OF STATE AND POLITICAL CLASS IN FRANCE

Didier Bertin - 31 OCTOBER 2015

I- DECEPTION OF MOST OF CITIZENS WHO REFER TO A STATE THAT NO LONGER EXISTS

The power of the State used to be the supreme power of the French nation as having the means to intervene politically and economically to safeguard the interests of the citizens. The growing application of the liberal model has led to the dismemberment of the State power that can only have vain incentives policies in using the public funds. Within the Nation, the State has now a secondary power lower than that of the private companies that have imposed the return on capital as the supreme rule beyond any moral, social or national interest.

This policy of vain incentives called at the highest level "toolbox" had no results since 2012 and did not change anything to the policy led before that date but was in line with the doctrine of the governments then in place. In fact citizens do not clearly anymore differentiate the liberal right wing and the left wing which moved from socialism to rightist liberalism. The governments formed after 2012 were not able to change the economic and financial policy of the right exempting themselves of their pre-election commitments and empting consequently the value of the vote and then of democracy.

II- THE NECESSARY ECONOMIC STEPS CANNOT BE TAKEN ANY LONGER BY A STRENGTHLESS STATE

A-ECONOMY

Until recently the state was not only attempting a policy of incentive but was a key player in the national economy whose decisions had to be taken into consideration by the private sector. It seems that through their demands, the citizens have kept referring to such a state that had been there a few years ago representing the supreme power of a centralized nation.

Before World War II the State (representing all the citizens) owned the telephone networks, railways networks and factories related to defense. The possession of these strategic assets was the natural vocation of the State. After the war, General De Gaulle increased the public power by nationalizing the coal mines, Renault, air transport, the central Bank of France, Gas and electricity companies as well as the eleven largest Insurance companies. In 1948 the four largest French banks were nationalized. It seemed natural not to leave in the hands of private interests entities controlling the existential functioning of the nation. This logic of protection of the nation's strategic assets has further extended in 1983 by François Mitterrand who nationalized major industrial companies and seven other banks.

At that time the state directly controlled one third of jobs in France and therefore had the means to influence the national economy. The state showed its supremacy and was not only a spectator in the nation.

The State power could have been greater if the State owned companies would have been properly managed but this was depending on political choices and in all cases the real tools were potentially available.

As a matter of fact the Achilles heel of this giant was indeed its disastrous management which should have involved the change of their managers and first the change of the nature of the political class that offers them their positions but certainly not the abandonment of the state-owned assets. This mismanagement did not prevent however the most remarkable economic growth in France i.e. that known as that of the thirty glorious years (1945-1975).

State power remained intact until 1986 with the arrival of the Right wing in power, but the hardest blows were struck from 1993 to 2007 by both the Right and the Left wings. The State sector has been gradually privatized for a negligible amount as compared to its possible influence on the economy and to the size of the public debt

APPROXIMATE VALUE OF STATE ASSETS SOLD

1986-1988 (right wing): € 15.4 billion

1993-2007: € 76 billion

Right wing: 57.7% = 43.7 billion-Period 1993-2007

1993-1995: € 17.5 billion - 1995 to 1997: € 6.2 billion

2002-2005: € 13 billion - 2005-2007: € 7 billion

Left wing: 1997-2002 = € 32.3 billion = 42.3% - period 1993-2007

In terms of public debt (€ 1,212 billion in 2007 and € 2,089 billion to the first quarter 2015 = 97.5% of GDP) these amounts are quite negligible.

However the size of their added values deprives the state of an important part of its participation in the GDP and employment policy.

The State sector generated a third of jobs in France. The state participation in employment decreased from 33.3% in 1983 to 18.5% in 2013. If the State had maintained its share in employment it would have ensured today about 4 million additional jobs subject to the improvement of its management regarding the creation of added value.

The governments must target full employment but since 2012 no tangible progress has been made to reduce unemployment despite promises. The unemployment reflects a drama and yet authorities and agencies play more with the figures than with reality. According to sources in France the number of unemployed in 2015 would range from 2.852 million in 2015 ((INSEE) to over five million including all categories of unemployed people from A to E, DOM, non-registered unemployed people, over-aged applicants authorized not to look for a job and the occasional poor workers.

B-DEFENSE

The decision to stop the national service for all was based on a defense utilizing   only nuclear dissuasion power and sophisticated weapons but in fact the French troops are obliged to continue to be involved in very conventional conflicts in many places on the planet. Furthermore national service was a professional training opportunity for many unqualified people opening opportunities of jobs and it would have been more adapted for the safety of the national territory against terrorism and resuming control of territories where the laws of the Republic are no more applied as they should be.

III - EUROPEAN UNION AND IDEOLOGY OF THE STATE WEAKENING

The idea of ??the Union of European peoples and the end of any conflict between them was brilliant; the idea of ??the obligation to follow ethical rules and increase human rights beyond the strict necessary was also brilliant.

The history of the Unification of Europe began 65 years ago, but the real decline in the power of states in favor of a free market for large companies really began with the Single European Act in 1986 followed by the Maastricht Treaty of 1992. The agreements on European Union should have taken into account the specificities of each state and particularly those of France and its State sector. With the Euro which is actually the new name of the Deutschemark with the particular monetary policy of Germany, the loss of state substance has substantially increased.

Yet France had a particularly important role in the formation of Europe beyond that of simply follow the model of Germany. These two countries have completely different natures: France is an old and centralized nation whereas Germany is a recent nation born on the basis of a cluster of small states united by the victory of Prussia against the German Confederation in 1866 (Sadowa). Prussia was allied to 14 German duchies, principalities and cities and the German Confederation led by Austria had 12 allied German Kingdoms, principalities, duchies and cities. The territorial partition was so big that there were free cities and Frankfurt joined the side of Austria while Hamburg had chosen Prussia.

One could have imagined in Europe a more flexible common currency and economic policy but the dominance of liberalism in Europe and the vertiginous increase in the number of member states have imposed a strict application of liberalism. The inclusion of former communist countries which were supporters of liberalism in order to achieve the dream of consumerism built on the propaganda effective during the Cold War has worsened the situation. More than 20 years after the end of the communist era the freedom and well-being do not depend on any doctrine but only of the purchasing power. The key to freedom and well- being i.e. the purchasing power is sorely lacking for a vast majority of the peoples of these countries and this situation is aggravated by the substantial reduction in social services. In 2011, the average poverty threshold for the EU15 of 1995 was around 835 Euros while the average threshold for Poland, Bulgaria, Hungary and Romania was about 316 Euros. According to the Western countries poverty threshold almost all the populations of these countries are living below the poverty line. The calculation of a poverty threshold by country is shocking if even the median revenue (utilized to calculate the poverty threshold) is not sufficient to live decently.

In terms of human rights the Charter of Fundamental Rights of the European Union is wishful thinking since one can be exempted (i.e. Poland and the UK) and is really binding if the national authorities accept to enforce it. The European Commission has no power in this field and its power is limited to the economy and finance. The European Union even includes a dictatorship (Hungary).

The weight of Germany and moral weakness of the European Union have just been illustrated by the adoption of an authorization to greater pollution from diesel engines probably linked to the desire to adapt to the dishonesty of the Volkswagen group.

IV-EUROPEAN UNION AND FREEDOM -DEMOCRACY

The great diversity of EU Member States regarding many areas such as human rights, languages, economic structures, State sector, and their history do not make the European Union one nation but a group of different nations with specificities which cannot always be unified.

The role of the State is also a feature of each Member State, which should have been respected. However the Charter of Fundamental Rights should be imposed "in fact" to all under penalty of exclusion from the Union.

The European Union imposes on everyone a strictly liberal rightist policy; the action of the governments that wish to follow a different path is neutralized especially when they have no desire to be heard which questions the value of the national elections. The consequences of this undemocratic behavior are a majority abstention in European elections, increasing abstention in the national elections and discrediting of the political class. In addition to the rise of abstentions, it encourages the development of anti-European parties and extremist parties.

The American economic model that the EU imposes cannot be applied so easily to other countries for multiple reasons. USA is a great economic power and in case of major economic risk, the US government and the federal Bank intervene heavily to rescue major industries and Banks forgetting for a while the liberalism. Pragmatism overrides doctrine when necessary.

There are no so shocking disparities between the States as in European Union. The United States is one nation united by their common language and culture mainly Anglo-Saxon including large African-American and Latin American influences.

There is no common international policy in Europe but the main member states follow that of NATO, i.e. that of the USA whose initiatives led to the destabilization of the Middle East which involves now  a substantial  flow of refugees to Europe and the return to Cold War against Russia. The Western countries must understand that minority rights must be respected even for the people of Russian origin. Latvia a member state of Europe prints on the Latvian ID of citizens of Russian origin born in Latvia the outrageous discriminatory mention:”Non citizen” A similar situation exists in Estonia. Again the Charter of Fundamental Rights is violated and the European Commission does not intervene.

 

V-CONCLUSION: CAN WE SAVE THE EU?

We should restart from the initial idea of ??a United Europe but respecting the diversity of Member States including their national economic structures. The free competition is not related to the property of companies and to their willingness that capital return has priory on employment. Only selling under the cost could distort free competition and within that limit employment may be prioritized. A State-owned sector could apply that priority to employment much more easily than a private company especially since the unemployment insurance deficit in France in 2015 should reach 25 billion Euros. Under these conditions and at the macroeconomic level, gains in France based on the sole criteria of Capital return might substantially be a mirage or transfer of money from the State sector to the Private sector. But we often forget that free competition is distorted by the exploitation of poverty and related low salaries in some Member States. The economic logic should not be reduced to a mathematical equation but should include an ethical view in Europe.

France needs as it used to have, a strong State sector which would allow it to be a true actor of the economy and not only a spectator and that in order to respect its commitments towards the citizens.

The economic challenges have become complicated and require proven skills and a non-conformist innovative spirit for companies ‘leaders and for the political class unable now to propose a different option to the European Union.

The absence of real political choice raises the issue of the role of political parties. Their role has been essential in the twentieth century but the deal appears to have changed in the twenty-first century. Political parties follow mostly a similar policy as they mostly follow a similar path. The parties proposing another way are the extremist parties which have no competence and ethics necessary to achieve it.

Recently a major political party has utilized its members to elect their leaders and finally applied a policy that its members had not chosen. The members provided money and free work to permit the elections of candidates with only a huge ego and a thirst of power. The party gave its members the impression that they play a role in allowing them to express themselves in meetings where their views are not taken into account and even not noted; Democracy seemed to play when the members are requested to support different motions but these are quickly forgotten once the elections are over.

These parties begin to look like sects where the Gurus request from their adepts’ money and free work for the benefit of their own ambitions. Fortunately members can become aware of the situation and go, which is more difficult in the sects.

Other modes of expression should be developed to replace the parties through associations and social networking combined with a system of referendums frequently organized on all the key issues of political life. The views of various philosophers should have more impact than those of politics to learn to think right and far.

In order to fight against unrealistic electoral programs they should take the form of a contract between citizens and elected representatives, which could be reviewed annually as in most organizations. If it turns out that a program proposed before the elections is in fact not applicable, the people elected on such basis should abandon their function as in most organizations. This idea is not intended to cause instability but force the election candidates to stand on solid bases.

The European Union and the euro remain viable subject to rigorous ethical and more flexibility in their operation, particularly as regards the right of member States to maintain the most convenient State sector.

-----------------------------------------------------------------------------

PROJET DE PROFANATION DU CIMETIERE JUIF DE VILNIUS PAR LE GOUVERNEMENT LITUANIEN 

LETTRE DE PROTESTATION ECRITE A JEAN-CLAUDE JUNCKER

PRESIDENT DE LA COMMISSION EUROPEENNE 22 Août 2015

ET REPONSE DE LA COMMISSION EUROPEENNE

CETTE LETTRE DE PROTESTATION A LE SOUTIEN DE SERGE KLARSFELD

Voir section anti-Semitism

Project of desecration of theJewish cemetery of Vilnius by Lithuania 

Letter of protest sent to Mr.Jean-Claude Juncker 22 August 2015

President of the European Commission

and reply of the European Commission

This protest is supported by Serge Klarsfeld

See section anti-Semitism

 

MEETING OF 2d JULY 2015 AT THE UNESCO 

ORGANIZED BY SIMON WIESENTHAL CENTER AND THE RUSSIAN HOLOCAUST UNIVERSITY

Address of Didier BERTIN, Speaker

 RESPONSIBILITY OF WESTERN ALLIES IN THE MAGNITUDE OF THE HOLOCAUST

etoile_de_suzy.jpg

Ladies and Gentlemen

Everyone knows the responsibility of the Nazis in the execution of the Holocaust but it is time now, in particular since OSS and MI-6 have started to disclose their files from 2000, to assess briefly and in the few minutes I have, the responsibility of the Western Allies in the magnitude of the Holocaust.

A real anti-Jewish trap was organized before the war by the most civilized countries which eased substantially the achievement of the Holocaust as I am going to explain it.

The pogroms in the Russian Empire at the end of the 19th century involved the flight of near 2.5 million Jews mostly to the USA and a few to Palestine and to the UK. New pogroms took place from 1903 and to avoid the arrival of Jewish refugees in the UK, the Prime Minister Arthur Balfour decided to apply the Alien Act voted on 18 April 1905. Balfour was the leader of the Conservative Party and inaugurated in 1912 the first Eugenics Congress in London promoting the ideas of Francis Galton against any immigration. Balfour is unfortunately only known to have expressed in 1917 the agreement of the British government in which he was only Foreign Secretary to create a Jewish Home in Palestine. USA closed also their borders by the "Emergency Quota Act" of 1921 strengthened in 1924 by the Immigration Act.

The Aryan superior Race was created by the French Arthur de Gobineau and introduced in Germany by Ludwig Schemann. The son in law of Richard Wagner the English Houston Stewart Chamberlain wrote that the Aryan race of Gobineau was the German race. His ideas were adopted by Hitler in "Mein Kampf" and the opinion of Hitler on the Jews expressed in 1925 made predictable the risk of extermination when he took the power in 1933.

The anti-Jewish Laws of 1935 in Germany and the annexation of Austria in 1938 triggered the flight of many Jews. In order to control this flow of refugees President Roosevelt organized the disastrous Conference of Evian in 1938, which closed the anti-Jewish trap. 30 countries were present and 29 of them refused to host the Jewish refugees. Among them we could mention Canada, USA, UK and France; only the small Dominican Republic agreed to welcome Jewish refugees.

The UK restricted substantially the immigration of Jews to Palestine in contradiction to the target of its mandate of 1922 and then took a heavy responsibility in the magnitude of the Holocaust. The USA and Canada behave shamefully in 1939 when they obliged the Ship St Louis to return to Europe with her Jewish German refugees.

The Holocaust started with the invasion of USSR in June 1941 during which the Einsatzgruppen shot 1.1 million of Jews in the last 6 months of the year. UK and USA were aware of the Holocaust at its very beginning.

The British secret intelligence services deciphered immediately the German messages coded with Enigma machine thanks to Polish mathematicians who succeeded to decipher German messages before the war.

The British were informed of extermination achieved by the Einsatzgruppen and thus of the start of the Holocaust and intercepted thereafter extermination statistics sent from Dachau, Buchenwald, Auschwitz and from seven other camps. Among the deciphered documents there was the memorandum of the conversation between Hitler and the Grand Mufti of Jerusalem on 28 November 1941. Hitler explained that the purpose of Germany was the extermination of Jews in Europe and he utilized the word "Vernichtung" (destruction).

British and Americans considered that the extermination of Jews will end with the Victory over Germany without taking into account the high rate of extermination on a small population.

In USA, the intelligence services were COI from 1941 which was aware of the mass murders since August 1941 and the OSS from 1942 which became the CIA after the war. Abraham Duker and Charles Irving Dwork both members of the OSS made a file on the Holocaust when it was in course of achievement. This file named "Duker-Dwork Collection" is in the National Archives of USA. Duker and Dwork were shocked by the lack of interest of OSS for the Holocaust but being both Jews they were afraid to be accused of giving them too much attention.

In early August 1942, Gerhart Riegner representative of the World Jewish Congress in Geneva, sent by cable to British and American Governments information on the Holocaust followed by a complete report of 30 pages. An investigation was requested by Sumner Welles who was advisor to President Roosevelt and which confirmed the accuracy of the report. A press conference on holocaust was held in Washington in November 1942. Unfortunately the Western press did not show a major interest. Robert Borden Rams member of the State Department even complained that this press conference was detrimental to the main target: "Victory over Germany".

In October 1942 Jan Karski a polish resistant working for the Polish Government in London, collected information on the extermination of Jews in Poland to be transmitted to the western allies. In 1943 he conveyed the information to many personalities in the UK and USA and in particular to the UK foreign secretary Anthony Eden and directly to President Roosevelt.

In France Marshal Petain signed an armistice in June 1940 that eased the German offensive. France provided Germany with approximately 50% of its GDP annually and guaranteed the peace on its territory permitting Germany to deploy more troops on other fronts. The substantial support of France to Germany permitted the extension of the war causing the loss of millions lives.

The awful attitude of British caused the sinking of the ship Struma in 1942 with 769 refugees after they prevented her to reach Palestine. In November 1947, the UK abstained to vote for the partition of Palestine and in May 1948, the British General John Bagot Glubb commanding the Jordanian troops attacked Israel.

Although the Americans freed Algeria in November 1942 they left in power the former Petainist leaders enabling General Giraud to present a decree preventing the Jews to recover the French citizenship lost in 1941. Fortunately General De Gaulle got rid of Giraud and René Cassin gave back the French citizenship to the Jews. The Americans did not either deliver the Jewish soldiers confined by order of Marshal Petain in the Labor Camp named Bedeau in the south of Oran.

In 1947 USA voted for the creation of a Jewish State but imposed an embargo on all weapons to Israel. In this time UK and USA were apparently not afraid to cause a second Holocaust in Palestine. From 1947 to 1949 most of the weapons were provided to Israel by the government of Czechoslovakia.

-------------------------------------

In conclusion -Western allies neglected the lot of Jews to stress the importance of the war against Germany but paradoxically they did not really play a substantial part in the war in Europe. The figures and the facts show that Germany was defeated by the Red Army as this is symbolized by the monument of the Victory inaugurated in 2012 in Israel.

The victims of the war in the allied camp in Europe and the Holocaust amounted to 37 million people out of which approximately 26 million civilians and soldiers of USSR and 6 million of Jews which represent together 86.5% of the casualties of the allied camp in Europe.

The losses of USA and UK troops in Europe represented only 5.5% of the total casualties of Allied armies as compared to 88% for the Red army.

The Holocaust and the European anti-Semitism emptied Europe of its Jewish population from 12.1 million in 1880 to 1.5 million in 2010. This process continues today with the Islamist anti-Semitism.

Thank you for your attention.

Didier Bertin - 2 July 2015    

Traduction française

UNESCO 

Réunion organisée pat le Centre Russe pour la Shoah et le Centre Simon Wiesenthal  le 2 juillet 2015

Discours d'introduction de Didier BERTIN

RESPONSABILITÉ DE ALLIES OCCIDENTAUX

DANS L'AMPLEUR DE LA SHOAH

etoile_de_suzy.jpg

Mesdames et Messieurs

Tout le monde connait la responsabilité des nazis dans l'exécution de la Shoah et il est temps maintenant, en particulier depuis que l'OSS et le MI-6 ont commencé à divulguer leurs dossiers secrets depuis environ le début des années 2000, de prendre la mesure de la responsabilité des Alliés occidentaux dans l'ampleur de la Shoah.

Un piège anti-juif fut organisé avant la guerre par les pays les plus civilisés qui facilita sensiblement la réalisation de la Shoah comme nous allons l'expliquer.

Les pogroms de l'Empire russe à la fin du XIXème siècle ont entrainé la fuite de près de 2,5 millions de Juifs pour la plupart vers les États-Unis et pour quelques-uns en Palestine et au Royaume-Uni (150 000). De nouveaux pogroms eurent lieu à partir de 1903 et pour éviter l'arrivée d'autres réfugiés juifs au Royaume-Uni, le premier ministre Arthur Balfour fit voter "l'Alien Act" (loi sur les étrangers) le 18 Avril 1905. Balfour fut le chef du Parti conservateur et inaugura en 1912 le premier congrès sur l'eugénisme à Londres qui mettait à l'honneur les idées de Francis Galton contre toute immigration. Balfour n'est malheureusement connu que pour avoir exprimé en 1917 l'accord du gouvernement britannique dans lequel il n'était que ministre des Affaires étrangères, pour créer un foyer juif en Palestine. Les États-Unis fermèrent également leurs frontières par la "loi sur les quotas d'urgence" de 1921 renforcée en 1924 par la Loi sur l'immigration (Johnson-Reed Act).

La race supérieure Aryenne fut un concept créé par le français Arthur de Gobineau et introduit en Allemagne par Ludwig Schemann. Le gendre de Richard Wagner l'Anglais Houston Stewart Chamberlain écrivit que la race Aryenne de Gobineau était la race allemande. Ses idées furent adoptées par Hitler dans "Mein Kampf" et l'opinion de Hitler sur les Juifs exprimée en 1925 rendait très prévisible le risque d'extermination s'il prenait le pouvoir comme cela arriva en 1933.

Les lois anti-juives de 1935 en Allemagne et l'annexion de l'Autriche en 1938 déclenchèrent la fuite de nombreux Juifs. Afin de contrôler ce flux de réfugiés le président Roosevelt organisa la désastreuse Conférence d'Évian en 1938, qui ferma le piège antijuif. 30 pays étaient présents et 29 d'entre eux refusèrent d'accueillir les réfugiés juifs. Parmi eux, nous pouvons mentionner le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ; seule la petite République Dominicaine accepta d'accueillir des réfugiés juifs.

Le Royaume-Uni réduisit substantiellement l'immigration des juifs en Palestine en contradiction avec l'objectif de son mandat de 1922 et prit ainsi une lourde responsabilité dans l'ampleur de la Shoah. Les États-Unis et le Canada se comportèrent honteusement en 1939 en obligeant le navire St Louis à revenir en Europe avec ses réfugiés juifs allemands.

La Shoah commença avec l'invasion de l'URSS en Juin 1941 au cours de laquelle les "Einsatzgruppen" exécutèrent par balles 1,1 million de Juifs au cours des 6 derniers mois de l'année. Le Royaume-Uni et les États-Unis étaient au courant du déclenchement de la Shoah.

Les services secrets britanniques purent déchiffrer immédiatement les messages codés allemands avec la machine Enigma grâce au travail de mathématiciens polonais qui réussirent avant la guerre à décoder les messages allemands.

Les Britanniques furent informés de l'extermination réalisée par les Einsatzgruppen et donc du début de la Shoah et interceptèrent par la suite les messages statistiques d'extermination envoyés de Dachau, Buchenwald, Auschwitz et de sept autres camps. Parmi les documents déchiffrés on doit noter le mémorandum de la conversation entre Hitler et le Grand Mufti de Jérusalem, le 28 Novembre 1941. Hitler y expliquait que le but de l'Allemagne était l'extermination des Juifs en Europe et il utilisa pour cela le mot allemand "Vernichtung" (destruction) qui est sans ambigüité.

Les Britanniques et les Américains considéraient que l'extermination des Juifs se terminerait avec la victoire sur l'Allemagne sans tenir compte de l'effet du taux élevé d'extermination sur une petite population. Ils étaient donc indifférents au sort des Juifs.

Aux États-Unis, les services de renseignement étaient le COI à partir de 1941, qui était au courant des meurtres de masse depuis août 1941 puis l'OSS à partir de 1942 qui devint la CIA après la guerre. Abraham Duker et Charles Irving Dwork tous deux membres de l'OSS firent un dossier sur la Shoah à mesure de son exécution. Ce dossier appelé "Duker-Dwork Collection" se trouve dans les Archives nationales des États-Unis. Duker et Dwork furent choqués par le manque d'intérêt de l'OSS pour la Shoah, mais étant tous deux Juifs, ils craignaient d'être accusés de porter aux Juifs une trop grande attention.

Au début d'août 1942, Gerhart Riegner représentant du Congrès juif mondial à Genève, envoya par câble aux gouvernements britannique et américain des informations sur la Shoah suivies par un rapport de 30 pages. Une enquête fut demandée sur ce rapport par Sumner Welles, un conseiller du président Roosevelt, qui confirma l'exactitude du rapport. Une conférence de presse sur la Shoah eu lieu à Washington en Novembre 1942. Malheureusement, la presse occidentale ne montra pas d'intérêt particulier. Au contraire Robert Borden Rams membre du Département d'État se plaignit que cette conférence de presse fut préjudiciable à la cible principale : la "Victoire sur l'Allemagne".

En Octobre 1942 Jan Karski un résistant polonais travaillant pour le gouvernement polonais en exil, recueillit des informations sur l'extermination des juifs en Pologne afin de les transmettre aux alliés occidentaux.

En 1943, il transmit l'information à de nombreuses personnalités au Royaume-Uni et au États-Unis et en particulier au ministre des Affaires étrangères britannique Anthony Eden et directement au président Roosevelt.

En France le maréchal Pétain signa un armistice en Juin 1940 qui facilita l'offensive allemande. La France fournit annuellement environ 50% de son PIB à l'Allemagne et garantit la paix sur son territoire permettant ainsi de déployer plus de troupes allemandes sur d'autres fronts. Le soutien important de la France à l'Allemagne permit l'extension de la guerre causant la perte de millions de vies.

L'attitude horrible de la Grande Bretagne fut illustrée en 1942 par l'interdiction faite au navire Struma d'accoster la Palestine entrainant son naufrage avec ses 769 réfugiés. En Novembre 1947, le Royaume-Uni s'abstint de voter pour la partition de la Palestine et,en mai 1948, le général britannique John Bagot Glubb commandant les troupes jordaniennes attaqua violement Israël.

Les Américains libérèrent l'Algérie en Novembre 1942, mais laissèrent au pouvoir d'anciens dirigeants pétainistes permettant ainsi général Giraud de présenter un décret empêchant les Juifs de recouvrer la nationalité française confisquée en 1941. Heureusement le général De Gaulle se débarrassa de Giraud et René Cassin pu rendre la citoyenneté française aux Juifs. Les Américains ne délivrèrent pas non plus les soldats juifs confinés par ordre du maréchal Pétain dans le camp de travail appelé Camp Bedeau dans le sud oranais.

En 1947, États-Unis votèrent pour la création d'un État juif, mais a imposèrent un embargo sur toutes les armes à Israël. Il semble donc qu'à cette époque le Royaume-Uni et les États-Unis ne craignaient pas de provoquer une seconde Shoah en Palestine. De 1947 à 1949 la plupart des armes furent fournies à Israël par le gouvernement tchécoslovaque.

-------------------------------------

En conclusion les alliés occidentaux négligèrent volontairement le sort des Juifs pour prétendre se concentrer sur la guerre contre l'Allemagne, mais paradoxalement, ils ne jouèrent pas un rôle majeur dans cette guerre en Europe. Les chiffres et les faits montrent que l'Allemagne fut vaincue par l'Armée rouge comme cela est symbolisé par le Monument de la Victoire inauguré en 2012 en Israël.

Les victimes de la guerre dans le camp des alliés en Europe et celles de la Shoah s'élevèrent à 37 millions de personnes dont environ 26 millions de civils et de soldats de l'URSS et de 6 millions de Juifs qui représentèrent ensemble 86,5% des victimes du camp allié en Europe.

Les pertes des troupes américaines et britanniques en Europe ne représentèrent que 5,5% des pertes totales des armées alliées, comparativement à 88% pour l'armée Rouge.

L'Holocauste et l'antisémitisme européen vidèrent l'Europe de sa population juive de 12,1 millions en 1880 à 1,5 million en 2010. Ce processus se poursuit encore aujourd'hui avec l'antisémitisme islamiste.

Merci de votre attention.

Didier Bertin - 2 Juillet 2015                                                                   

 -------------------------------------------------------------

Association pour un Nouveau Modèle des Droits et Devoirs de l'Homme 

Grace à son indépendance, l'association a pu constamment prendre en compte la réalité des faits et évoluer ; son champ d'action est le monde et l'Europe décevante ne constitue plus sa référence dans le domaine des droits de l'Homme. En effet la Chartre Européenne des Droits Fondamentaux est appliquée au gré des Etats-membres dont deux d'entre eux en sont officiellement exemptés (Royaume Uni, Pologne). Dans sa nouvelle appellation incluant Droits et Devoirs, les Droits concernent d'abord les citoyens et les Devoirs leurs représentants car trop d'évènements sont venus corroborer une certaine carence de leurs part. 

    ------------------------

La forte montée de l'antijudaïsme en Europe et en particulier en France nous a amené à créer une catégorie spéciale dédiée à la lutte contre l'antisémitisme et qui devient la première catégorie de ce site de défense des Droits de l'Homme 

 The meteoric rise of global, European and specifically French anti-Judaism merits the creation of a specific category dedicated to fighting antisemitism —Anti-Judaism will become the first category of this Human Rights website.

-------------------------------

 

INTRODUCTION 

updated on 10 June 2014 

 INTRODUCTION 

actualisée au 10 Juin 2014 

 ASSOCIATION FOR A NEW MODEL OF HUMAN RIGHTS AND DUTIES 

ASSOCIATION POUR UN NOUVEAU MODELE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME


I-L'horrible et indélébile héritage de la vieille Europe

L'Europe est encore dans une situation précaire dans le domaine des droits de l'homme, après avoir été épuisée par une série d'événements dégradants : guerres, génocides, haine, racisme, antisémitisme et n'est as prémunie contre un retour des vieux démons, qui semble poindre encore à l'horizon dès que des difficultés apparaissent.

L'Europe s'est construite au travers de conflits et de traditions haineuses comme l’antisémitisme bimillénaire, amplifiées par de nouvelles idéologies extrémistes qui l'ont conduite à une phase paroxystiques de l'horreur.

Le fait que seulement 12% de la population juive mondiale vit en Europe contre 60% avant 1939 est une bonne indication de la grande fragilité la civilisation européenne.  

I-The horrific and indelible legacy of old Europe

Europe is still in a precarious position in the field of human rights after having been exhausted by a series of degrading events: wars, genocide, hatred, racism, anti-Semitism and is not still protected from old demons that seems to be emerging as soon as difficulties arise.

Europe was built through conflicts and hatred such as its bimillenary tradition of Anti-Semitism, amplified by recent extremist ideologies which led to a paroxysmal phases of horror. The fact that only 12% of the world's Jewish population lived in Europe against 60% before 1939 is a good indication of the fragility of the European civilization. 

II-Bon départ et mauvaise évolution de l'Union Européenne

La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne aurait été un bon signe d'amélioration de la civilisation européenne si elle avait été véritablement appliquée.

L'aile droite et le capitalisme sauvage dominant en Europe ont affaibli l'aspect social de la Charte dans de nombreux pays et les États membres les plus antisociaux de l'Union Européenne ont en même été exemptés. Chaque pays peut dans les faits appliquer la Charte des droits fondamentaux à sa guise qui font de l'Union Européenne un ensemble de pays riches et de pays particulièrement pauvres comprenant même une dictature. 

L'obsession de l'application d'un capitalisme orthodoxe et anachronique qui est même devenu désuet aux États Unis paupérise un certain nombre d'États membres que l'on force à appliquer une austérité qui plonge les citoyens dans un cercle vicieux de l'appauvrissement entrainant encore plus d'austérité.

Aucun État membre ne remet en cause ce système qui n'obéit qu'à une idéologie conservatrice et pas même le prétendu gouvernement socialiste de France pourtant second État-membre par la taille de son PIB et qui brille par son incompétence à faire face aux difficultés. Ce gouvernement qui devait être rénovateur semble se contenter de gérer les affaires courantes en attendant les débâcles électorales successives qui profitent à l'extrême droite. 

II-Good start and poor evolution of the European Union 

The Charter of Fundamental Rights of the European Union would have been a good signal of improvement of European civilization if it had been effectively enforced. 

The right wing and wild capitalism both domineering in Europe have weakened the social aspect of the Charter in many Member States and the most antisocial of them were even exempted of its enforcement.

Each country may in fact apply the Charter of Fundamental Rights at its convenience and the European Union is a group of rich and very poor countries including even a dictatorship.

The obsession of the application of an orthodox and anachronistic capitalism that has even become obsolete in the United States impoverishes a number of member States forced to austerity self generating bigger impoverishment and mechanical need for additional austerity.

No Member State questions the adequacy of the current ultra conservative system and not even the so-called socialist government of France yet second member state by the size of its GDP is incompetent to overcome the current difficulties. This current government which promised to renovate politics limits its action to the management of daily affairs accumulating the elections debacles , which benefit to the far right. 

III-Association pour un Nouveau Modèle des Droits et Devoirs de l'Homme

Dans de nombreux pays la plupart des citoyens sont loin d'avoir les mêmes espoirs  de droits que ceux indiqués dans la Charte des Droits Fondamentaux de l'Union Européenne et qui couvrent au delà de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme le domaine social, la vie au travail et le bien-être. A ce titre la modèle européen pouvait être l'objet d'une promotion dans le monde.

Toutefois les nombreuses restrictions relatives à l'application de la Charte, la large indépendance laissée aux États-membres en ce qui concerne son application et son interprétation, le rôle dominateur de l'économie, en font un modèle abstrait et non efficace qui doit être entièrement repensé et renouvelé. Un nouveau modèle devrait être avoir une application obligatoire et notamment dans le domaine social. 

La défense des Droits de l'Homme: 

Les pays défenseurs des Droits de l'Homme doivent être prêts à utiliser la force armée sans aucune hésitation lorsque des citoyens de tous pays voient leurs droits bafoués, leurs vies sacrifiées en raison de leurs origines ou de leurs opinions. Le monde occidental a un passé défavorable qui continue aujourd'hui illustré par les génocides et massacres de masse du XXe siècle. 

La défense des droits de l'Homme signifie aussi le soutien des forces démocratiques mais ne signifie pas le soutien aux forces anti-démocratiques arrivées au pouvoir par un processus démocratique perverti par le populisme. Les ennemis de la démocratie ne doivent pas pouvoir utiliser le système démocratique qu'ils mettent en danger tel que cela a été le cas en Allemagne, en France, lors du printemps arabe et en Hongrie.

III-Association for a New Model of Human Rights and Duties

In many countries most of citizens are far from having the same rights as those of the Charter of Fundamental Rights of the European Union, which are beyond those of the Universal Declaration of Human Rights, in the social field, work life and welfare. In this respect the European model could have been the subject of a promotion in the world. 

However, the numerous restrictions to the application of the Charter due to the large of independence left to the Member States with regard to its applicability and interpretation and the predominant role of the economy in Europe make this model abstract and non-efficient and commands a new conception. We need a new model in Europe which should be binding in particular in the social field.

Defense of Human Rights: 

Countries supporting Human Rights must be prepared to use military force without any hesitation when citizens of any countries see their rights violated, their life sacrificed because of their origins or opinions. 

The Western world has an unfavorable long history that continues today and was illustrated by the genocides and mass massacres in the twentieth century.

The defense of human rights also means supporting democratic parties, but does not mean supporting anti- democratic forces that came to power through a democratic process perverted by the Populism as it was the case in Germany, France, during the Arab Spring and in Hungary.  

The citizens constitute and transcends together the nations and the selfdetermination of the peoples of Ukraine is also part of the democratic process.

IV-Le fantôme de la vieille Europe

Le fantôme de la vieille Europe continue de nous hanter. Les citoyens européens ne sont plus de véritables acteurs dans l'Union Européenne et la démocratie s'affaiblit au bénéfice de la loi du marché qui détermine les politiques économiques et sociales. La soumission à des critères statiques et mécanistes engendre l'austérité, la chute vertigineuse du bien-être des citoyens, l'abandon de toute initiative créative et audacieuse des gouvernements et plus simplement de l'intelligence au profit d'une autoroute conventionnelle de la pensée.

L'intelligence et la création devraient être concrétisées par un intense travail des gouvernements pour réorienter l'économie au bénéfice de tous, mais cela constituerait un défi interventionniste qui irait au delà de l'engagement politique convenu. 

L'austérité généralisée en Europe et appliquée par les gouvernements de droite et de gauche, amènent le mal-être, la montée de l'extrémisme de droite et la réduction substantielle de la démocratie puisque les politiques appliquées ne sont plus guidées par les choix des citoyens.  

Par ailleurs la connaissance objective de notre histoire utile au travail de mémoire qui permettrait à la conscience européenne de progresser, a été bloquée d'abord par la guerre froide puis ensuite par le règne sans partage en Europe d'une droite intolérante.

La déclaration de Prague de 2008 a été le début d'un nouveau processus révisionniste de l'histoire européenne fondé sur le mensonge et l'ingratitude. Le processus de Prague proclame une équation triviale entre communisme et nazisme qui fait écho aux vœux les plus profonds de l'extrême droite.

Cette équation permet au continent européen d'oublier sa dette de gratitude envers l'Armée Rouge et les peuples de l'ex-Union Soviétique dont les pertes de près de 26 millions de citoyens, soit près de 16% de la population de l'URSS, ont permis au continent européen d'échapper au joug du nazisme, à la montée des régimes fascistes prédominants alors dans la plupart des pays d'Europe continentale et à la continuation des épurations raciales.

L'Armée Rouge a vaincu l'Allemagne nazie en détruisant près de 80% de son armée alors que les alliés anglo-américains ne sont intervenus en Europe continentale qu'en fin de conflit lorsque le sort de l'Allemagne était déjà scellé. 

Pourtant dans les pays européens le rôle de l'URSS est encore occulté comme à l'époque de la guerre froide au profit des alliés anglo-américains dont l'action a été très et trop subsidiaire. Trois ans de communication avec les parlementaires socialistes français ont été nécessaire pour aboutir à l'invitation du Président Poutine le 6 juin 2014.

Actuellement les autorités européennes organisent des commissions où l'on peut négocier l'Histoire pour satisfaire les exigences idéologiques de certains pays.

La vérité sur l'histoire de la seconde guerre mondiale a été symbolisée par le monument de la Victoire inauguré en Israël (Natanya) le 25 juin 2012 et commémorant la victoire de l'Armée Rouge contre le Nazisme.

Ni Shimon Peres, ni Benyamin Netanyahu, ni Vladimir Poutine ne peuvent être suspectés d'être communistes. 

Monument de la Victoire de l'Armée Rouge en Israël - 2012

Monument of the Victory of the Red Army in Israel - 2012

sc0001-1.jpg

Shimon Peres et Vladimir Poutine lors de son inauguration

Shimon Peres and Vladimir Putin during the inauguration

3-wa-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV-The ghost of old Europe 

The ghost of old Europe continues to haunt Europe today. Most of European citizens are no more involved in the European Union and democracy weakens in front of the domination of markets, which determine its economic and social policies. 

Submission to static and mechanistic criteria causes austerity, plummeting welfare, governments' renunciation of taking bold and creative initiatives and more simply of cleverness are left on the easy path of conventional thinking. 

The brilliance and creation should be implemented through an intense work of governments to reorganize economics for the benefit of everyone but this seems to be an interventionist challenge that goes beyond the usual and limited political commitment.  

Widespread austerity in Europe applied indifferently  by right and left wing governments brings harm to welfare, rise of right-wing extremism and reduction of  democracy since applied policies are no longer guided by the choices of citizens. 

Moreover, the objective knowledge of our history necessary to our memory duty that should allow the progress of European consciousness which was first blocked by the Cold War and then by the supreme reign of an intolerant right wing in Europe. 

The Prague Declaration of 2008 was the beginning of a new process of European historical revisionism based on lies and ingratitude. As a matter of fact the Prague process is based on a trivial equation between communism and Nazism, which echoes the wishes of the far rightists. 

This equation allows the European continent to forget its debt of gratitude to the Red Army and to the peoples of the former Soviet Union which lost near 26 million people, i.e. nearly 16% of the population of the USSR in order to allow  the European continent to escape the yoke of Nazism, the rise of fascist regimes prevailing then in almost all continental Europe, and the continuations of racial cleansing. 

The Red Army defeated Nazi Germany in destroying nearly 80% of its army while the Anglo-American allies intervened in Europe at the end of the conflict when the overthrow of Germany became inexorable. 

 Yet in European countries the role of the USSR is still hidden as in the days of the Cold War for the benefit of Anglo-American allies whose action was ranking substantially and exaggeratedly  secondary. Three years of communications with the French Socialist MP's were necessary to obtain the invitation of President Putin on 6 June 2014 in France.

Currently the European authorities organize committees where History can be negotiated to satisfy the ideological requirements of various countries.

The truth about the history of the Second World War is symbolized by the Monument of the Victory inaugurated in Israel (Netanya) on June 25, 2012 and commemorating the victory of the Red Army against Nazism. 

Neither Shimon Peres nor Binyamin Netanyahu nor Vladimir Putin can be suspected of being Communists. 

V- Les limites de l’Union Européenne 

En matière d'équité sociale, d'emploi et de respect de la dignité humaine, l'Union Européenne est encore limitée par l'influence dominante d'un capitalisme simpliste et éloigné des réalités de la vie des citoyens. 

Les États-membres partisans d’un modèle social et solidaire, éloigné du capitalisme strict n'ont aucune autorité et ne se donnent pas les moyens de l'acquérir. 

Les gouvernements européens mettent en danger le bien-être général de leurs citoyens, en appliquant une politique sociale et économique régressive et courtermiste. 

L'Union Européenne  ne fédéralise plus les espoirs des citoyens européens qui s'en éloignent dramatiquement tel que cela est reflété par la croissance impressionnante des abstentions lors de chaque échéance  électorale européenne. 

V-The limits of the European Union 

In terms of social justice, employment and respect for human dignity, the European Union is still limited by the dominant influence of a simplistic and capitalism away from the realities of citizens life.

The Member States in favor of a social and solidarity model, away from the strict capitalism have no means to achieve their pre-electoral programs in the European frame and even do not try .

European governments endanger the general welfare of their citizens by applying a shortermist, regressive social and economic policy.

The European Union is no more federalizing the hopes of the European citizens who are dramatically moving away from the European Union as shown by the impressive growth of abstentions at each European election.

 

Didier BERTIN

Président de l'Association pour un Nouveau Modèle des Droits et Devoirs de l'Homme 

President of the Association for a New Model of Human Rights and Duties